3
min

Dieu croit-il en ...?

Image de Corine LysOrlane

Corine LysOrlane

71 lectures

32

Questionnements d'Enzo, au premier stade des embarras existentiels :


* Si Dieu existe, j’espère qu’il rêve encore parce qu’il oubliera que ses cauchemars, ils sont tous vrais et qu’ils bougent et en font d’autres.


* S’il existe, j’espère qu’il a des rtt comme Maman et Papa et un écran à poser entre lui et la Terre.


* S’il existe, il doit rien faire que se dire qu’il aurait mieux fait de rester dans le noir à écouter de la musique et à bosser ses théorèmes qu’il a fait semblant de faire croire aux scientifiques que c’est eux qui les découvraient. Même que c’est naze qu’on a à les bosser.


* Si Dieu existe, j’espère que Mélanie aura jamais d’appareil dentaire.






Pensée d’une cousine, dans la pièce contiguë, dans le couloir des premiers émois philosophiques :


* Si Dieu existe, j’espère pour lui et nous qu'il se commande des wagons entiers d’antidépresseurs glissant sur les lois de la gravité. Qu’au moins, nous soit épargné qu’ils nous tombent sur la tronche. Ca va comme ça.


* S'il existe, pourquoi a-t-il créé l’intelligence ? Pour le suspense de l’imperfection ? Pour la surprise des dérives sur des tracés trop droits ? Il faut croire que Dieu est joueur. Mais pourquoi, quand on tient les commandes, ne pas choisir la case arbitre ? Trop facile, trop attendu ? Pas fair play ?


Bof.. Ca me gave. De toute façon, on peut partir du postulat d’une névrose divine engendrée par mimétisme. Névrose allégée, mais névrose tout de même. Car un jour, l'ordre s'est inversé. L’Homme s'est mis à croire en l’Homme jugeant que cela était juste et bon. Dieu a commencé à souffrir de se sentir trop pâle dans ses vêtements de créateur, père chagrin face à ses mannequins prétentieux, aux instints patricides. C'est clair que si Dieu existe, on peut pleurer sur lui aussi.


Il est tard. Je ne vais pas finir insomniaque comme Tonton ? Ah non, non, pas lui, on dirait un zombie, merci. En admettant. Il faut en finir. On dirait. Il existe. J'ouvre les yeux sur l'infini. Au loin, Descartes et ses pompes. Vade retro.


* Dieu a toujours été pauvre comme Job avant de sombrer dans la névrose. Avant ? Quoique... Il y avait bien un signe, au commencement : pourquoi créer un arbre et en interdire les fruits ? C’est comme l’autre avec sa clé d’or qui ordonne à son épouse de ne pas ouvrir les portes. On le sait que les femmes sont des curieuses, nom de D.... !


Mais écartons les toiles peintes par la Perception et posées par le temps, avançons sainement, avec sobriété, les yeux ouverts de l'Autre Côté : il y a quelques siècles, il s’est ramassé sur lui-même, les dents serrées sur les orteils et s’est confessé que c’était bizarre, ce goût pour l'impossible. Lui-même a repensé à ses devoirs de créateur, sans chercher à s'épargner. La Conscience, ça se cache mieux que ça. Trop facile, trop tentant. Pas fair play ? Il s'est redressé, comme quand on a oublié le chéquier sur la voiture et que ça fait 100 kms qu'on roule. Un coup violent au ventre de l'âme. Il en a bleui. Mais non, c'est pas ça. Il se souvient : Dieu était trop neuf, il était encore naïf.


C'était avant qu'Il ne voit des choses loin du Jardin, avant de rugir, d'en faire quelques ruines, puis d'en conclure qu'il ne le referait plus jamais.

La sagesse par l'empirisme, une première Table de loi personnelle était entamée, qu’il cacha ainsi derrière sa trousse et ses règles, parce que ça peut être dangereux, entre toutes les mains. Il tint parole, ne rugit plus, envoya le fiston qui morfla grave. Mais tout serait réparé, puisque la Table était mise...



Il se trouve que rien n'est décidément simple, que les tourments immatériels se font toujours vifs, plus assoiffés que des sangsues sur des corps malades. Alors, il y a peu de temps à son échelle, Dieu a lancé un appel qui a fait comme une voix de métal hurlant : « névrosé 2 %, cherche psy-tarif ». Un mec est arrivé, tout mort déjà, idéaliste et surdiplômé. Le mec possédant une maturité de l’expérience du décès à peu près aussi grande que celle de la vie, ça a eu l'air de coller. Dieu a commencé les séances. Ca c’est su, sans que soit sabordé le serment sacré. Ca s’est su quand même, sans sacristie, sans sadisme, sans Sartre, faute d’existentialisme. Ca s’est ouï, sans salade, sans spéculer. Les serments ont sifflé sur nos têtes. Il faut dire que Dieu parle fort. Il y a longtemps qu'il pense qu'on est sourds. Pour ça. Depuis le début, il y a quiproquo. On n’entend pas tellement mieux quand les gens crient.


Mais ça nous amène à une question cruciale :


BLAGUE MISE A PART, SANS DEC., SI DIEU EXISTE, CROIT-IL EN SON PSY ?


Reste à croiser les doigts pour que ce dernier ne soit pas remplacé pour burn-out avant la fin des soins par un pervers refoulé, de mèche avec le barbier. Car il y a de quoi s’étouffer dans sa barbe. On n’aurait rien à y gagner.



Va savoir où j'ai été chercher tout ça, tout en modération. Non ?! Les yeux ouverts, il y a quoi ? Des meubles, des portes, mon iphone,... Et un sentiment bizarre.
On dirait de la poussière, là. Ca va vite, avec le Mistral. Il suffit d'une journée qui ne tourne pas comme d'habitude, une journée moche et sale.
Bon, je vais pieuter, moi. C’est pas tout.

Thèmes

Image de Très très courts
32

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Armellectrice
Armellectrice · il y a
pauvre comme job avant de sombrer dans la névrose ! les dents serrées sur les orteils ! Mdr
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Une belle écriture, et un Enzo curieux, léger et avec une pointe d'humour j'aime.
·
Image de Corine LysOrlane
Corine LysOrlane · il y a
Merci de ce commentaire et pour Enzo, qui ouvre la danse, je suis sûre qu'il serait ravi !
·
Image de Francesca Fa
Francesca Fa · il y a
Ma part divine et moi-même fuyons les psy ... comme les églises ... et nous aimons les questionneurs et les questionneuses
·
Image de Corine LysOrlane
Corine LysOrlane · il y a
:-)) Je n'ai rien ni contre les uns, ni contre les autres, mais j'aime plaisanter sur ces sujets..
·
Image de Thyti
Thyti · il y a
C'est un curieux aménagement pour un texte qui mériterait mieux, très drôle mais j'ai failli en manquer une partie ! Il est compétition celui-là ? Je vote de toute façon.
·
Image de Corine LysOrlane
Corine LysOrlane · il y a
Ca y est au fait (je mets longtemps pour répondre !!! La pagination concorde mieux. je l'avais refaite). Il y a avait de grands "blancs" en effet, coupant la lecture.
·
Image de Thyti
Thyti · il y a
c'est parfait. Dommage, lisible qu'à peu de gens puisqu'il n'est pas en compétition.
·
Image de Corine LysOrlane
Corine LysOrlane · il y a
Oh mais c'est vrai que c'est mochement tombé ! Lol ! J'ai recommencé à copier/coller, mais ça tombe de la même façon !!! Non, ce n'est pas en compétition :-). Merci, Thyti. Je vais essayer de revoir cette mise en page !
·
Image de Fantec
Fantec · il y a
Vous revoilà avec des questions existentielles divinement posées.
·
Image de Corine LysOrlane
Corine LysOrlane · il y a
Il y a quelques petites choses sur la forme que je vais reprendre (pas sur le fond !). Au départ je ne voulais dire qu'une chose : "Dieu a-t-il foi en son psy ?". Merci, Fantec.
·
Image de Lou Paulin
Lou Paulin · il y a
Les interrogations de Dieu sur lui, sur les humains, demandant un psy demi tarif, j'ai beaucoup ri.
·
Image de Corine LysOrlane
Corine LysOrlane · il y a
Super ! C'était le but. Merci, Lou.
·
Image de Sofia-D
Sofia-D · il y a
très original, j'aime beaucoup les préoccupations d'Enzo pour Mélanie et le psy "déjà très mort" qui soigne le Créateur. Dieu a-t-il la foi en son psy ? Très bonne question, Corine. Je vote quand même.
·
Image de Corine LysOrlane
Corine LysOrlane · il y a
Il y a toujours, quand je me relis, des choses que j'ai envie de remanier, pas sur le fond, mais la forme (sans compter que la mise en page est bizarroïde), mais merci beaucoup, Sofia.
·
Image de Pierrot
Pierrot · il y a
drôle sur des sujets graves, merci
·
Image de Corine LysOrlane
Corine LysOrlane · il y a
Merci, Pierrot. C'est sur les sujets graves que je "délire" parfois. Parce que c'est grave...
·