Des fourmis bruyantes

il y a
3 min
908
lectures
21
En compétition

L'écriture a ceci de mystérieux qu'elle parle disait Paul Claudel.  [+]

Image de Printemps 2021
Emmitouflée dans la douceur chaleureuse que lui procurait une robe de chambre d’un âge certain, elle venait de terminer de siroter l’infusion du soir dans laquelle elle s’était permis le petit plaisir de rajouter une cuillerée de ce miel exquis que lui avait ramené sa fille de son séjour dans le Jura. Il ne lui restait plus qu’à éteindre la télévision qui diffusait, pour la énième fois, la même émission insipide. De toute façon, elle ne l’avait jamais vraiment visualisé, s’endormant régulièrement devant son écran. S’extirpant avec difficulté de ce canapé, lui aussi un tantinet trop vieux et que ses enfants n’arrêtaient pas de lui dire de changer, elle s’en alla déposer son mug dans la cuisine.
Ayant vérifié, pour la seconde fois, que sa porte d’entrée était fermée, elle se dirigea d’un pas lourd vers sa chambre à coucher. Un bon lit l’attendait et, elle l’espérait, une bonne nuit sans rêves. Elle ne rêvait plus depuis longtemps. En chemise de nuit, frissonnant un peu, elle se glissa dans des draps qui sentaient bon la lavande. Humant avec délices ce parfum qu’elle aimait tant, elle tira sur elle la grosse couverture polaire qui lui procurerait chaleur et douceur.
Plongée dans un sommeil profond, un bruit retentit, la ramenant brutalement à la réalité. Peut-être rêvait-elle ! Elle s’apprêtait à se rendormir lorsque le bruit retentit de nouveau.
— C’est la sonnette ! On sonne à ma porte. Qui vient me déranger en pleine nuit ?
Avec difficultés, elle endossa sa robe de chambre et ses pantoufles et approcha de l’interphone :
— Oui ? Qui est-ce ?
Aucune réponse ne lui parvenant, elle haussa les épaules et retourna se coucher.
Mais, quelques heures plus tard, alors que le soleil ne s’était pas encore levé, la sonnette retentit de nouveau.
— Zut ! C’est quoi encore ? bougonna-t-elle
Et le même scénario se reproduisit. Personne ne lui répondit lorsqu’elle demanda qui était là. Perplexe, elle ne se recoucha pas cette fois. De toute façon, elle ne pourrait plus se rendormir.
La nuit suivante, on sonna encore à sa porte trois fois. Cette fois, elle eut peur et confia ses mésaventures à sa fille.
— Ce sont sans doute des petits plaisantins qui s’amusent à te faire peur.
— Oui, mais tout de même ! Ils m’empêchent de dormir !
Et le même manège se reproduisit pendant toute une semaine. Cette fois, la vieille dame avait vraiment peur.
— On va aller porter plainte au commissariat de police, lui dit sa fille.
Lorsqu’il vit arriver la vieille dame, Augustin vint vers elle pour l’accueillir. Il la connaissait depuis de nombreuses années. Chaque fois qu’il patrouillait dans son quartier pour assurer la surveillance des villas dont les propriétaires étaient partis en vacances, la vieille dame lui offrait un café et des paroles bienveillantes.
— Que puis-je pour vous ? lui demanda-t-il.
Lorsqu’elle eut terminé son récit, Augustin resta pensif quelques instants.
— Ne vous inquiétez plus. Je vais surveiller votre maison ce soir. Les plaisantins n’en ont plus pour longtemps ! lui glissa-t-il, un sourire aux lèvres.
Rassurées, la vieille dame et sa fille prirent congé.
La nuit suivante, Augustin, fidèle à sa promesse, se posta à l’angle de la ruelle, attendant dans l’obscurité les jeunes qui s’amusaient à faire peur à la vieille dame.
Il veilla ainsi pendant plusieurs heures pour se rendre à l’évidence : personne n’avait actionné la sonnette de la porte.
— Allo, bonjour Mme Skotzia. J’ai passé une partie de la nuit devant votre maison. Personne n’est venu. A-t-on encore sonné à votre porte ?
— Oui, encore deux fois !
— Hum ! Je reviendrais cette nuit et cette fois j’y resterai toute la nuit s’il le faut. J’appréhenderai ceux qui vous ennuient toutes les nuits.
— Merci beaucoup mon brave Augustin. Je n’en peux plus d’être réveillée toutes les nuits. Je suis très inquiète.
— Je comprends, n’ayez plus peur. Ils ne s’en tireront pas cette fois !
Mais la nuit suivante, toujours personne. De plus en plus perplexe, Augustin commençait à se demander si la vieille dame avait encore toute sa raison. Lorsqu’il put communiquer avec sa fille, elle lui confirma que sa mère ne perdait pas la tête.
La maison de la vieille dame ne se trouvait qu’à quelques minutes du commissariat. N’étant pas homme à baisser les bras, il se posterait de nouveau devant la maison, mais en plein jour, pour tenter d’élucider cette affaire. Observant attentivement la sonnette de la porte d’entrée de la vieille dame, il s’aperçut qu’une colonie de fourmis, sortant d’un trou dans le mur, se déplaçait en ligne droite vers la sonnette. Mû par une idée saugrenue, il creusa un peu plus le trou d’où sortaient les insectes pour s’apercevoir qu’il cachait des fils électriques.
— Est-il possible que les fourmis occasionnent des courts-circuits, mettant ainsi en marche la sonnette qui est reliée aux fils électriques ? se demanda-t-il.
Pour en avoir le cœur net, il revint un peu plus tard avec de quoi neutraliser cette colonie de fourmis.
Le lendemain matin, il appela la vieille dame qui lui affirma ne pas avoir entendu retentir la sonnette la nuit précédente.
Il avait donc vu juste.
— Mme Skotzia, vous n’allez pas me croire, mais les plaisantins qui s’amusaient avec votre sonnette sont des fourmis !
— Comment ? La vieille dame crut qu’on se moquait d’elle.
Mais, lorsque Augustin eut terminé son récit, elle comprit ce qui s’était passé. Si ce n’avait été les désagréments de toutes ces nuits passées, elle aurait éclaté de rire.
21

Un petit mot pour l'auteur ? 32 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Said Meziane
Said Meziane · il y a
Bien vu: chez nous, les fourmis sont annonciatrices du printemps; la tradition veut que le 27 février de l'année, on prépare un ''dîner de fourmis'' pour célébrer leurs premières apparitions.
Image de Aurore Rey
Aurore Rey · il y a
Bonjour Said, qu'est-ce que c'est "un dîner de fourmis" ? Merci pour votre lecture et commentaire
Image de Said Meziane
Said Meziane · il y a
On appelle ainsi le repas du soir du 27 février de l'année, qui consiste à manger des crêpes un peu à la façon des crêpes de la Chandeleur qui se fête le 2 février. Les fourmis sont sensées sortir de leurs ''terriers'' ce jour-là: le début du printemps commence à cette date dans notre calendrier agricole.
Image de Aurore Rey
Aurore Rey · il y a
merci de m'avoir appris une des traditions de chez vous.
Image de Eva Moubèche
Eva Moubèche · il y a
Quelle douceur cette couverture ! :)
C'est rigolo de lire votre nouvelle à cet instant même car j'ai, moi aussi, depuis 2 jours des fourmis qui longent la fenêtre dans ma chambre ! -_-'

Image de Aurore Rey
Aurore Rey · il y a
Gare aux fourmis !!! Merci Eva
Image de S EN
S EN · il y a
Insolite et prenant. J'ai aimé lire votre texte.
Image de Aurore Rey
Aurore Rey · il y a
Merci beaucoup pour votre lecture et votre commentaire.
Image de B Marcheur
B Marcheur · il y a
Un seul regret, j'aurais neutralisé la sonnette, mais pas les fourmis.
Image de Aurore Rey
Aurore Rey · il y a
Je comprends que vous défendiez les fourmis mais la pauvre mamie ?
Image de B Marcheur
B Marcheur · il y a
Je n'ai pas dit qu'il faut neutraliser la mamie, non juste la sonnette!
Image de Aurore Rey
Aurore Rey · il y a
J'apprécie votre humour.
Image de Jasmine LAMOULIE
Jasmine LAMOULIE · il y a
je suis entrée directement dans la chambre et ai ressenti la douceur de la couverture. la lecture est fluide, explicite et le suspens est présent. Bref! j'adore.
Image de Aurore Rey
Aurore Rey · il y a
Merci Jasmine. Je suis flattée que vous ayez adoré !!!
Image de N Louison
N Louison · il y a
texte agréable. Je rejoins Fred Panassac concernant le choix du titre. J'ai bien aimé.
Image de Aurore Rey
Aurore Rey · il y a
Merci pour votre lecture.
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Texte bien écrit, pas mal tourné, qui se lit avec plaisir !
Un tout petit regret : le titre en dit un peu trop, en dévoilant qui seront les responsables du désastre.
J’aime et je pose un coeur sur votre page.

Image de Aurore Rey
Aurore Rey · il y a
Bonjour Fred, merci de me faire remarquer que le titre dévoile une partie du mystère. Je saurais en tenir compte.
Image de MARIE BENALOUACHE
MARIE BENALOUACHE · il y a
L'intrigue nous entraîne chez une dame âgée que nous avons envie de protéger nous aussi. On se prête volontiers à l'enquête.
Une histoire pleine de charme et amusante.

Image de Aurore Rey
Aurore Rey · il y a
Merci Marie !!
Image de JAC B
JAC B · il y a
Serait-ce un mauvais tour de la Lasius neglectus, quelle histoire ! En tout cas il vaut mieux en être prévenu, vos personnages fort sympathiques savent relayer l'information sous la forme d'un thriller agréable à lire, on se prend au jeu de l'enquête. merci Aurore.
https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/04/08/01016-20150408ARTFIG00120-ardeche-un-village-envahi-par-des-fourmis.php

Image de Aurore Rey
Aurore Rey · il y a
Merci pour votre commentaire. Mon récit est une narration d'une histoire vraie.
Image de Béatrice BACHINI
Béatrice BACHINI · il y a
Tu écris de mieux en mieux Aurore et tu fais preuve de beaucoup d'originalité. Merci pour ce nouveau partage.
Image de Aurore Rey
Aurore Rey · il y a
Merci Béa pour ta lecture et ton commentaire.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Orage

Magalie F.

Nous étions partis de nuit, pour éviter la cohue sur la route, pour échapper au flot de vacanciers qui se dirigeaient tous dans la même direction, celle des vacances, de la plage et du soleil... [+]