3
min

Dyane en Provence

Image de Corinne Torrelli

Corinne Torrelli

49 lectures

62

Sous ma couronne de tulle, de myrte et fleur d’oranger, un immaculé camélia au côté, j’attends au point mort l’instant fatidique du OUI.

Rien ne bouge en cette heure matinale, le calme avant la pluie de pétales, de confettis, de riz et de rires mêlés aux larmes pailletées. Pas un bruit sur la Place des Lices. En avance, je veux être fin prête avant que ne s’ébranle le cortège. Selon la tradition, je fermerai la marche avec prestige. Les minutes s’allongent tandis que je ronge mon frein.

Dans le reflet de la vitrine de «La tarte tropézienne», j’ajuste une Nième fois ma jupe jaune ornée de gypsophile. Du blanc eut été plus approprié mais à Saint-Trop', on aime se distinguer. Pourquoi pas la couleur de l’infidélité? J’ai belle allure avec ce gros nœud derrière, très couture, et tous ces rubans. A faire fondre un homme en particulier en ce jour particulier.

Je serai jusqu’au bout de la nuit la reine, le centre d’attentions et admirations, la cible des photographes, des selfies, des lumières. Celle qui fera briller les yeux, valser les anciens, sautiller les enfants d’honneur, rêver les cœurs solitaires, embrasser les amoureux, réconcilier les familles, ressusciter nos chers disparus, déclencher d’interminables discours, éclater les ballons.

La place est désormais envahie par les invités à la noce, exubérants provençaux en cercle autour de moi. Vais-je me dégonfler? Dieu non, toujours radieuse sous l’astre méridional de bon augure. Mes verres teintés me donnent l’air d’une star. Je vis le plus beau jour de ma vie, moi qui croyais finir seule et oubliée.

Zou! Le signal du départ est donné par oncle Alfred, militaire à la retraite qui règle le défilé tel un 14 juillet sur les Champs-Elysées. Les autos alignées sont sur les starting-blocks, fringantes, endimanchées. J’ai hâte de déployer mes ailes, que le moteur vrombisse et passe la 5ème vers un avenir de folie.

En route vers la Mairie, la file indienne pétaradante fait un détour par la célèbre gendarmerie de la Place de La Garonne, où le souvenir de Cruchot illumine les visages. Les klaxons rivalisent en écho. Les villageois applaudissent le convoi. Vive les mariés! Longo mai! Nous nous garons enfin au pied de la façade rose de l’Hôtel de Ville, aidés par Alfred.

Le trac monte d’un cran lorsque ma portière s’ouvre pour laisser descendre la plus jolie des mariées, Adèle, MA mariée que j’ai l’honneur d’escorter de sa solitude à la plénitude de femme aimée. Moi, simple Dyane Citroën, choisie par elle et sortie d’un garage poussiéreux. Fi de Mercedes, Giulietta ou Mégane. Une seconde jeunesse dans son sillage, grâce à ce mariage inespéré. Elle est magnifique, son futur époux aussi, il la couve du regard. Elle sera bien dans ses bras, mon Adèle.

Adèle. Sous sa capeline, elle porte haut ce prénom honoré par Klimt, vêtue d’une robe dorée assortie à ma carrosserie. Chevelure noire intense, en chignon suggéré, paupières lourdes mi-closes, ses yeux de velours versent la larme du bonheur en prononçant le OUI béni. Ses lèvres carmin enrobent ce mot d’un souffle venu d’un cœur hier encore au ralenti qui, comme mes trois chevaux, cabre de joie face à Monsieur le Maire.

Pour la sortie, mise en scène par tonton, têtes d’œillets roses et gerbes de riz fusent dans le ciel en gage de félicité, le mistral enivre nos mariés de néroli et de lys, l’orgue se mêle aux cigales. Les oliviers offrent leurs plus argentés reflets sur fond de golfe clair agitant ses vaguelettes. La toile est parfaite!

Chaque jour, Adèle a l’habitude de plonger dans la Baie des Graniers. Mais demain, ce sera grasse matinée au Byblos avec son mari, devant un romantique petit-déjeuner au lit. S’éveiller près de quelqu’un, faire oreiller commun, quel doux rêve devenu réalité. Pour l’une comme pour l’un. Car lui aussi a cherché longtemps son Adèle. Vous le croirez ou non, l’heureux élu se nomme Gustav, Gustav Moore. G+A for ever.

Les invités occupés à la fête, un cabriolet m’accroche le rétroviseur en voulant se glisser entre un cyprès et mon capot. Fada! Encore un British qui fait le bulou sur la Côte. Regardez-moi ces chromes astiqués et ce vert anglais ringard. Mes phares n’en croient pas leurs pinceaux. Il a même apposé ses initiales sur la calandre: MG. S’il pense m’impressionner en roulant des mécaniques, il se coince les balais sur le pare-brise. Nous sommes fières, avec ma sœur Deudeuche, d’être les chouchoutes des Français.

-Pardon? Je ne sais pas, oui je crois que la place est libre, mais...

J’allais lui lancer deux mots gratinés au sujet de mon rétro, quand soudain le mécanisme de sa capote se met en action, découvrant des sièges en cuir à l’odeur musquée et un volant en ronce de noyer à tomber. Le charme sur quatre roues incarné.

-Pas de souci, il était déjà un peu cassé, fallait le changer... Je vous en prie... Demain? Ici? Euh oui, pourquoi pas!

Nous faisons garage commun depuis, avec mon cabriolet chéri, sous l’œil protecteur du couple Moore. Nos destinées sont liées.

PRIX

Image de 2018

Thème

Image de Très très courts
62

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Zazinette
Zazinette · il y a
Romantique à souhait
·
Image de Thara
Thara · il y a
Un récit qui fait la belle part, à la mythique Dyane...
·
Image de Niagara
Niagara · il y a
Mais c'est ta diane que je reconnais haha c'est elle ou non qui a fait pour de bon un mariage mais à Nice
·
Image de Corinne Torrelli
Corinne Torrelli · il y a
coucou et oui ça te rappelle qqchose :-) Gros bisous à tous
·
Image de Polotol
Polotol · il y a
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Moi, je jouais à la pétanque, délice !, et je n'ai point vu de mariée. Peu importe, j'ai lancé symboliquement cinq bulletins de vote.
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Les Dianes auraient-elles une âme surtout devant des cabriolets qui font des sauts de cabri olé ! Bravo, Corelli ! +5
·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Effectivement, original !
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une histoire bien écrite, charmante et originale ! Un grand bravo !
Mes voix ! Une invitation à découvrir “Victor Ludorum” qui est également
en lice pour le Prix Quiqui 2018! Merci d’avance et bonne journée !
Merci d’avance et bonne journée !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/victor-ludorum

·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Original !
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Charmante histoire qui m'a fait sourire d'autant plus que, lors d'un mariage auquel j'ai assisté en juin, la mariée est arrivée dans une rutilante Deux Chevaux blanche. . . J'ai beaucoup aimé a personnalisation qui rend le récit très vivant, à bientôt Corelli !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur