Deus Games - Sombre destinée

il y a
3 min
12
lectures
1

"Vivant ou mort, nous devons rester debout." ~ Le Déchronologue - Stéphane Beauverge  [+]

_ Aphrodite !

Ma voix d’ordinaire si puissante, si éloquente, s’étiole dans la brume nuageuse qui nous entoure. Le visage contrit, je ne peux laisser mon courage se déchirer comme une pelote de laine sous la patte d’un vil félin.

_ Aphrodite !!

J’engage alors une course contre Chronos, traversant les flots du panthéon qui s’écartent à mon passage telle la mer rouge face au vieil Hébreu. Dieux et déesses détournent le regard, bien trop effrayés par le sort qui est réservé à la pauvre Aphrodite, perdue dans un orage effrayant. Je finis par rattraper ma sublime dulcinée, la plus belle des créatures éternelles. En gentleman antique et parfait inconscient, je la retiens avec douceur, mais fermeté.

_ Je vais le faire ! Ai-je articulé avec force. Je vais prendre ta place et devenir le Dieu des enfers !

La dernière fois qu’un Dieu s’est porté volontaire pour devenir le maître des sombres recoins du Tartare et des champs d’Asphodèles remonte à des temps immémoriaux ! L’Olympe n’était même pas encore le centre du monde civilisé !

Surpris par mon sacrifice, Hermès peine à se souvenir du protocole de désignation des volontaires. Il finit par balbutier quelques félicitations étouffées de doutes. Il faut dire que notre montagne ennuagée n’est pas réputée pour être lieu de solidarité et d’entraide.

_Euh mais... a-alors... Normalement je c-crois que l’on d-désigne d-d’abord le...

Embarrassé par le verbe de notre messager des dieux, mon grand frère se lève d’un bond fort aviné et vient le rejoindre sur la scène marbrée.

_ Mais quelle importance ?! Tonne-t-il.

Il me regarde d’un air entendu, connaissant mon goût pour les richesses autant que pour les belles femmes. Ses yeux me crient sans détour : « cela va te manquer mon cher frère ». Notre histoire est aussi ancienne que le combat qu’il menât pour nous délivrer du père des Titans. Pourtant, je doute qu’il se souvienne de mes exploits pour me rendre invisible de tous, surtout des abominables humains.... Et puis... Se souvient-il que je suis terrifié par les ténèbres ? Probablement pas.

_ Quelle importance y-a-t-il à ce que mon jeune frère soit élu à ce /si/ prestigieux poste ?! Confie-t-il à son outre de vin qui lui sert de foie autant qu’à nous autres, olympiens.
_ Non Hadès ! Non ! Tu ne peux pas me faire ça ! Me crie une Aphrodite désespérée.
_ Ne dis pas de sottise... Je peux le faire. Et je vais le faire ! Laisse-moi aller là où mes yeux ne pourront plus t’admirer ! Laisse-moi jouir du monde souterrain, seul...

Moins convaincant que je ne l’aurais souhaité, je la repousse théâtralement puis je grimpe sur l’estrade des oracles, presque sans un regard en arrière. Je ne puis, ô je le jure devant mes frères, le même jour perdre la plus belle des déesses et me faire passer pour un couard anobli de lâcheté devant tous !

Mon second frère, sobre comme un chameau, attrape d’une main aqueuse mon ex-prétendante et l’emmène au loin comme le ferait une lame de fond qui emporte marins et espoirs. Elle crie, se débat, hurle, frappe et essaye de s’évader des bras puissants du Dieu de l’océan et des tempêtes. Elle me foudroie même du regard. Je ne la regarde pas. Elle fond en larme. Je ne la regarde plus. Je sais que ce moment est diffusé dans tous les temples Grecs - en direct.

_E-eh bien b-bravo ! C-ce sont les plaisirs des Deus Games ! Quel beau s-sacrifice nous est o-offert par Hadès !
Hermès sautille de joie sur place, agitant exagérément ses sandalettes ailées. Pour une fois qu’il se passe une action inattendue.

_Alors H-Hadès, heureux d’avoir a-acquis - sans s-surcoût - le plus vaste t-territoire souterrain du monde ?
_Je suis aux anges...
_Ahah... Quel d-dommage que tu ne sois pas le D-Dieu de la c-comédie ! J-je serais prêt à p-parier que le c-coeur de l’Amour bat t-très fort pour toi. Enfin, tu ne s-souhaitais pas te faire voler la v-vedette hein ? Allez t-tout le monde, a-applaudissez bien f-fort le nouveau D-Dieu des E-Enfers!

A mon plus grand étonnement, un immense mur, silencieux et implacable, se dresse face à nous. Face à Hermès. Face à Zeus. A jamais mon estime pour mes confrères et consœurs leur est offerte, eux qui d’ordinaire s’amusent des malheurs des autres, cherchent bagarres et dissonances, beuveries et galéjades. Non. Pour une fois, ils montrent leur désaccord. Ils sont avec moi, et je suis avec eux.

Jamais je n’aurais pensé être un des leurs, et pourtant, nous sommes un bloc bien plus soudé que Zeus, mon très cher frère, ne pouvait l’imaginer. Alors, dans un geste commun, chacun des Dieux et Déesses présents, importants comme oubliés, portent leur main droite sur leur poitrine.

Adieu !
1

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Daënor Sauvage
Daënor Sauvage  Commentaire de l'auteur · il y a
Bonjour très chère lectrice, très cher lecteur.

Ce texte a été écrit lors d'un défi d'écriture un peu particulier : la réécriture d'un passage du livre d'Hunger Games (tome 1) dans un genre littéraire différent de celui d'origine.

De ce fait, il faut le prendre en tant que tel et non texte original, car il ne le sera forcément pas. Cet exercice a eu pour but de me faire réfléchir sur la reprise d'une idée, d'une ambiance, d'une atmosphère particulière pour la retranscrire dans un autre univers, et même la tordre quelque peu, la détourner pour mieux en rire, pour mieux savourer l'œuvre originale.

Voici la référence du passage original :
P28-30 : Katniss qui se porte volontaire ("Prim ! [...] Un geste de remerciement, d'admiration, d'adieu à ceux que l'on aime.")

J'espère que vous trouverez ma retranscription amusante, surprenante ou même intelligente.
Je vous souhaite une bonne lecture et une très belle journée.

Mes salutations,
Daënor Sauvage.

Vous aimerez aussi !