3
min

Direction cruciale

Image de Mordekhaï Katan

Mordekhaï Katan

39 lectures

27

Il a fini par me dire : « Tu es complètement folle ! ». C'est comme cela qu'on me remercie ! Je résume la situation. Je lui avais dit sèchement : « On se sépare aujourd'hui. ». En échange, il m'a supplié de lui laisser une dernière chance, de trouver la moindre possibilité... Puis, il s'est mis adorablement à genoux. Alors là, j'ai cédé. C'est ainsi qu'en étant concentrée comme jamais, j'ai formulé ma proposition. Et voilà, Monsieur n'est pas content !... Moi, ce n'est pas mon genre. Si je dois choisir comme cela, au hasard, une ligne de RER, cela sera la ligne C : C pour Croyante.

*
* *

Devant le choix décisif, je me sens figé. Il n’y a qu’une chose qui est sûre, elle est complètement folle. Je me suis égaré à Paris, cherchant la gare du RER qui me donne confiance, celui qui m'emmènerait, si Dieu le veut, à ma belle femme. Jusqu'à ce qu’il me vienne à l’esprit une chanson dont les paroles me touchent énormément : « Oh ! Laisse-moi rien qu'une fois glisser mes doigts dans les cheveux d'Esméralda ». Rationaliste, je me méfie normalement de l’intuition. Mais dans ce cas précis, tel un rendez-vous sans destination ni direction, je penche pour la gare de Saint-Michel Notre-Dame, ligne B, sans hésitation. Ma mère me disait toujours qu'il fallait écouter son cœur.

*
* *

Je suis montée dans le train qui vient de quitter la gare, celle la plus proche de la tour Eiffel, sans encombre. Moi qui n'ai pas quitté Paris depuis cinq ans. À cet égard, il faut dire que je me débrouille assez bien toute seule. N'empêche, si on est vraiment fait pour être ensemble, rien de mal n'arrivera, j'y crois de tout cœur : je descendrai n’importe où, s’il m’aime toujours, il me rejoindra. Au fur et à mesure du trajet, je laisse toute ma tristesse accumulée derrière moi. Autant c'est banal, autant c'est vrai ! Et que c'est beau ! C'est drôlement bien de faire le vide dans son esprit, personnellement j’adore !

*
* *

La sueur me couvre tellement... C'est dingue ! Si je descends et elle ne sera pas là, signifiera-t-il la fin de notre mariage ? Je ne me fais pas beaucoup d'illusions sur mes chances — c'est vraiment désespérant. Puis j'enrage : à quoi elle joue ? cela fait cinq ans que je bosse comme un fou, quand même ! du matin au soir... pour qu'on ait la possibilité de vivre dans un appartement à nous deux, sans ses parents. J'ai un tas de choses à lui dire mais enfin... cela revient toujours à cette question monumentale où tout dépend de ma décision... c'est-à-dire de la station, celle d'arrivée cette fois ci. Une station qui me reflète, qui reflétera notre relation, c'est cela ma dernière chance. Il faut qu'elle soit la mienne. En voilà une phrase qu'il faut surtout entendre à double sens. Ah !... Que ma femme me choisisse de nouveau ! Puisque tout dépend aussi de sa décision à elle !

*
* *

Celui-ci ? non. Mais si ! Elle a une touche de spiritualisme, cet arrêt. Massy, cela fait penser au Messie. Et si je le retrouve, mon mari, on peut tout recommencer à l'église là-bas. Renouveler nos vœux, quelle jolie idée ! Toutefois, je me demande d'où il vient cet optimisme. Est-ce le voyage sous-terrain ? Oh, rien de tout cela. C'est plutôt dû à ce que je ressens. Voilà tout. C'est la certitude elle-même, sûrement.

Ce sentiment est nouveau pour moi. Tant mieux, si notre relation ne tient maintenant qu'à un cheveu. Enfin je vais savoir. De plus, je suis convaincue qu'à partir de ce moment je vais revivre. Et c’est cette certitude qui chasse toutes mes idées noires. Elle ne cesse pas d’augmenter à chaque instant, c'est l'euphorie presque, je n'en peux plus. Les portes sont désormais ouvertes. Il est temps de descendre, hop-là, et que ça saute !

*
* *

On annonce la prochaine station, Massy-Palaiseau. Moi qui voulais toujours un petit palais à moi. Je renoncerai à tout pour qu'on se voie ici, à Massy. De la tête au pied, je tremble. J'ai du mal à me lever, mais j'arrive tout juste à descendre malgré tout. J'avoue avoir peu d'espoir mais je suis prêt à saisir ma chance.

« Tu as mis du temps », c'est bien elle qui m'accueille. Je suis choqué. Pis encore, il me semble que je suis médusé. Et pour cause : elle est là ! cette rencontre absolument impossible, sa présence, son allure... tout à la fois.

*
* *

« Eh bien, ce retard, j'en ai profité pour me coiffer », continue-t-elle, « Même pas le moindre compliment ?! Folle ou pas je ne mérite pas ça. Mais dis donc, tu n'as plus de mots ? c'est ça ? Viens, à présent, on va à l'église ! Mais tu veux quoi, là ?... Glisser les doigts dans mes cheveux ? Rien qu'une fois ? D'accord, mais rien que ça. Fais attention ».

J'étais heureuse. Quelle joie ! Mais attention, ma joie n'était nullement intellectuelle, elle allait au delà des deux âmes qui se croisent dans un univers de possibilités. On s'est compris à demi-mot. Vous devez me comprendre... C'est tellement bien de se sentir comme une célibataire avec un futur-ancien mari qui sait se taire.

PRIX

Image de Les 40 ans du RER

Thèmes

Image de Très très courts
27

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Un texte de qualité que je soutiens.
·
Image de Mordekhaï Katan
Mordekhaï Katan · il y a
Merci pour l'appréciation.
Bonne chance en finale.

·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Ouf ils se sont retrouvés ! Belle composition.
·
Image de Mordekhaï Katan
Mordekhaï Katan · il y a
Merci ! Parfois franchir le pas en descendant du train c'est un acte de foi.
·
Image de Arlo
Arlo · il y a
Joliment écrit.. Vous avez les votes d'Arlo qui vous invite à découvrir ses deux poème "sur un air de guitare" retenu pour le prix hiver catégorie poésie et "j'avais l'soleil au fond des yeux" en finale de la matinale en cavale. Bonne chance à vous.
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/javais-lsoleil-au-fond-des-yeux

·
Image de Mordekhaï Katan
Mordekhaï Katan · il y a
Je vous remercie.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une œuvre bien écrite et réussie ! Mon œuvre, “De l’autre côté de notre monde”, est en Finale pour la Matinale en cavale 2017. Une invitation à le lire et le soutenir si le cœur vous en dit ! Merci d’avance !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/de-l-autre-cote-de-notre-monde

·
Image de Mordekhaï Katan
Mordekhaï Katan · il y a
Merci pour votre lecture.
Bonne chance !

·