1
min

Devès

Image de Dan Mézenc

Dan Mézenc

124 lectures

5

La terre gonfle sous l’œil du témoin pèlerin, l’écorce de glace cérulée se déchire en un craquement de joie initiale, d'une faille jaillit le circaète siffleur, de la terre grasse éclot la fleur matricielle lourde de ses pollens primitifs, bientôt planètes d’ambre et d'ocre.

Le témoin prend l’asphodèle et devient homme et l’homme reprend le grand chemin et devient tribu, la tribu comprend le sens et devient peuple, le peuple érige la conscience, édifice de pierres aux tours lancées vers le firmament lacéré.

De l’infini vient la puissance originelle, de l’inconnu l’énergie du tout, de la combustion furieuse naît l'ordre instable, particules browniennes, galaxies percutées, planètes érectiles, gaz délétères, préludes corpusculaires à la vie exaltée, témoins, bourgeons, nymphes promises, oiseaux de liberté.

Le peuple éphémère construit son œuvre suprême, sa tour d'argile, de roches et de sang aux fondations de ciel et aux rhizomes aériens, la tour d’éternité et de mémoire donne le souffle et reprend la vie dans la spirale infinie des extinctions et la volute douloureuse des commencements.
Au pied du dyke volcanien, dans la taverne céleste, la horde ripaille et se délecte d'une ingénue sacrifiée, gazelle gracile sanctifiée, honorant ses dieux telluriques, statues ciselées de runes sibyllines.

Sur la terre où se nouent les amitiés basaltiques, la vieille édentée et sarcastique va sur le chemin de poussières rouges, claudique et s'effondre dans un chaintre chantourné d’épilobes et d’alisiers pourpres, son corps lourd se fond dans la terre de cendres et disparaît dans le fleuve naissant.
5

Vous aimerez aussi !

Du même auteur