2
min

Des enfants et des roses

547 lectures

185

Qualifié

L’hiver était toujours là ; on pouvait en croire le thermomètre et même consulter le calendrier. Pourtant, la jeune femme sentait approcher le printemps. Depuis quelques jours, elle frémissait à la moindre apparition du soleil, les narines dilatées de plaisir, à l’affût d’odeurs nouvelles. Une envie irrésistible la prenait de commencer les semis, de manier le plantoir et le sécateur, de désherber les massifs abandonnés à l’automne, de sortir les potées. Elle faisait l’inventaire : les pots de terre-cuite, les tuteurs, qu’elle préférait en bambou, les outils de taille, de coupe, de greffe, les liens destinés à palisser les tiges trop frêles ou trop longues, étaient toujours là. Il y avait dans cette serre un méli-mélo auquel elle tenait beaucoup, et tant et tant de petits pots de verre contenant chacun une sorte de graine différente, qu’un seul d’entre eux sans étiquette et c’était la confusion la plus totale.
Malgré l’air vif, elle allait guetter l’apparition des premiers bulbes, des premières tulipes, le bout du nez et des doigts gelés.
Bientôt, les azalées allaient s’épanouir rouge sang au beau milieu de la pelouse, juste après les iris d’un bleu de ciel serein. Elle n’avait de cesse de voir enfin surgir de terre les pousses vert-tendre des belles de nuit frileuses et des balsamines cassantes comme le verre. Dans son jardin, les nigelles de Damas griffues, les campanules, les capucines volubiles et les œillets d’Inde d’un orange parfait se partageaient la vedette. Les roses trémières immenses, à cœur noir ou unies, s’étalaient devant la masse sombre des sapins du voisin et la mauve se multipliait à folle allure. Elle bénissait les soucis pour leur gaîté et leur présence certaine. Les lupins bleus lui ravissaient le cœur.
De l’autre côté du jardin, des haricots d’Espagne partaient à l’assaut du grillage et se mêlaient aux coloquintes venues à leur encontre. Les abords de la terrasse regorgeaient d’arbustes à fruits rouges et deux sumacs de Virginie y trônaient de part et d’autre.
En contrebas, s’étageaient des arbres fruitiers et, délimitant le jardin au nord, une haie de lilas mauve attirait tous les regards tandis qu’une corète du Japon rivalisait d’opulence.
A l’est, des rosiers anciens embaumaient l’air les soirs de mai, leurs branches ployant sous le poids d’une multitude de boutons.
Parfois, la jeune femme parcourait la campagne dans l’espoir d’y trouver son bonheur : un rosier sauvage dont elle tirerait des boutures, des fleurs des champs languissantes, offrant leur semence au soleil de juillet. Elle faisait alors glisser les graines du creux de sa main au fond d’un sachet de papier avec les yeux d’un curé qui vient de piller une église.

L’été était enfin là, le ciel limpide, l’air léger. A travers les branches d’un buddleia couvert de papillons, un vagissement se fit entendre. Lentement, la jeune femme ôta ses gants et se dirigea vers la maison. Tout son cœur était là, parmi ses enfants et ses roses.

PRIX

Image de Hiver 2018 - 2019
185

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Severine Estieu
Severine Estieu · il y a
Magnifique belle description j’ai adoré
·
Image de Chantal Sullivan
Chantal Sullivan · il y a
Bravo Catherine bisous
·
Image de Elisabeth Agosto
Elisabeth Agosto · il y a
Très sympa. Bravo Catherine
·
Image de Gerard Simon
Gerard Simon · il y a
tres bien, on voit que tu as un jardin.bises
·
Image de Marc Stielau
Marc Stielau · il y a
Magnifiques descriptions, on s'y croirait!
·
Image de Daria Ancelet
Daria Ancelet · il y a
Promenade poétique un régal!
·
Image de Louis Rubellin
Louis Rubellin · il y a
Un très beau texte, enluminé par le lyrisme quasi flaubertien de vos descriptions. Mes 5 voix ! Bonne chance ;)
Si ça vous dit, je suis également en lice GP hiver avec mon poème L'Attente, si ça vous dit, merci d'avance et puis bon dimanche quoiqu'il en soit !

·
Image de Catherine Duchateau
Catherine Duchateau · il y a
Merci Louis, je vais aller voir ça.
·
Image de Louis Rubellin
Louis Rubellin · il y a
Merci à vous Catherine !
·
Image de Philippe Baumgartner
Philippe Baumgartner · il y a
Belle lecture. Bravo
·
Image de Catherine Duchateau
Catherine Duchateau · il y a
Merci Philippe. Si le texte vous plait, vous pouvez voter pour lui.
·
Image de Muriel Facchinetti
Muriel Facchinetti · il y a
J’ai adoré bravo Catherine
·
Image de Catherine Duchateau
Catherine Duchateau · il y a
Merci beaucoup Muriel.
·
Image de Roger Bonnefoy
Roger Bonnefoy · il y a
Bien Catherine...continuez.! c'est superbe.....!!
·
Image de Catherine Duchateau
Catherine Duchateau · il y a
Merci Roger.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Je regarde un oiseau qui picore les miettes de pain que j’ai déposées sur la terrasse. Il est si petit, si fragile. Et pourtant, il possède la plus grande des forces : la liberté. Tout à ...