Dimanche matin

il y a
2 min
69
lectures
7

C'est peut-être parce que quand je n'étais encore qu'un embryon mes parents m'ont surnommée "La virgule"... peut-être aussi que ça n'a rien à voir. Ce dont je suis sûre, c'est que si je n'ai  [+]

Je sais que ça va être un mauvais moment à passer...

On est dimanche, ça sent la messe, la fête de famille, le repas sans fin, le marché de Billy, Mamie, les cousins-cousines, et plus concrètement ça cocotte le parfum dans toute la maisonnée.
Les parents sont prêts : Papa en dix minutes, Maman en deux heures, mais à sa décharge c'est elle qui a dû choisir la chemise et la cravate du daron (simple précaution pour éviter le look « carnaval »). Facile pour lui, il n'avait plus qu'à s’exécuter et tout enfiler. Maintenant c'est bon, il peut regarder téléfoot.
De son côté, Maman est apprêtée, finalement comme toujours, elle est belle et elle sent bon.A cette époque, je ne comprenais pas ce petit rituel étrange, mais étant à présent devenue femme moi-même, tout s'est éclairé. Maman a mis un foulard sur sa tête comme pour faire une inhalation sauf qu'elle enfile simplement sa tunique. C'est simple, elle est maquillée et elle ne veut pas en foutre partout ! Mais alors, pourquoi elle se maquille avant de s'habiller... ? Ce mystère est lui aussi résolu : Maman a chaud le matin (et froid le soir). Maintenant c'est mon tour.
Le voilà, je le vois venir de loin, ce mauvais moment à passer. Je le connais bien, ça fait des dizaines de fois que j'y ai droit. Elle s'avance vers moi... ça y est, le supplice commence.
Je suis plantée comme un piquet dans notre toute petite salle de bain carrée bleu marine. J'ai sur les jambes une paire de collants qui pique, qui gratte. C'est pas la matière, c'est les paillettes, le « fil lurex » comme on me l'apprendra plus tard. J'ai sur le dos un joli chemisier blanc avec un col dentelé et une petite coccinelle cousue sur la poche au niveau de la poitrine. Maman veut me mettre un gilet ; je dois rester calme. Elle enfile la première manche et la remonte jusqu'à mon épaule. Hop, la deuxième. Et maintenant mon gilet est mis mais j'ai deux énormes bouloches au niveau des coudes. Je le sais, elle l'a vu, je vais y avoir droit. Maman me demande de tendre le bras devant moi. D'une main, elle tient mon gilet fermement, bien tendu. Son autre main part en exploration à l'intérieur de ma manche à la recherche d'une petit bout de chemisier qui traîne. Elle farfouille, me retourne le bras « Non, maman, là ça coince mais c'est mon coude, ça se plie pas dans ce sens-là ». Je me demande comment elle peut mettre autant de temps à l'attraper. Ça y est ! Elle tire, ça me soulage, ça la soulage, mais le supplice n'est pas terminé : j'ai deux bras. Rebelote.
Je grimace d'impatience pendant qu'elle met un temps record à saisir l'autre manche de chemisier.
C'est (enfin) terminé. Un petit coup de brosse orange en plastique qui fait mal au cuir chevelu pour coiffer le peu de cheveux que j'ai malgré les ampoules et gélules miracles censées « accélérer la pousse » que j'utilise. On laisse la maison dans l'odeur de cocotte, et nous voilà embarqués pour la messe, la fête de famille, le repas sans fin, le marché de Billy, Mamie, les cousins-cousines.
7
7

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Hélène, j’apprends à te connaître dans tes écrits, c’est plus facile pour moi d’imaginer tes parents pour les avoir rencontrés, mais tu m’as transporté chez toi, dans ton intimité... j’ai ressenti ta désapprobation vestimentaire et ta gêne candide exprimée. Il faut persévérer dans cette voie, Hélène, car tu y as ta place.
Affectueusement,
Sandrine.

Image de Ventdautomne
Ventdautomne · il y a
le coup des manches! du vécu!

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Réveil funèbre

Alex Maliraut

Un nouvel enterrement de passé. Les gens ont pleuré, de la mise en bière à la mise en terre. Chacun dépose une gerbe de fleurs. On glisse un mot à la famille. Tout le monde repart. Une page se... [+]