Du rouge s’il vous plaît…

il y a
1 min
8
lectures
1

Graphiste et architecte d’intérieur*, gourmande, esthète, j'écris depuis tout petite, guidée par mes émotions, des morceaux de vie, des portraits sensibles. Polaroids colorés, émotions  [+]

« Du rouge s’il vous plaît... Non, le blanc me donne mal à la tête. Oui, celui-là c’est parfait. Merci. » J’étudie la carte avec envie, j’ai faim, j’en ai l’eau à la bouche. Je veux tout goûter. Miam. C’est chouette : il est gourmant et aime partager. J’aime manger dans la même assiette, voler la dernière bouchée ou la laisser pour lui faire plaisir. Nous choisissons ensemble : deux entrées, deux plats. L’odeur qui nous vient de la cuisine est folle. Nous parlons de tout mais surtout de voyages et des mets délicieux que nous avons eu la chance de savourer. Nous racontons nos meilleurs souvenirs culinaires en patientant. Les entrées arrivent et nous picorons avec nos doigts. C’est meilleur. Manger me remplit de joie. Chaque nouvelle bouchée m’envahit de salé et d’amer, de piquant et de suave. Manger me met en vie. Une gorgée de soleil toscan, un filet d’anchois enroulé sur une feuille de puntarelle. Miam. Il admire mon appétit. Je trempe mon pain au fond de l’assiette, je ne laisse pas une goutte du précieux mélange huile d’olive vierge et agrumes parfumés. Quelle chance, quel luxe... quelle jouissance. Je crois que manger c’est comme faire l’amour. Du plaisir, du contact, du partage, de la douceur et de la force, léger et bouleversant. Je mange comme j’aime, pleinement, sans retenue, dans la joie et dans l’excès ; d’ailleurs, quand j’ai une peine d’amour, je ne mange plus, je ne trouve plus de joie, plus de goût, plus d’envie, plus de vie... plus rien. Une belle assiette préparée avec passion c’est le soleil, c’est une chanson de Véronique Samson ou de Janis Joplin, ça dépend de la force des épices. Un plat mitonné c’est ma grand-mère qui me cajole, qui prend soin de moi. Mon gâteau au chocolat c’est... c’est obscène, c’est riche, çà fond sous la langue, çà glisse, çà fait fermer les yeux. Oui, c’est pornographique un gâteau au chocolat. Je n’ose même pas vous parler de la crème anglaise, je n’ai pas les mots... je vais rougir...
Dédicacé à Pietro, magicien de la Retro Bottega, Paris 11.
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Epicure est passé par là. Un texte gourmand qui se lit avec plaisir.
Dans un tout autre registre, je vous invite à découvrir mon TTC: http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/un-deux-trois-soleil-2

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Vers la lumière

Yotoutcourt

Inspirer... Expirer... Encore... Prier...
Je ne devrais pas ressentir ce stress. Au contraire, je ne devrais éprouver que la joie d'être ici, d'avoir l'honneur de faire ce que je m'apprête à... [+]


Très très courts

Un voile mauve

Claire Lobet-Maris

Elle est assise à l’avant du bateau. Sur ses genoux, un petit dort. Ce n’est pas le sien mais celui de cet homme allongé au fond de la cale et qui n’en finit pas de sortir tout ce qu’il a... [+]