3
min

<< Fanta >>: Épisode 6:Drôle d'embuscade

20 lectures

2

Deux jours se sont écoulés sans que fanta n'entende parler de Karim. Malgré ses va-et-vient au niveau de leur établissement, la jeune fille n'arrivait guère à trouver sa raison de vivre. Elle a beau fureté avec son amie Hawa toutes les bibliothèques, tous les lieux habituels, mais en vain.

Maintes fois, elle s'effondit en larmes entre les bras de sa camarade en murmurant :

— Où peut-il bien entrer? Où peut-il bien être ? J'ai peur Hawa, que j'ai peur...
— Ne pleurniche pas ma jolie, fit Hawa pour la consoler. Sinon, tu seras stressée. Bientôt nous finirons par le retrouver sain et sauf, okay?
— Il est parti sans même dire au revoir. Que j'ai été conne ! Pourquoi je ne l'ai pas suivi l'autre jour? Ça aurait modifié les circonstances...

— Patience, Fanta! Il ne s'est rien passé. Il a tout simplement eu envie de changer d'air, tu ne trouves pas?
— Peut-être, mais je crains fort que ça ne soit ainsi... Quitter sans laisser de message, ce n'est pas juste, dis-moi que je rêve...

— Écoute, il a ses raisons autrement, à présent, contentons-nous de poursuivre nos recherches.

Tout en sanglotant, Fanta continuait de se suspecter en se tapant les cuisses.

Entre temps, Karim et Bachir se sont portés volontiers de s'arroser quelques bouteilles de bières. Histoire de faire dissoudre les soucis.

Avec son look afro et sa moustache épaisse, Bachir paraissait admirable. Il portait une chemise claire et un Jean délavé, le tout finissait sur une paire de baskets. Pour sa part, Karim avait un polo jaune orné par un gland, juste à la poche gauche. Peut-être, il a dû chiper ça chez son oncle médecin.

Karim a fumé instinctivement, parce que le cendrier rouge d'à côté était débordé de reliquats.

Pendant que certaines s'affolaient à travers la ville, d'autres par contre, se donnaient plaisir de se soûler la gueule. Que le monde est merveilleux!

Dans ce même bar, il y avait tout de même des clients qui rodaient devant leurs bouteilles de bières. Ils fumaient aussi quelques clopes. Toute cette ambiance s'engouffrait et se fondait dans une chanson Salsa. Juste à la hauteur du comptoir, un homme à la quarantaine dansait magnifiquement. Tous ces gens beignaient peinards sous ce toit où il ya une semaine, un homme riche a été poignardé par des agresseurs nocturnes.

Karim et son fidèle compagnon semblaient très nases sous l'effet de la bière et de petites cigarettes.

— Tu sais mon ami, fit Bachir, j'étais vraiment ému de ce que tu as avoué lors de la réunion...

— Ah bon! C'est merveilleux alors!

— Très fantastique même ! Je t'assure du fond de mon cœur, tu as submergé tous nos collègues d'ailleurs...

— Écoute mon frère, fit Karim en buvant au verre. Je crois que celui qui veut du miel, ne doit point craindre les abeilles, n'est-ce-pas ?

— Bien sûr mon frère...

— Tu vois bien, c'est pour cela quand nous sommes en réunion ou assemblée générale, je m'efforce d'être convaincant...

— Oui, c'est exact. Et dorénavant nos collègues doivent s'intéresser fermement à nos propos.

— Mais toi aussi, tu as été génial Bachir!

— C'est ainsi, en ce sens, nous pouvons constater une parfaite évolution au sein du groupe, tu verras...

Sous ce soleil de midi, la chaleur cognait fort merveilleusement. La musique venait de changer de cadence, elle divulgait maintenant un son doux qui faisait rêver tous ces gens importants.

En tout cas, Mr Gérard a bien fait de construire à Goroubery, ce fascinant bar qui accueillait d'ailleurs chaque jour, plus de clients que la veille. Ce Monsieur Gérard est un homme banc. Il était arrivé de la Belgique, et depuis il s'est définitivement installé dans la fameuse contrée.

Après avoir allumé une cigarette, Karim ordonna à la serveuse en mini-jupe d'apporter d'autres bouteilles. Peut-être ce mercredi soir, ils étaient là pour tout l'après-midi.

— Pourquoi je pense sans cesse à Fanta ? Demanda Karim. C'est sûr, elle m'a ensorcelé...

— Même pas! Répliqua Bachir. Tu délires mon gars, reviens sur terre...

— Ce ne sont pas ces bouteilles qui me rendront ivre à ce point.

— Oh ,que si! Je déduis que tu es ivre...

— Stoppe de me traiter ainsi, je ne suis plus un môme, m'entends-tu?

— Oh! Pardonne moi, Okay? Je ne désire point t'offenser.

— Mieux vaut cela. Je voudrais qu'on parle des choses sérieuses, au lieu de s'adonner à ces futilités, tu veux bien Bachir?

— Okay, c'est bon, ça marche...

Karim fit quelques taffes sur la cigarette dont le cendre ne s'est pas encore détaché, et il continua:

— Tu vois mon ami, quelles solutions proposes-tu pour sauver notre Fanta?

— Tu sais, si tu es réellement mon ami, mon confident, je crois officiellement que nous devons agir sans tarder...

— Agir! Mais comment?

— Dès demain, nous irons au commissariat pour porter plainte contre un détournement de mineure.

— Tu penses que ces officiers nous croiront. Nous serons emprisonnés au même instant.

— Voilà, quand je te dis que tu es soûle, il ne faut pas discuter. Ce genre de crime est strictement interdit par la loi, et ça mérite cinq ans de taule ferme, voir même plus...

— Ah bon! Fit Karim, les yeux grandement ouverts.

— Mais oui, nous pouvons agir davantage, avant que Fanta ne soit en danger.

— Donc demain, nous partirons chez le notaire pour lui causer de cela, n'est-ce-pas ?

— M. Virgile ? Fit Karim.

— Oui, n'oublie pas qu'il demeure mon beau-père, cependant, il peut toutefois nous aider...

— C'est vrai, tu as raison, Bachir.

Tous deux venaient à finir leurs dernières commandes et ils étaient tellement ivres. Au même moment, Karim fit sortir une clope et la tendit à son collègue. Celui-ci la repoussa par un hochement négatif de tête.

Bachir se leva et régla l'addition. Karim, lui de sa part, s'est mis à grommeler des paroles délirantes :
« Fanta m'appartient à moi seul... Vous n'êtes que des sales types... Je vais tous vous démolir, vous m'entendez...»

Bachir consulta sa montre qui marquait déjà dix-neuf heures. Et comme ça, ils roulèrent vers la rue du lac.
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
épisode 6: résumé: Karim boit des tas de bières et pète un câble
·
Image de Boubacar Mamoudou
Boubacar Mamoudou · il y a
Effectivement Paul. Et merci bien aussi!
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème