Dolce, dolce vita

il y a
1 min
4
lectures
0

Née en 1970, Angèle Carutti est juriste, non-technocrate et végétarienne. Ses références vont d'Honoré de Balzac à Arundathi Roy en passant par René Fallet, Marguerite Duras, Jean Carbonnie  [+]

Dans un film dur, on entendait cette chanson douce

La chanson de Perry Como
Qui disait hand et again et puis love, comme du sucre et comme un vent léger tout frais du matin

Ça faisait une caresse étouffant le claquement lointain des armes à feu

Une femme ou un rideau, un voilage discret s’est mis à flotter quelque part

Pour ajouter que la vie ce n’est rien
Ça passe
Comme c’est venu
Comme ça s’en va, avec les voiles au vent, toutes dehors, même doucement
Comme ça

Il y a des hommes qui ont la voix rassurante
Qui vous attrapent par la taille et ça virevolte
Ils vous changent en papillon
Killing me softly

Toi tu ne sais pas, tu crois qu’on ne veut pas que tu paies l’addition
Mais tu peux mettre un costume et coiffer tes cheveux, accrocher un sourire au-dessus d’un bouquet, tu peux
Tu peux toujours, tu peux encore
Killing me softly

Il faisait chaud dans le sable du désert de nos vies
On voyait des mirages et on se croyait vrais

Et on nous regardait sans nous croire, aussi
Mais ça nous échappait
Comme la vie

On l’entendait, l’entends-tu
À voix feutrée elle vient vers toi la chanson des amours à la vie à la mort
Softly

Dans le feu de l’été
Elle a le visage heureux, naïf, ému
D’un jeune premier
Venu de sa Pennsylvanie
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !