1
min

Dialogue maladif

Image de Expressionlibre

Expressionlibre

13 lectures

0

Non. Non et non. Je vais rester au lit. Mon corps s’épuise. Tu es injuste avec moi. Qu’est ce que tu essaies de me faire comprendre ces derniers jours? Dis le moi tout de suite!

Non, je n’ai pas envie de deviner. Tu ne vois pas le vide dans mes yeux? Comme si mon âme s’était endormie. Regarde, mes gestes sont sans vie.

Je ne supporte pas ta méchanceté sourde et sournoise. Non je ne pleurerais pas tant que tu seras là. Je ne t’offrirais pas ce plaisir! Je veux être la gagnante dans cette histoire.

Aujourd’hui, hier, avant-hier, j’aurais voulu t’étrangler, t’étouffer.Je sais que je suis dure avec toi. Ca ne me ressemble pas. Mais comment veux-tu que je sois ton amie si tu viens me polluer.

Oui tu as raison, ces derniers temps tu as été un amour. Tu m’as montré beaucoup de compassion. Tu as entendu mes attentes. Alors oui un grand merci pour cela. J’ai même réussi à te considérer comme une amie, à ressentir de la tendresse pour toi. Après tout, reconnaissons-le, tu m’as appris à profiter du moment présent, à savourer ce que j’ai dans ma vie.

Mais quand tu décides de t’accrocher à moi, je suis une vraie loque. Je suis comme un fantôme dans la vie. S’il te plait dépêche toi de partir. Je n’en peux vraiment plus.

Ma chère petite maladie, va-t-en, tu ne me manqueras pas.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,