Du côté bête de l'Isère

il y a
3 min
577
lectures
654
Finaliste
Public

Poussée par mon entourage, je me suis lancée dans la rédaction de petites histoires qui font sourire. J'espère qu'elles vous plairont également et que vous aimerez mes idées loufoques, mes  [+]

Image de 2020
Image de Très très court
L’herbe était haute en cette saison, parsemée çà et là de coquelicots, boutons d’or, trèfles et autres jolies fleurs de prairie et d’une multitude de petits points multicolores abandonnés tantôt par la petite massette, tantôt par la potentille quand on savait y regarder de plus près. Mais certains ne s’y trompaient pas. Quelques renifleurs pouvaient même repérer une gentiane au milieu de mille parfums après un simple courant d’air.

Le soleil entamait sa descente pour colorer ce tableau dans un autre nuancier. Une marmotte humait, suivait les senteurs bucoliques puis dévorait fleurs, baies et graminées odorantes qui s’offraient à elle comme un banquet, depuis les berges de l’Isère jusqu’aux plus hauts sommets alpins. Quand soudain un grand fracas fit vibrer toute la colline. La faune locale se précipita derrière les roches pour se mettre à l’abri et certaines créatures à sabots s’enfuirent même vers les hauteurs alpines.

- Put... de camionnette à la c... En pleine campagne... Plus qu’à aller faire un tour le temps que le moteur refroidisse...

l’Humain quitta sa camionnette en parlant très fort puis se dirigea vers la rivière. La voie était libre. C’est le moment que choisit une marmotte pour approcher et monter à l’arrière du véhicule à la place d’ordinaire réservée aux chèvres et aux moutons venus passer quelques mois dans les prés en villégiature. La corneille n’en siffla mot à personne mais scruta la scène. Le curieux petit rongeur découvrit maints accessoires qu’il ne connaissait pas mais surtout, les odeurs étaient vraiment particulières. L’une d’elles était très forte et il lui fallut fouiller un peu, user de son flair puis de coups de griffes pour parvenir à en trouver l’origine : un mets étonnant, délicieux et croustillant ! Les humains étaient certes des animaux très bizarres mais ils savaient se nourrir. Un craquement de branche fit pourtant frémir la gourmande qui gagna un talus en toute hâte : l’humain revenait. Protégée derrière le monticule de terre fleurie, la marmotte le vit donner à boire à sa machine. La corneille la rejoignit et toutes deux demeurèrent attentives au moindre geste de l’humain jusqu’à son départ. La fumée dissipée, l’homme reprit sa route avec sa camionnette et les bêtes reprirent le cours de leur vie.

Le calme revenu, d’autres espiègles mammifères progressèrent en direction du grand chemin qu’empruntent les bipèdes et leurs drôles de machines. Voir cet homme et ce véhicule dans leur habitat ne les inquiétait pas puisqu’ils savaient où se cacher tout en pouvant les observer. Ils avaient déjà vus des humains totalement inoffensifs traverser leur territoire avec de la nourriture sur leur dos. Ceux-là n’étaient pas méchants : ils se contentaient de les regarder fixement sans bouger en prenant un air gauche voire totalement idiot et poussaient de petits cris similaires à ceux des lagopèdes - mais qu’on ne comprenait pas du tout - et leur donnaient même un peu à manger.

Plus loin, le soleil se mirait dans l’eau au milieu des rires et des clapotis. Des petits humains sur les bords de l’Isère pataugeaient et essayaient sans doute d’attraper des poissons et des écrevisses. C’est tout au moins ce que pensait une loutre qui s’approchait d’eux. Désireuse d’en savoir davantage sur les géants bruyants, ne redoutant que le bruit qu’ils faisaient, l’intrigante nageuse s’avança, les contourna puis regagna la rive.

- Hô, Maman, regarde... Il y a une loutre dans l’eau ! Vite, filme-là.

La malicieuse s’aventura à nouveau près des humains qui constituaient une nouveauté fort distrayante. Elle conservait une distance raisonnable et plongeait immédiatement dès qu’un danger se faisait ressentir. Son numéro dura suffisamment longtemps pour que les bipèdes finissent par se taire et quitter son lieu de baignade.

- Génial. Je l’ai zoomée. Elle est trop mignonne !
- OK, alors on va la laisser tranquille. Les enfants vérifiez vos sacs, ramassez vos saletés et n’oubliez rien.

Au fur et à mesure que les humains s’éloignaient, la loutre avançait sur le sol qu’ils avaient foulé et reniflait tout ce qu’ils avaient touché. C’est ainsi qu’elle poussa une chose ronde et rouge oubliée sur la berge, qu’elle ramena dans l’eau et qui flottait. Après quelques coups de pattes, la chose inoffensive qui ne se mangeait pas se transforma en un jeu étonnant qui ne pouvait rester sous l’eau et remontait sans cesse à la surface. La jongleuse la jeta en l’air pour la rattraper puis renouvela son numéro sous l’air approbateur d’autres congénères venus bientôt partager la scène. Ce petit coin d’Isère où elle s’amusait devint progressivement un cirque où jusqu’à la tombée de la nuit un héron, puis un cormoran et des bergeronnettes s’invitèrent. En quête de nouvelles sensations et souhaitant voir des humains en ne prenant cependant aucun risque, d’autres observateurs à poils et à plumes, auparavant cachés, vinrent alors les rejoindre pour se rafraîchir.

- Je redoutais qu’ils ne polluent notre Belle Isère, marmonna le ragondin.
- J’ai craint un instant qu’ils ne me pourchassent, ajouta le bouquetin.
- J’avais peur qu’ils ne m’attrapent, précisa le lièvre blanc.
- L’été, les humains sont gentils. C’est l’hiver qu’ils deviennent dangereux expliqua la marmotte, lorsque j’hiberne et que je ne suis plus sur mes gardes.
- Oui, l’hiver, le poisson se fait plus rare et ils ont faim, renchérit la loutre.

Les animaux s’aventuraient rarement dans le sillage des hommes et s’ils conservaient une distance de sécurité nécessaire à leur repli, ils n’en voyaient pas souvent. Ils demeuraient donc irrémédiablement attirés par ces drôles de grandes bêtes dotées d’un comportement qu’ils ne comprenaient d’ailleurs pas la plupart du temps. Lorsqu’ils sentaient une présence humaine, l’excitation s’emparait d’eux et tout devenait subitement différent.

Chacune de leur découverte concernant les humains permettait d’étancher un peu plus leur soif de curiosité. Et chaque nouvelle approche constituait pour eux... un véritable dépaysement.
654

Un petit mot pour l'auteur ? 257 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ralph Nouger
Ralph Nouger · il y a
Belle histoire d'animaux. C'est digne de De La Fontaine !
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Hou, j'en suis très loin mais si cela vous a plu, c'est l'essentiel ♫ Merci de votre visite chez moi en tout cas, c'est fort aimable ♫
Image de Lana Punk
Lana Punk · il y a
Je suis vraiment impressionnée.
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Ha bon ?! Merci de votre visite en tout cas et revenez quand vous voulez ♫
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Un très bel instant de vie. J'aime quand les animaux prennent la parole..
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Merci de votre visite. Ravie que ce style vous plaise ! (Et n'hésitez pas à faire un tour dans mon univers si vous en voulez d'autres ! > https://www.facebook.com/Les-histoires-de-RAC-103062237794082/ ) A+++
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Je passerai..
Image de Celestin DELORD
Celestin DELORD · il y a
Cette belle historiette qui pourrait s'apparenter à une fable vous rapproche des célèbres conteurs naturalistes de l'époque des lumières. J'ai bien aimé. RAC est-il l'acronyme de Rêve Amour et Compassion?
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Hô comme c'est gentil ! En fait un rac est une petite étendue d'eau qui jamais ne s'épuise mais cet acronyme me touche beaucoup ♫ Merci de votre visite et n'hésitez pas à critiquer mes autres textes ♪ A+++
Image de Kolgard Sino
Kolgard Sino · il y a
Texte très poétique en un sens. Donner sa voix de narrateur à la nature est aux animaux est dépaysant. C'est une sorte de gymnastique mentale qui nécessite de changer son point de vue.
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Tout à fait ! Merci de votre visite & à bientôt ♪
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Vote renouvelé avec plaisir.
Bonne chance RAC pour la finale !

Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Merci beaucoup Ratiba. A+++
Image de Mary Tabor
Mary Tabor · il y a
Bonne Chance!
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Merci Mary, c'est sympa d'être passée ! A+
Image de ALYAE B.S
ALYAE B.S · il y a
Bonne chance pour la finale. +5 voix et je vous invite à venir découvrir mon TTC la face cachée de l'Isère qui est en finale. https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-face-cachee-de-lisere. Passez une excellente soirée. ☺️
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Merci, bonne soirée aussi !
Image de Jennyfer Miara
Jennyfer Miara · il y a
J'aime beaucoup le changement de perspective :-) Bonne chance pour la finale!
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Merci Jennyfer, c'est très aimable ! A+++
Image de Yannick Pagnoux
Yannick Pagnoux · il y a
J'ai apprécié cette approche moins anthropocentrée, ici on traite les animaux comme ils sont sans leur prêter de traits humains. Je suis très content de ma venue.
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Merci Yannick pour ce commentaire chiadé ! Revenez quand vous voulez ♫ A+