Dessine-moi un rappeur

il y a
2 min
0
lecture
0

Intermittente de l'écriture, dans la catégorie Supersenior. Des mots, des phrases, qui jaillissent parfois, qui viennent sans qu’on les cherche, allez savoir pourquoi  [+]

Trois coups de canne furieux sur le capot.

- Eh ! Oh ! Là ! Du calme, la mémé !
- Arrêtez ! Arrêtez immédiatement ce boucan ! Votre radio, là, qui hurle à réveiller un mort ! Vous allez me réveiller mon Marius !
- Il est mort, votre Marius ?
- Non, mais il fait sa sieste dans le jardin, là, juste de l’autre côté de la haie. Vous faites brailler votre radio pour que tous les voisins en profitent ? Ou vous êtes sourd, vous aussi, comme mon Marius ? D’abord, pourquoi vous êtes garé là ?
- J’attends ma copine. Il faut une autorisation ?
- Ce n’est pas une raison pour ameuter tout le quartier. Si au moins c’était de la belle musique.
- Vous n’aimez pas le rap, mémé ?
- Je ne suis pas votre grand-mère, Dieu merci, alors cessez de m’appeler mémé, jeune impertinent !
- Ben quoi, c’est sympa, mémé, non ? Si vous préférez, je peux dire la vieille.
- Votre «  vieille », qu’est-ce qu’elle en pense de vos chansons ?
- Ma mémé, y a longtemps qu’elle cherche plus à comprendre.
-Tiens, ça ne m’étonne pas. Qui peut bien comprendre cette musique de sauvage qui ne connaît même pas le solfège !
- Le solfège ? Quésaco ?
- Une seule note pour toute une chanson, vous appelez ça de la musique ? La, la, la, la, la... Tout sur le même ton, pas de mélodie, juste du bruit autour des paroles.
Et parlons-en des paroles ! Rien que des gros mots ! J’ose à peine répéter ce que j’ai entendu un jour où j’ai écouté pour me faire une idée. « Tu la snifes, bâtard, y a pas de débat, putain de merde, on veut du liquide... » et j’en passe ! De la chanson, ces grossièretés ? Edith Piaf, Charles Aznavour, Yves Montand, eux, c’était des chanteurs, jeune homme, des vrais, pas comme vos râpeurs qui ne pensent qu’à se cogner dessus. Parfaitement ! J’en ai vu deux à la télé, des célèbres paraît-il, Baba et... je ne me souviens plus du nom de l’autre, qui se battaient comme des chiffonniers. En plein aéroport. Au lieu de s’occuper de leurs valises.

- OK, je discute pas, cool... on se calme...tranquillos...
- Votre cigarette, là, elle a une drôle d’odeur, non ? C’est du hâchis que vous fumez ?
- Un petit joint, yes. Vous voulez tirer un coup ?
- Malheureux ! On commence par du hâchis, puis on finit un beau jour par voler ou pire, pour se payer les drogues dures, l’héroïne ou l’extasie, c’est bien connu.
- Allez, essayez, je vous promets que vous ne verrez pas d’éléphant rose dans votre jardin. Juste votre Marius qui ronfle.
- C’est votre copine, la fille qui arrive, là ? Mais je rêve ou ce sont bien des clous que je vois sur sa figure ? Au coin des yeux, sur la lèvre. Miséricorde ! Elle a même un anneau dans le nez ! Mais comment elle fait pour se moucher ? Tiens, elle me fait penser au taureau de mon grand-père.

C’est ça, tire-moi la langue, bécasse ! Et un clou sur la langue, c’est le pompon !
- Ciao, mémé, bien le bonjour à Marius !
- Et que je te fais rugir le moteur, vas-y, mets ta musique de sauvage à fond, et klaxonne plein pot aussi, ne te gêne surtout pas. Crétin des Alpes !


Un appel, de l’autre côté de la haie :
- Paulette ? Il me semble qu’on a sonné au portail du jardin. Tu vas voir ?
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Assassin Valentin

Alex Des

L’aube se lève sur une nouvelle journée de bataille. Je passe mon arsenal en revue pour apaiser ma tension croissante. Quel métier ! Ce n’était pas ma guerre, je leur avais dit : les... [+]