3
min

Drame

Image de Joëlle Brethes

Joëlle Brethes

1105 lectures

1314 voix

DRAMES...

Quand Élise ouvrit la porte, elle blêmit en découvrant Fanny, sa sœur aînée, flanquée de sa fille Lucie.
– Oh non ! gémit-elle. T’es pas sympa : tu sais bien que ta gamine me flanque les jetons !
Fanny prit un air contrarié tout en faisant signe à sa cadette de parler moins fort. Lucie était peut-être muette mais elle n’était pas sourde et il était inutile de la stresser.
– Je ne te l’ai pas confiée depuis... depuis très longtemps, fit-elle remarquer à sa cadette, et si j’avais pu faire autrement, tu penses bien que je l’aurais fait. Marcel n’est pas rentré de son séminaire et je n’ai personne d’autre que toi sous la main.
Élise s’effaça de mauvaise grâce et Fanny entra, poussant devant elle une fillette qui traînait un sac plastique rebondi presque aussi gros qu’elle.
– Elle a son doudou, de quoi grignoter si tu n’as pas le temps ni l’envie de lui faire à manger et... son pyjama si par hasard je suis amenée à rentrer plus tard que prévu. On s’appelle. Je te tiens au courant. Je suis en retard : je file !
Elle déposa une double bise sur les joues de sa fille, lui chuchota quelques mots à l’oreille, ce qui eut pour effet de faire éclore un léger sourire sur le petit visage désolé, et partit.
Élise et Lucie se regardèrent en silence. Hostilité à peine voilée chez l’une, appréhension chez l’autre.
Élise soupira. Impossible, de toute façon, de refuser quoi que ce soit à sa sœur : celle-ci lui avait gracieusement laissé l’usage de l’appartement qu’elle avait occupé jusqu’au drame qui l’avait privée de David, son premier enfant. La chute du bambin de cinq ans étant passée inaperçue, les secours n’avaient pu que constater le décès.
Lucie, jolie poupée blonde et potelée, avait trois ans quand son frère était mort et elle était « normale ». C’est après, qu’elle avait changé... Alors qu’elle promettait d’être une sacrée pipelette, elle s’était tue du jour au lendemain... Et puis, il y avait eu « l’événement ».
Sans s’occuper davantage de la fillette qui s’était pelotonnée dans un fauteuil avec son doudou contre sa poitrine, Élise se mit à ranger les denrées préparées par sa sœur : des biscuits, du lait chocolaté, du jus d’orange et un tupperware contenant une tranche de jambon sur un lit de purée de pommes de terre.
– Tu veux boire ou manger quelque chose tout de suite ? demanda-t-elle machinalement à la fillette qui se contenta de remuer négativement la tête. J’ai à faire, dans la pièce à côté, je te laisse. Sois sage, hein ! Si tu veux quelque chose, viens me chercher.
La fillette acquiesça, resserrant son étreinte sur son doudou tandis qu’Élise retournait dans son bureau pour terminer la correction de ses copies.
Elle en prit une, l’ouvrit, la referma, incapable de se concentrer sur son travail, de nouveau obnubilée par « l’événement » qui avait marqué le début de sa peur vis à vis de Lucie et fait naître cette haine larvée qui montait en elle depuis que sa sœur et sa mère l’avaient traitée de fabulatrice. Sans doute avait-elle eu tort de leur dire ce qui s’était passé. Elle devait reconnaître qu’elle même avait dû se pincer pour admettre les faits...
La jeune femme jeta un coup d’œil vers la porte qu’elle avait laissée ouverte. Lucie n’avait pas bougé. On aurait presque pu croire qu’elle s’était assoupie.
Elle eut un rire silencieux quand ses yeux se posèrent sur l’étagère qui surmontait son bureau. Vide ! Elle en avait retiré tous les livres de Stephen King quand sa sœur, puis sa mère l’avaient accusée de prendre les fictions de son auteur préféré pour la réalité.
Pourtant, trois ans plus tôt, alors que sa sœur lui avait confié Lucie pour la première fois depuis son déménagement...
C’était l’heure du goûter. La fillette n’était pas dans le salon. Elle n’était pas non plus dans l’ancienne chambre d’enfant transformée en chambre d’amis... C’est en entrant dans l’ancienne chambre de sa sœur devenue la sienne qu’Élise avait vu...
Elle déglutit douloureusement en repensant au petit postérieur de sa nièce disparaissant dans la grande glace de l’armoire... D’abord trop stupéfaite pour dire ou faire quoi que ce soit, elle s’était précipitée, avait ouvert la porte du meuble (fermé à clé !) et aperçu... comment était-ce possible ? Lucie et David serrés l’un contre l’autre. « Je vous assure qu’ils étaient là tous les deux ! » avait-elle affirmé sous le regard dubitatif de sa sœur. Celle-ci avait jeté un œil réprobateur sur le fond de cognac qui restait dans un verre sur la table basse du salon. « J’ai bu APRÈS ! Pour me remettre de mes émotions ! » avait protesté en vain Élise. Depuis ce jour, elle ne voyait plus sa nièce que pour les déjeuners et fêtes familiales...
La jeune femme regarda de nouveau par la porte ouverte. Lucie n’était plus dans le fauteuil, son doudou gisait sur le sol.
Elle se précipita hors de la pièce. Se pouvait-il... ?
La porte de la grande chambre était entrouverte. Elle s’en approcha, le cœur battant la chamade... La petite fille était à quelques pas de l’armoire et elle pleurait silencieusement.
« Ah non ! pesta intérieurement Élise, ça ne va pas recommencer ! ». Elle s’élança vers le meuble, attrapant au passage le lourd presse-papier décoratif de sa table de chevet, et elle le lança contre la glace qui explosa.
– Non ! hurla Lucie.
« Mon dieu ! Elle parle ! » songea Élise en se précipitant vers sa nièce qui la repoussa brutalement.
C’est alors qu’elle se rendit compte qu’un filet de sang commençait à sourdre de la jointure entre les deux portes du meuble.

1314 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Star seeker
Star seeker · il y a
Wow, quelle chute ! J'ai adoré cette histoire, qui m'a totalement happée !
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Une chute sanglante ;-) Je suis heureuse qu'elle vous ait estomaqué sans pour autant vous donner la nausée ! ;-)
Merci, Star seeker ! :)

·
Image de Antoine Finck
Antoine Finck · il y a
J'ai passé un très bon moment !
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Je suis, de mon côté, ravie que votre passage sur ma page m'ait incitée à aller voir ce que vous écrivez : je n'ai pas été déçue ! Bonne soirée, Antoine !
·
Image de Antoine Finck
Antoine Finck · il y a
Merci beaucoup Joëlle pour tous ces compliments.
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
C'est le genre d'histoire que j'adore, ce côté quatrième dimension est très prenant....
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Je suis ravie d'avoir eu votre visite, cher Ange, et tout aussi ravie que vous ayez apprécié cette "horreur" diabolique... Bonne soirée :)
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Je vous en prie......:-) pas trop le temps en ce moment.....merci.
·
Image de Mirgar
Mirgar · il y a
Hé bien, je suis particulièrement impressionnée par le sujet et l'atmosphère lourde qui se dégage de cette histoire. Se pourrait-il que les enfants aient une perception et des pouvoirs inconnus des adultes? Un sujet qui ouvre des perspectives littéraires dans le monde du paranormal.Bravo Joëlle!
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Merci pour ce joli commentaire, Mirgar ! J'aime bien varier le ton et les genres, ce qui fait que les matinales (avec leur temps réduit et leur sujet de dernier moment) est un exercice que j'affectionne même si, jusqu'à présent, je n'y ai pas "brillé".
Je te souhaite une bonne journée !
Bises...

·
Image de Ayasha
Ayasha · il y a
incroyable cette histoire, j'aurai voulu qu'il y ai une suite. Quelle souffrance porte cette enfant en elle? merci pour ce texte.
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Merci à vous pour votre vote, Ayasha :-)
La souffrance d'un enfant lors d'un bouleversement dans son existence (divorce des parents, décès d'un très proche) n'est pas toujours prise à sa juste mesure par les adultes... :(

·
Image de Ayasha
Ayasha · il y a
oui et parfois sans le vouloir.
·
Image de De l'Air !
De l'Air ! · il y a
Ne pas lire, seul (e) , le soir, avant de s'endormir ... Brrr ! De plus, bien écrit !
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Comme c'est gentil d'être passé : merci, De l'Air... :)
Il vaut mieux en effet éviter certaines lectures le soir, mais à tout prendre, les histoires d'ogres et de sorcières lus aux enfants avant d'éteindre leur lumière sont-ils moins effrayants ? ;-) ;-) ;-)

·
Image de Malau.j
Malau.j · il y a
Excellent !
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
J'ai choppé le virus K (de Stephen ;-) en lisant quelques uns de ses livres quand j'étais jeune...
Merci, Malau.j

·
Image de Malau.j
Malau.j · il y a
Bonne continuation Joëlle :-)
·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
ouf ! ça fait peur ! je te souhaite une bonne année, bises
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
;-) Merci, Claudine ! C'est gentil d'être passée. Bonne année à toi...
·
Image de Villefranche
Villefranche · il y a
Implacable et flippant! Bravo.
Je ne cherche pas des votes mais des lecteurs (et surtout des lectrices). Vous qui êtes réunionnaise (si j'ai bien compris), peut être apprécierez vous "Le bateau au dessus des nuages". ça se passe là bas, dans l'océan indien. Enfin, là bas pour nous, ici pour vous. Publié hors compet, donc pas de pression. Et attention, vous en avez quatre pour le prix d'un .
Pardon? je suis mystérieux? Allez y voir. Surtout, si vous aimez, postez un commentaire et si vous n'aimez pas, commentez aussi, c'est constructif.

·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Coucou, Villefranche, j'étais en voyage je n'ai donc pu vous remercier tout de suite pour votre appréciation : excusez-moi !
Je viens de faire un tour sur votre page ; j'ai déjà embarqué dans votre bateau mais n'ai pas lu vos derniers textes : je retournerai sur votre page dès que possible. Si je tarde, tirez-moi les oreilles ! (pas trop fort quand même !)

·
Image de Soseki
Soseki · il y a
je découvre cette histoire de fratrie un peu trop tard :-) un suspense sanglant si bien amené .....
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Oups : j'exagère de ne pas avoir répondu à ton sympathique message arrivé avant mon départ en voyage. Pardonne-moi, Soseki.
Meilleurs vœux (tardifs) et bises (pleines de microbes récupérés au cours de mes périples, mais le passage dans les tuyaux électroniques devraient leur être fatals !...)
A + sur ta page.

·
Image de Soseki
Soseki · il y a
meilleurs voeux à toi, également , Joëlle! Et régale nous encore cette année de tes textes !:-))
·