Dimanche soir

il y a
1 min
11
lectures
0
Vingt-heures passées, minuit dans mon coeur, je regarde ton visage glacé par le froid de l’hiver. Ton sourire se dessine, mon coeur se vide, mais nous feront semblant.

Neuf heures dans le sixième, tu me tiens la porte, mes joues rougissent avec la chaleur de la salle, le restaurant est plein ce soir. Je m’assois tandis que tu me regardes d’un air timide, enfin. Tes yeux parcourent la carte, mes yeux parcourent ton corps, je regarde la porte, il est déjà trop tard.

« Garçon, une bouteille de vin blanc s’il vous plaît »

Les regards autours de nous m’obsèdent.

« Et une limonade je vous prie. »

Mes yeux et ton alliance brillent, j’aimerais tant pouvoir te résister. Mes mains tremblent mais mon âme s’apaise, tu finiras par te lasser.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Expulsion

Thierry Covolo

Marie se réveille. Il fait encore nuit, mais l'aube n'est plus très loin. Le chant d’un oiseau, et derrière lui le silence de la rue. Il y a un homme dans son lit. Elle aime bien quand il y a un... [+]