Deux antennes dans les étoiles

il y a
3 min
426
lectures
385
Finaliste
Public

"Il faut toujours viser la lune, car même en cas d'échec, on atterrit dans les étoiles." Oscar Wilde ~*~ Mon âge est compris entre 12 et 14 non inclus, j'ai fini ma 4ème l'an dernier, ma ville  [+]

Image de 2020

Thème

Image de Moins de 18 ans
Fourmi.

Un si petit insecte.

Fourmi.

Noir luisant d’une minuscule bestiole. Insignifiante parmi tant d’autres, noyée dans la masse sombre, bousculée par ses semblables.

Fourmi.

Elle était perdue dans la routine, transportant jour après jour des provisions. Prisonnière d’un îlot de verdure au coin d’une rue de Grenoble.

Fourmi.

Bruit, vacarme de la cité.
Agitation menaçante.

Fourmi.

Ciel gris. Béton gris.
Immeubles gris, voitures grises, gens gris !
Vie grise.

Fourmi.
Solitude.

Elle n’avait aucune pause, aucun repos durant la journée.

Fourmi.

Mais chaque nuit, perchée au sommet de la fourmilière, elle contemplait le ciel étoilé, espérant apercevoir plus d’astres que les quelques points timides qu’elle voyait les jours où les lampadaires étaient en panne.
Elle était fascinée par cette vision. Elle sentait qu’il brillait dans l’espace une infinité d’étoiles.
Elle rêvait chaque nuit d’une myriade de lueurs dorées.
Elle s’imaginait ailleurs, contemplant enfin la voûte céleste dans son intégralité.

Fourmi.

Ce songe devint obsession.

Fourmi.

Un jour, elle prit son courage à six pattes, et partit.

Fourmi.
Liberté.

La marche débuta. Longue. Dangereuse.

Fourmi.
Chaussures géantes.

Elle comprit alors qu’elle ne pourrait pas aller bien loin sans se faire écraser. Elle se résolut à se faire transporter par les humains. Malgré la peur violente qui lui broyait les entrailles, le petit insecte rassembla son énergie. Elle grimpa sur une voiture qui attendait à un feu rouge, remonta jusqu’à la poignée de la portière.

La voiture démarra en trombe. Durant tout le trajet, la petite bestiole se cramponna de toutes ses forces à l’auto. Elle sortit de la ville et du brouhaha en une vingtaine de minutes.

Un calme reposant l’envahit. Ici, le silence était fait de bruissement de feuilles et de pépiements d’oiseaux.

Elle sauta au sol.

Elle avançait avec détermination entre de grands arbres. La lumière entre leurs feuilles dessinait de jolis motifs sur le sol accidenté.
De nombreux obstacles se dressèrent sur son passage. Et le chemin montait, montait...

Fourmi.

Elle continua courageusement au prix d’efforts qu’elle n’aurait cru possibles.

Fourmi.

Elle n’avait d’yeux que pour son environnement. Tout l’enthousiasmait. Les branches perdues dans les hauteurs semblaient lui tendre les bras, les fougères la défiaient de parvenir à leur sommet, les prairies d’un vert lumineux l’invitaient à traverser.

Vert.

Verts les feuillages ombragés tournés vers le ciel, vertes les hautes herbes sauvages, verte la tornade de nature et d’espoir qui venait de s’engouffrer dans son esprit gris.

Soudain, tout était possible.

Le chant du vent dans les feuilles la poussait vers l’avant, toujours plus haut. Les insectes alentour semblait l’encourager doucement. Les oiseaux sifflaient doucement, et cette mélodie paraissait un hymne au courage, au bonheur, aux rêves en passe d’être réalisés et à la détermination. Elle progressait toujours. Chaque pas la rapprochait de son objectif.

Au moment où elle quitta la forêt pour un paysage sauvage de rochers pointus, un chocard au plumage de jais fondit en piqué sur elle.

Fourmi.

Les dangereux volatiles raffolaient des insectes comme elle.

Fourmi.

Elle sentit son abdomen se serrer violemment sous l’effet de la peur.

Fourmi.
Oiseau.

Les deux se fixaient, les yeux dans les yeux. La scène paraissait au ralenti.

Oiseau.
Fourmi.

Le temps reprit ses droits et tout se déroula à une telle vitesse que la courageuse bestiole ne vit qu’un brouillard flou.
Elle ne verrait jamais les étoiles.
Elle se prépara à la collision.

Fourmi.

Au lieu du choc qu’elle pensait venir de devant, elle se sentit percutée sur le côté. Elle roula avant de s’immobiliser lourdement.
Avant qu’elle n’ait eu le temps de reprendre ses esprits, des pattes l’attrapèrent et elle commença à s’élever dans les airs. Elle était tétanisée de stupeur. Les yeux ronds, elle vit le sol s’éloigner peu à peu d’elle.
Elle jeta des coups d’œil affolés autour d’elle. Était-ce l’oiseau qui l’amenait dans son repaire en battant des ailes ?
Elle entendit tout à coup un cri furieux derrière elle.
Elle se retourna, paniquée, et aperçut le chocard qui la pourchassait à toute vitesse.


Fourmi.


Comment était-ce possible ? Si son poursuivant était derrière elle, qui la maintenait en l’air ?
Elle leva de grands yeux effrayés...

Fourmi.

Une abeille.
C’était une abeille.

Le minuscule cerveau de l’insecte noir semblait s’être laissé envahir sous l’effet de la peur par un épais brouillard gris, l’empêchant de réfléchir, de comprendre ce qui lui arrivait.
Elle s’ébroua et, reprenant ses esprits, réalisa soudain que l’abeille venait de lui sauver la vie, risquant au passage la sienne. Elle luttait maintenant pour la mettre à l’abri.
Le chocard les talonnait, l’abeille fatiguait...

Fourmi.

Alors que tout semblait perdu, la bestiole rayée effectua soudain un piqué en direction du sol, remonta à toute allure en poussant un bzzz retentissant et fondit vers un petit trou dans le tronc d’un arbre.

Fourmi.

Elles atterrirent pêle-mêle dans le creux. L’oiseau passa devant sans les voir.
Elle échangèrent un regard et à travers leurs yeux passèrent tous les mots qu’elles ne pouvaient se dire, car elles ne communiquaient pas de la même façon.
L’abeille sut tout du rêve de la fourmi, la fourmi comprit que l’abeille ferait tout pour l’aider à le réaliser.
Elles sortirent du trou et la fourmi grimpa sur le dos de sa sauveuse.
Elle s'agrippa à ses poils et elle s’envolèrent.

Fourmi, abeille.

La bestiole noire sentit le vent souffler sur ses antennes. Elle vit Belledonne aux sommets encore enneigés, les bois verdoyants, les plateaux, les villages à ses pieds, les sentiers, les falaises de Chartreuse.

Elles volèrent longtemps. Le ciel rougit puis se teinta de violet.
Les premiers astres apparaissaient.
La fourmi les regarda s’allumer les uns après les autres.
La nuit était noire à présent.
Elle se repassa sa journée. Les différents paysages qu’elle avait contemplés, la nature qu’elle avait découverte.

Fourmi.

Puis une rivière d’étoiles coula à travers la voûte céleste.

Isère.
385
385

Un petit mot pour l'auteur ? 123 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Mandoline Thonnart
Mandoline Thonnart  Commentaire de l'auteur · il y a
Merci à tous, d'avoir lu, voté, commenté, supporté mon texte ! Grâce à vous j'ai réussi à aller jusqu'à la finale ! Le prix sera pour une autre fois... Je ne désespère pas ! 😊 J'ai aussi eu 385 voix (et un sourire aussi énorme que le rêve de cette fourmi sur le visage grâce à tous vos commentaires gentils) ! Merci, merci !
Si la petite fourmi qui sommeille en vous a encore envie de se balader dans la forêt de mes textes, voici les différents sentiers : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/irresistible-attraction , https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/une-petite-tomate , https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/livre-comme-lair , https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/extra-escape-game !
Bonne promenade et à bientôt !

Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
Une écriture rythmée et originale, qui accompagne bien cette petite escapade. :)
Image de Mandoline Thonnart
Mandoline Thonnart · il y a
Merci !
Image de léo g
léo g · il y a
bien bien trés bon texte trés trés bon texte texte super super texte texte énormément bien énormément bien ce texte
Image de Mandoline Thonnart
Mandoline Thonnart · il y a
Je suis contente que ça te plaise... :)
Image de Zoé Bergues
Zoé Bergues · il y a
hé hé ! La finale !!!! Bon courage pour cette dernière ligne droite !
Image de Mandoline Thonnart
Mandoline Thonnart · il y a
Eh oui !
Merci énormément pour ton commentaire !

Image de Tess Benedict
Tess Benedict · il y a
Très originale, cette fourmi voyageuse !
Image de Mandoline Thonnart
Mandoline Thonnart · il y a
Merci ! C'était le but de montrer que les fourmis aussi peuvent se montrer originales ! (à interpréter dans le sens que vous voulez...)
Image de RIM Martin
RIM Martin · il y a
Mandoline, c'est vraiment excellent! Tu m'as transportée dans le monde de ta fourmi!
Image de Mandoline Thonnart
Mandoline Thonnart · il y a
Merci RIM je suis contente que ça te plaise !
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Et voilà. De retour dans la fourmilière ...
Et tu trouveras aussi à voir, à boire, et à manger ...
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/a-voir-a-boire-et-a-manger-un-gout-de-paradis

Image de Mandoline Thonnart
Mandoline Thonnart · il y a
Merci beaucoup !
Image de Willy Boder
Willy Boder · il y a
Bravo Mandoline pour l'imagination développée autour d'une petite fourmi. Bonne chance pour la finale.
Image de Mandoline Thonnart
Mandoline Thonnart · il y a
Merci ! Bonne chance à vous aussi !
Image de Cyrille Conte
Cyrille Conte · il y a
Bravo Mandoline. Le suspens est tel que l'on vit les aventures de cette fourmi jusqu'au bout sans pouvoir en décoller les antennes. C'est très bien écrit.
Je suis en finale moi aussi, si le coeur vous en dit : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/une-promesse-d-evasion
Bonne finale et encore bravo.

Image de Mandoline Thonnart
Mandoline Thonnart · il y a
Merci beaucoup, c'est très gentil, ça m'encourage à écrire encore mieux !
Image de Mandoline Thonnart
Mandoline Thonnart · il y a
Je suis allée lire votre texte, j'ai bien aimé !
Image de Cyrille Conte
Cyrille Conte · il y a
Merci beaucoup Mandoline.
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
de nouveau toutes mes voix pour cette très belle histoire
Image de Mandoline Thonnart
Mandoline Thonnart · il y a
Je vous remercie de votre soutien ! Je suis heureuse qu'elle vous ait plu !