2
min

D'un seul regard

Image de Thierry Schultz

Thierry Schultz

459 lectures

268

FINALISTE
Sélection Jury

Le jour se levait à peine quand la porte grinça et que le porteur de café du jour s'avança vers lui. Enrique boitilla dans sa direction et lui présenta en souriant la tasse fumante. C'est pour ça qu'il le préférait aux autres. Le vieil homme était tellement fier de la fonction qu'il occupait dans son entourage. Pas ambitieux ni en quête de nouveaux avantages. Non, juste heureux de le servir. Pour un homme de pouvoir comme lui, ça n'avait pas de prix.
Le remerciant d'un regard il saisit la tasse, laissant la chaleur envahir peu à peu ses mains. Il fixa à nouveau la baie vitrée. La vue était toujours la même mais il ne s'en lassait pas, bien au contraire. En fait, elle le fascinait. Il était là dès l'aube, aussi souvent que lui permettaient ses multiples tâches dans ce monde bien réglé qui était le sien. Il savait que cette manie en surprenait certains. D'autres en ricanaient peut-être, mais tant qu'ils se cachaient pour le faire son autorité n'était pas en péril. Le pouvoir qu'il avait conquis de haute lutte ne pouvait tolérer la moquerie ou la caricature. Son monde était tout sauf une démocratie.
Reprenant sa rêverie il suivit des yeux un instant un passant qui se hâtait dans la rue encore déserte. De sa position élevée il paraissait encore plus insignifiant, plus fragile. Une vie quelconque vu ses vêtements et le fait qu'il se dirige vers un arrêt de bus à une heure aussi matinale. Malgré la distance il lui semblait reconnaître ce manteau et cette démarche. Ce type était là tous les jours il en était certain. Il aurait aimé qu'il lève son visage afin de croiser au moins une fois son regard. Confronter leurs deux mondes lui là-haut, l'autre tout en bas. Cet inconnu n'aurait jamais le centième de la puissance qu'il détenait et sa triste existence était toute balisée et pourtant il se surprenait à l'envier. C'était ainsi, il avait toujours été porté à l'introspection. A la mélancolie.
Le silence particulier qui l'entourait le ramena à ses devoirs. Personne n'osait le déranger mais il compris qu'il était temps de recevoir les premiers demandeurs. Il hocha la tête pour donner son accord et s'apprêta à négocier, mentir, trancher. Il aimait ce moment de la journée.
Un long moment plus tard, il fit un geste pour signifier sa lassitude et se réinstalla à la fenêtre. Le flot des piétons était beaucoup plus dense et il se laissa noyer dans cette multitude anonyme. Une silhouette l'attira soudain et il plissa les yeux pour être sûr. L'homme au manteau était de retour. Pour reprendre son bus, déjà ? Il se rendit compte qu'il ne se souvenait même pas de la dernière fois qu'il avait pris les transports en commun. Pas du même monde. Est-ce que la journée de cet homme valait la peine d'être vécue ? Il sourit devant cette question presque incongrue. Et pourtant...
Il faillit céder au caprice de faire envoyer quelqu'un dans la rue la prochaine fois pour interroger cet inconnu, en savoir plus sur lui.
Mais un de ses adjoints se rapprocha et il lui fit signe de lui parler à l'oreille. Finalement, toutes ces questions trop métaphysiques allaient devoir attendre. Même en tant que caid de cette prison où tous les détenus lui obéissaient au doigt et à l'oeil depuis des années, on ne faisait pas attendre le directeur, surtout quand c'est lui qui venait à lui.
Il jeta un dernier coup d'oeil à ce passant anonyme qu'il s'était choisi. Il ne connaissait pas sa chance. Il marchait, vivait au-delà de la ligne invisible qui séparait les prisonniers – et les gardiens – du monde normal. Et même tous ses pouvoirs, largement supérieurs à ceux du directeur et de bien d'autres dehors, ne pouvait lui faire franchir cette frontière. Et vu les peines prononcées contre lui, il resterait à jamais de ce côté. Mais au moins, il en était le maître.

PRIX

Image de 5ème édition

Thèmes

Image de Très très courts
268

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Se sentir le maître, oui, mais de quoi ?..... . Sentiments et ambiance très bien décrits.
·
Image de Thierry Schultz
Thierry Schultz · il y a
Merci de cette visite derrière les hauts murs ! De mon côté, votre Bricoleur est un personnage attachant ... A bientôt !
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Merci, à bientôt..
·
Image de Chtitebulle
Chtitebulle · il y a
Bravooo !
·
Image de Argo44
Argo44 · il y a
Excellent excellent excellent !!! dans le plus pur style que je te connais avec ce mélange de description et de sentiment mêlé qui met en lumière chacun des personnages que tu présentes... Bravo amigo !!
·
Image de Thierry Schultz
Thierry Schultz · il y a
Que de compliments, merci !!! Si tu veux aller lire "One shot" reclique sur le lien, puis sur mon nom et là tu auras accès à toute la liste des nouvelles dont celle du sniper. Je pense qu'elle te plaira. A bientôt mon pote...
·
Image de Thara
Thara · il y a
Un texte qui retient l'attention...
·
Image de Thierry Schultz
Thierry Schultz · il y a
Un grand merci Thara ! De mon côté j'ai parcouru vos paysages champêtres. Vous avez de la chance de connaître un si beau jardin...
·
Image de Sandra Dulier
Sandra Dulier · il y a
Un thème peu abordé... J'ai apprécié. Je vous invite à découvrir Boréale. http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/boreale
·
Image de Thierry Schultz
Thierry Schultz · il y a
Merci pour le passage. J'ai fait quelques pas dans la neige crissante et j'ai apprécié la balade. A bientôt !
·
Image de Manita
Manita · il y a
Jolie découverte que je viens de faire là. Bravo. Je vous invite à passer chez moi...
·
Image de Thierry Schultz
Thierry Schultz · il y a
Merci d'avoir passé un moment entre les murs. J'ai moi-même arpenté vos plages ensoleillés remplies de souvenirs et d'espoirs. Une très belle balade... A bientôt sur votre page Manita !
·
Image de Yann Suerte
Yann Suerte · il y a
Très bien écrit et analysé. Merci de ce partage. Et si le temps vous le permet, venez donc vous balader sur ma Place du Tertre, en finale d’hiver. Bien amicalement, Yann
·
Image de Thierry Schultz
Thierry Schultz · il y a
Merci pour le passage Yann. Très bon moment sur la Butte, content de vous voir en finale. A bientôt !
·
Image de Aubry Françon
Aubry Françon · il y a
Vivre la vie d'un autre par procuration, par la magie de l'imagination. Est-ce un grand patron qui partage ses états d'âme, son envie d'être normal ? Non, c'est un taulard, certes tout puissant mais à qui manque l'essentiel : la liberté. Bravo et merci pour cette lecture.
·
Image de Thierry Schultz
Thierry Schultz · il y a
Merci pour mon taulard préféré ! J'ai fait un tour bd Thiers pour me réchauffer dans la chaleur du chaudron. Bravo Aubry et allez les Verts !
·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
je découvre ( avec un grand plaisir ) cette réflexion sur le pouvoir et la liberté, j'ai apprécié l'idée, la narration et l'écriture : + *****Je vous souhaite le meilleur pour la suite .
Une lecture de ma nouvelle en compétition devrait vous intéresser, merci.

·
Image de Thierry Schultz
Thierry Schultz · il y a
Merci pour ces commentaires élogieux ! Quant à moi, la prochaine fois que je trouve un portable abandonné, surtout par une jolie femme, je m'enfuie à toute jambe... Bravo pour ce polar qui va avoir une suite j'ai l'impression. Bonne finale Jusyfa !
·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
Merci pour votre passage, en effet la suite est ficelée, elle attend d'être lu par le comité.
À bientôt, je croise les doigts pour vous.

·
Image de Teddy Soton
Teddy Soton · il y a
Très beau texte, la liberté est la plus beau des pouvoir. +5
Avez vous lu ma Frénésie ?

·
Image de Thierry Schultz
Thierry Schultz · il y a
merci d'avoir apprécié ma version de la liberté. J'ai visité et frissonné dans les sous-bois de votre étrange forêt. Bonne finale Teddy
·
Image de Teddy Soton
Teddy Soton · il y a
Merci à vous Thierry
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

La terrasse s'était presque vidée à présent et le patron, sous prétexte de desservir pouvait mieux suivre désormais le manège des deux retardataires. Atypiques ceux-là. Le lac de Monteynard ...