Djokovic - Khachanov / RG 2020

il y a
1 min
2
lectures
0
Djokovic n’a perdu qu’une fois cette saison : en se disqualifiant à l’US Open suite à un petit geste d’humeur aux proportions sidérantes. Personne ne l’a donc vaincu à la régulière. Il est donc, littéralement, imbattable, depuis bientôt un an, et sa défaite face à Roger Federer aux ATP Finals de Londres (6/4 – 6/3). Cette invincibilité est certes à pondérer avec l’interruption du Tour due à la crise sanitaire, mais le serve n’en demeure pas moins impressionnant cette saison. Il mène 3 victoires à 1 face à Karen Khachanov, qui l’avait vaincu à Paris en finale du Masters de Bercy en 2018. Si le russe est loin du niveau affiché cette année-là (46 victoires, 22 défaites, 3 victoires en tournoi), il n’en reste pas moins un client.

Dans la première manche, KK parvient à faire jeu égal avec le serbe. S’il perd son engagement le premier, il parvient à recoller immédiatement à 5/4. C’est le moment où Nole appuie à nouveau sur l’accélérateur, pour empocher le premier set 6/4. Nole a l’air en croisière sur ce court, alors que l’on sent clairement le russe en surrégime pour tenir la cadence imposée par le numéro un mondial, qui s’est procuré 6 balles de break dans la première manche, et 5 dans la seconde. Dans cette dernière, le serbe s’impose 6/3. Il joue presque systématiquement le coup parfait, en coup droit comme en revers, à la volée comme en fond de court.

Il commence d’ailleurs la troisième manche par la prise du service adverse. Khachanov parvient bien à recoller, en profitant d’un des rares moments de flottement du Djoker, qui rate un smash facile à 3/2. Mais lorsque la machine se remet en route, elle écrase tout sur son passage. Son adversaire ne mettra plus un jeu. Un seul homme semble capable de vaincre le serbe sur terre battue, son probable adversaire en finale, la légende de l’ocre Rafael Nadal. Nous n’y sommes pas encore, mais rien ne semble pouvoir se mettre en travers du chemin des deux hommes. Rien ? Si, peut-être un homme, un guerrier discret à la volonté de fer. Schwartzman, tombeur de Thiem dans un match dantesque, semble bien être le seul à pouvoir apporter du suspense d’ici la finale. En effet, du côté serbe, ni Rublev, ni Tsitsipas, ni Carreno Busta ne semblent en mesure de contrecarrer le roi Novak.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Anja

Aliénor Oval

Au milieu des immeubles vertigineux et innombrables de la cité grise, Anja avance avec sa mère, les cheveux gonflés par le vent qui s'engouffre aussi sous sa robe en coton jaune, sa préférée... [+]