Digoinaises corps et âme

il y a
4 min
2433
lectures
3028
Finaliste
Public

Je suis un citoyen du monde, des premiers de la blog-sphère: Actif. Puis les journaux numériques citoyens. Pétitionnaire depuis 2005. Appartiens à AVAAZ. Là, je me purifie et soigne mon écrit  [+]

Image de 2020
Image de Très très court

Le voyant jouer avec des enfants à Digoin, une dame respectable lui dit 
« Monsieur êtes-vous animateur sportif? »
Il lui répond que oui et qu’il est enseignant aussi. 
C’est alors qu’elle lui proposa d’entraîner une équipe de handball de filles de 14-16 ans pour les préparer au championnat de l’année en cours. Leur entraîneur avait un imprévu. 
« Vous voyez Monsieur, nous voulons gagner du temps et donner le plus de chances à notre équipe. 
- Quel grand honneur ce serait pour moi madame ! C’est corps et âme que je me prêterai à cette honorable mission. »
Le lendemain, ce fut la rencontre avec la jeune équipe de handballeuses de Digoin au stade municipal de handball.

Sachant que tout dépend du premier contact, l’animateur fit de son mieux pour gagner la confiance de ses joueuses.
Elles étaient toutes présentes et portaient la belle tenue violette de Digoin. Après les présentations de madame la Présidente et de son adjointe, il s’adressa aux handballeuses curieuses et motivées car voulant être en forme dès la rentrée pour faire face au championnat qui les attendait, et surtout pour  affronter les premières rencontres dont tout dépendrait  après. Elles étaient quinze, toutes volontaires et bien décidées. Chacune voulait être choisie et faire partie de l’équipe.
« Bonjour tout le monde ! Écoutez-moi bien. Notre devise principale doit être bien retenue, leur dit-il.
- Et, c’est quoi Monsieur ? 
- Hé bien, c’est : « Corps et âme » ! Pour être championne, il faut bien se défoncer ! Jouer corps et âme !
- Oui, Monsieur, corps et âme ! Corps et âme ! Corps et âme ! criaient-elles en sautillant sur place.
- Pour ce premier contact, c’est la présentation et un travail de condition physique.
Seules les plus méritantes seront choisies, sachez le, pour faire partie de l’équipe qui assurera les rencontres de la rentrée. D’accord ?
- Oui, d’accord ! 
- Allez, commençons l’échauffement ! Allez vite ! Quelques tours !
- C’est sérieux, pardi ! dit Sylvie.
- Ah, vraiment, ça commence bien, dit Margot. 
- Nous allons suer ! ajoute Lucienne.
- Allez ! Allez ! On ne traîne pas, courez ! Courez ! Relâchez-vous ! Arrivées à ma hauteur, vous annoncerez, nom et prénom  à haute voix, votre poste habituel de jeu. Je note. Allez-y, courez ! »
Les quinze filles, en petites foulées, entamaient le premier tour de terrain. Une légère poussière s’éleva sous leur foulée. Les jeunes y allaient de tout cœur.
Madame la Présidente et son adjointe étaient ravies de constater que cela pouvait marcher. Elles étaient satisfaites.
Après le quatrième tour, les filles firent des exercices d’assouplissement sous le contrôle de l’entraîneur providentiel pas du tout chiche en remarques et en corrections :
« Bien droite ! Bien droite, Barbara! 
Plus haut les bras ! Plus haut, Louise !
Attention aux pompes ! Pas comme ça Hellène ! Pas comme ça, ne te plie pas ! Plus raide ! Plus raide !
Et toi, Ginette, saute plus haut ! Encore plus haut Ginette !
Marguerite, rapide, plus rapide le jeu de jambes! Plus vite ! Plus vite !  »
Après l’entraînement, rassemblement pour certaines remarques, conseils, consignes et pour informer les jeunes handballeuses du programme leur permettant une bonne préparation pour affronter la saison.
C’était la satisfaction générale pour les sportives et pour madame la Présidente et son adjointe.

Très heureuses, les filles suantes et éreintées, aux vestiaires, s’alignèrent au centre et lancèrent ensemble en élevant à trois reprises leurs bras vers le haut puis en les rabaissant :     « Corps et âme ! Corps et âme ! Corps et âme ! »

Les jours suivants, tout se déroula selon le programme avec priorité à la condition physique, à l’assouplissement et aux entraînements techniques et tactiques. Les handballeuses encouragées, jubilaient. De tout cœur, elles écoutaient le rappel des fautes sur l’adversaire à ne pas faire.
« Avant le premier match entre vous, je vous demande d’éviter ces fautes : ceinturage, petite poussette, contact irrégulier, balle en touche lancée exprès. Je rappelle à la gardienne de ne pas rentrer dans sa surface avec le ballon. 
De plus, nulle n’est titulaire du poste. Changez selon mes conseils durant le match. Je vois pour le mieux. D’accord ?
- Oui Chef ! criaient les joueuses excitées.
- Vous changerez de poste dès que je vous aurai avisées. C’est pour voir où vous êtes le mieux! D’accord ?
- Oui, d’accord Chef ! » 
Des questions fusaient pour satisfaire leur curiosité ou compléter leur connaissance du jeu et du règlement sous l’œil et l’oreille des responsables qui n’avaient raté aucun entraînement.
Ce jour-là, des spectateurs de Digoin étaient invités comme supporters de leur jeune équipe. 
Et voilà, le coup de sifflet annonçant le début du match sous les vivats et les encouragements.
« Digoin ! Digoin ! Digoin ! »
Isabelle, balle en main, avance, un pas, deux pas, elle passe à Christine qui fait aussi un pas deux pas, trois pas et passe la balle à Alicia qui, de toutes ses forces, tire dans la cage. Raté. 
Frédérique, du camp adverse, happe la balle avec facilité et en remet le   jeu. Elle lance à sa coéquipière Lucienne qui profite pour dribbler une, deux camarades et puis, lance la balle vers Sylvie aux aguets. Tout le monde court, court. Sylvie relance la balle en direction de Fabienne.

« On continue ! On continue ! » Criait l’entraîneur.
« Passe ! Passe » dit Marguerite à Iraje sprintant en direction des buts ; elle saisit la balle au vol et, dans un revers bien ajusté, après deux pas et un dribble, se relève de toute sa hauteur et loge la balle dans la cage adverse. La tribune explose de joie pour ce premier but de la partie.
Margot ne tient plus sur ses pieds. Après le centre, elle se saisit de la balle et fonce tel un bolide, dribblant par-ci, dribblant par-là, elle n’est plus qu’à quelques mètres, et de toutes ses forces, loge la balle, bien en haut, à l’angle droit de la cage, les filets tremblent. 
La tribune explose encore, c’est l’égalisation.

Profitant de ce moment, l’entraîneur procède à quelques changements pour mieux juger et jauger les joueuses.
« Nulle n’est titulaire du poste les filles ! Le remaniement est nécessaire pour mieux vous évaluer.
- Oui Chef! disent-elles. »
Et le jeu continue...

Ainsi se passèrent les vacances. Une bonne équipe naquit, prête à affronter le championnat. L’entraîneur officiel rentrerait bientôt et n’aurait qu’à assumer le reste.
Dans la salle des fêtes de Digoin eut lieu une réception pour remercier cet entraîneur improvisé et récompenser les jeunes handballeuses pour les efforts fournis. C’était la fête.
Cela grouillait de monde. Au moment des photos, madame la Présidente prit la parole en tenant l’entraîneur par la main et sous les ovations des jeunes criant : « Corps et âme ! Corps et âme ! ». Elle lui dit :
« Vraiment Monsieur, nous ne savons pas comment vous remercier. Pour nous, pour nos jeunes filles, pour notre équipe, vous avez été un ange ! Oui, UN ANGE ! Veuillez accepter de notre part ces symboliques cadeaux ! »

Regardant toute l’assistance en un regard circulaire, l’entraîneur déplia ses belles ailes blanches majestueusement et prit la voie des airs sous les regards ébahis de l’assistance en souhaitant la réussite à la jeune équipe féminine de Digoin.

Et, les applaudissements, et les cris se firent aussitôt entendre. Les flashs des appareils photos de toute une assistance trop surprise pour pouvoir vraiment bien comprendre ce qui se passe, mais trop avertie pour rater les photos extraordinaires de ces fin de vacances d’été à Digoin. 

Mais, les anges apparaissent-ils sur les photos?

3028

Un petit mot pour l'auteur ? 1230 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de SEKOUBA DOUKOURE
SEKOUBA DOUKOURE · il y a
Bravo pour ce beau texte ! Vous avez mes voix. ET merci de passer faire un tour chez moi et soutenir mon texte si vous avez le temps. 🙏🙏
*Le lien du vote*
👇👇👇👇.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-village-doukourela

Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Très belle histoire sportive ! Je cueille un cœur et vous invite à lire mon ttc finaliste ! Merci
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/erreur-dimpression-1

Image de Christopher Olivier
Christopher Olivier · il y a
Bonne chance pour la suite
Image de Muriel Duenas
Muriel Duenas · il y a
Fin surprenante....en général les anges gardiens sont plus discrets mais joli texte qui met en avant les qualités individuelles pour le collectif....
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Un ange gardien (de but?) cet entraîneur...
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Sympa ton texte, la fin justifie celui-ci...
Image de Eric diokel Ngom
Eric diokel Ngom · il y a
Ta page est riche J'ai bcp aimé ..un texte original et bien structuré.. une maîtrise des mots .. un style particulier merci de m'aider à progresser en donnant un commentaire à mon texte je suis nouveau.. mes voix
Image de Arnaud-Christ EKONE
Arnaud-Christ EKONE · il y a
Ah oui oui!
Belle fin aussi douce qu'une rose de Barbade!
Très beau texte, sincèrement.
Assez subtile et me fais penser à des mélodies enivrantes...

Je te convie de lire «Les cieux, la cime et la prairie» et de me donner ton avis; n'hésites pas de donner des voix si la fable ne t'a pas laissé indifférent.

Image de Jennyfer Miara
Jennyfer Miara · il y a
Belle histoire, surprenante et bien écrite! Bravo!
Image de Brandon Ngniaouo
Brandon Ngniaouo · il y a
Quel belle histoire ! Très originale et bien maîtrisé. Vous-avez ma voix.
Si quelques secondes s'offrent à vous, n'hésitez pas à aller faire un pique-nique en lisant mon texte et à me soutenir avec vos voix.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-chose-11