1
min

Drôle de vies.

Image de Julep

Julep

2 lectures

1

On avait trouvé une présence chez tous les êtres vivants
Les données les plus récentes suggèrèrent que les G4 peuvent se former au niveau de 716 000 endroits de notre génome... Cela dit, ils semblaient plus fréquents au niveau des télomères, ces zones situées aux extrémités des chromosomes et qui en assurent la stabilité. Et aussi au niveau des promoteurs de gènes (régions à proximité des gènes et indispensables à leur expression), notamment des promoteurs d’oncogènes, dont la surexpression favorise le développement des cancers.

Mais par ailleurs, d’autres molécules génétiques pouvaient également former des G4 quand elles sont riches en G : les ARN, des molécules proches chimiquement de l’ADN mais constituées d’un seul brin, indispensables à la fabrication des protéines. Enfin, l’existence des G4 serait maintenant suspectée dans tous les types de cellules vivantes : celles des humains, mais aussi celles des plantes, ou encore des virus et des bactéries.

Drôle de vie, drôles de vies...
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,