2
min

D'un monde à l'autre !

26 lectures

4

« Un jeune chasseur blessé par un tir, lors d’une chasse à Vertaizon... » Mince ! Pas loin, pensè-je. Pourtant, le terrain n’était pas aussi vaste et fouillis pour une chasse. Dire, qu’il y avait un terrain de chasse dans le coin !

En lisant, cette petite info, sur mon téléphone, je repensais à Elisa, dévorée - c’est le cas de le dire - par des chiens... Mon fils, le jour de son premier boulot, a été attaqué par un berger allemand. La secrétaire l'a extirpé de sa gueule de justesse. Ils se retrouvèrent tous les deux aux urgences avec deux belles traces de dents et des points de suture, mon fils sur la cuisse et Mélanie, sur le bras !

A y penser, il y avait pas mal de voitures de gendarmes, que je pouvais voir de la fenêtre. Des voitures rouges de pompiers, et SAMU. Je comprends. Je fais le lien. Tout ça pour un accident ?

Blessé, ne veut pas dire grand-chose ! Puis, jeune chasseur, disait l’article. Voulait-il dire inexpérimenté ? Cela ne justifiait nullement, de recevoir une balle... plutôt le tireur qui a fait une bourde, le prenant pour du gibier !

Je n’ai peut-être pas assez lu. Je reprends l’article. «... Il courait avec les chiens, et était un homme de couleur... » Un homme de couleur ! Mais c’est qui ce journaliste. Je regarde la fin de l’article, puis le haut, juste en dessous du titre. Michel RODRIGUEZ. Connais pas !

Je regarde ma fille, en train de snapshatter avec son téléphone... dis-moi, tu comprends quoi par homme de couleur... elle rigole... ben, un black ! Ouais... pas un schtroumpf par hasard ? Elle éclate de rire... Papa, t’es fou ! Elle se lève.

On utilise maintenant cette expression pour dire que quelqu’un n’est pas de couleur blanche, caucasien, aux yeux bleus et une tête blonde, mais plutôt de couleur, qui je dirai correspondrait à une bonne partie de la planète.

Alors, donc, ce jeune homme chasseur, habillé pour la chasse sûrement, aurait couru avec les chiens, et noir de peau, à priori, aurait été pris pour cible et blessé ? accident ? ou accident volontaire ? Mais que vais-je penser ?

Un peu tiré par les cheveux. Je sais. Pris pour cible à cause de sa différence. Possible. Chose courante à notre époque. Ma fille me disait hier, papa, tu te rends compte, une chinoise a été poussée hors du métro, coronavirus oblige ! Difficile d’être issue du pays exportateur du virus. Difficile d’être issu d’ailleurs, d'ailleurs !

Allez ! Je dois courir rattraper le train et puis le bus pour ne pas être en retard au boulot. Je laisse le monde derrière moi, dans un journal. Je laisse le monde aux journalistes, qui nous l’empaquettent comme ils veulent.

Et puis, je me fais sûrement des idées !
4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Mohamed Laïd Athmani
Mohamed Laïd Athmani · il y a
Je viens de découvrir votre page.
J'ai aimé et je me suis abonné.
Merci Mourad pour toutes ces mises en garde qu'elles soient directes ou indirectes.
Si l'on doit veiller à la forme, ce qui est très bien, et c''est à faire, il ne faut point faire abstraction du fond car il constitue la raison même de tout écrit. (Ceci pour ce qui a été dit plus bas)
Je vous invite à lire: "" DIGOINAISES CORPS ET ÂME"" qui est en compétition .

Image de Mourad de La Montagne
Mourad de La Montagne · il y a
Bienvenue et Merci pour ce commentaire.
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
Je vois votre texte comme une suite de réflexions que l'on se fait en lisant une petite nouvelle... on pense à ça, puis à ça, beaucoup d'idées se bousculent ds la tête, puis on pose le journal ...et la vie quotidienne suit son cours...
Image de Mourad de La Montagne
Mourad de La Montagne · il y a
exactement ... l'indifférence qui "tue" à petit coup ... comme dirait un certain chanteur ...
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
C'est ce qui est le plus triste, à notre époque ... onsait tout, du bout du monde à l'autre bout du monde... les catastrophes, les attentats, les épidémies ... trop, c'est trop ... comme dirait un autre chanteur "on s'habitue, c'est tout"
Image de JACB
JACB · il y a
Comme Gérard, le forum me conduit dans vos lignes.
Voilà ce qui ressort de ma lecture Mourad.
« Pas loin, pensè-je ». …pensai-je
« je repensais à Elisa »,…peut-être qu’un passé simple serait plus adéquate ?
« a été attaqué par un berger allemand, tiré de sa gueule par la secrétaire. »…Doit-on comprendre que c’est le berger allemand qui est tiré de la gueule du fils ?
« et insultée de coronavirus ! »…un raccourci sans doute…mais le virus est-il une insulte ?
Globalement si le cœur du sujet est intéressant je le trouve (pardonnez-moi) maladroitement nourri par les faits retenus. Je reçois votre texte comme des réflexions, des pistes d'écriture en attente de mise en forme pour un scénario plus construit. Et si réécriture il y a, je reviendrai vous lire. Bonne continuation Mourad.

Image de Mourad de La Montagne
Mourad de La Montagne · il y a
Merci pour ces remarques, en effet, je voulais écrire comme quelqu'un qui réfléchissait en lisant une brève matinale sur un téléphone, qui mène à des réflexions profondes, qui sont vite évacuées par le quotidien ... pour le pensè-je, c'était voulu au présent. Mais je n'ai pas réussi à transmettre cela au lecteur, donc, réécriture nécessaire. Merci pour ces précieux conseils. et merci d'avoir pris le temps.
Image de Gerard de Savoie
Gerard de Savoie · il y a
Je reviens du forum, ou vous demandiez du soutien pour vos textes... Je ne suis pas un puriste, mais je pense qu’à la chasse à courre, il n'y a pas de tir.... Sinon, dénoncer le racisme est une bonne intention.
Image de Mourad de La Montagne
Mourad de La Montagne · il y a
Merci pour cette remarque ! Je dois revoir mon texte.

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Aïe. Adossé à la camionnette d'un forain, Paul grimaça. À quelques mètres de lui, un petit garçon venait de réaliser un splendide vol plané. Cet été, à Londres, il aurait certainement ...