3
min

Des bonbons ou un sort !

Image de Alan Zahoui

Alan Zahoui

886 lectures

247

Finaliste
Sélection Jury

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

On va pas se mentir, elle nous a bien fait rire cette grand-mère acariâtre et exécrable. L’auteur parvient à retranscrire avec brio ...

Lire la suite

Micheline détestait les enfants. Elle se détestait elle-même enfant. Elle s’était auto infligée des sévices innommables jusqu’à sa majorité. Alors c’est tout naturellement qu’elle s’était mise à haïr la nuit d'Halloween. Ces gamins insupportables qui sonnaient à la porte pour avoir des bonbons, l’horripilaient au plus haut point. Elle avait développé de nombreux stratagèmes au cours des dernières décennies pour éviter que des bambins en déguisements moches viennent lui quémander des friandises.
Il y a cinq ans, elle avait éteint toutes les lumières de sa maison pour faire croire aux enfants qu’elle était absente. Malheureusement, il était de notoriété publique dans le village de Cerf-Valois que la vieille Micheline ne sortait que très rarement de chez elle. Les gamins s’étaient donc donnés à cœur joie ce soir-là. Ils avaient matraqué la porte et la sonnette de Micheline de la tombée de la nuit jusqu’au crépuscule. Obtenir des bonbons de la vieille était devenu une quête pour tous les enfants du village. Celui qui la réussirait serait érigé au rang de légende.
L’année dernière, Micheline était passée aux choses sérieuses. Sa réponse à la question « des bonbons ou un sort » avait été un fusil à pompe. Elle avait profité de sa soirée en toute tranquillité, mais elle avait frôlé la prison et l'asile le lendemain, en plus de s'attirer l'inimité des habitants de Cerf-Valois. Autant dire qu’elle ne pourrait pas refaire le coup du fusil cette année. Surtout après que la police lui ait confisqué son plus fidèle ami.
En ce soir du 31 octobre 2019, Micheline se triturait les méninges. Comment allait-elle s'y prendre pour éloigner les enfants de son havre de paix ? Elle devait se dépêcher, la nuit allait bientôt tomber. Il ne lui restait plus beaucoup de temps avant que...
La sonnerie retentit. Micheline fit tomber son dentier d’exaspération. A l’aide de sa canne, elle enjamba son dentier et se dirigea lentement vers son pire cauchemar. Le gamin impatient sonna a plusieurs reprises. Micheline ouvrit la porte.
Une blondinette pouponne aux yeux bleus cristallins, déguisée en Maléfique, l’attendait les mains tendues. Tout à fait mignonne. Répugnante.
-Des bonbons ou un sort ?
Micheline cracha un mollard de la taille d’une balle de golf dans l’œil de la pauvre fillette. Les larmes de la petite Maléfique se mêlèrent à la bave ancestrale de Micheline, pour couler sur sa joue. Micheline était fière d’elle. Même sans son fusil elle était toujours une tireuse d’élite.
-Espèce de vilaine pas belle ! Il va t’arriver que des malheurs !
-Ch’est chela, oui ! rétorqua Micheline qui avait du mal à parler sans son dentier.
Micheline claqua la porte et se dirigea d’un pas guilleret vers son dentier. Elle se pencha pour le récupérer, quand tout à coup l’objet se mit à bouger. L’âge commençait à faire son effet. Micheline se concentra pour rattraper ce qui avait été ses dents ces dernières années. Le dentier partit se cacher sous une table. La vieille du village devait complètement perdre la raison ! Tant pis pour le dentier elle n’avait pas faim ce soir.
La lumière s’éteignit. Micheline était plus qu’agacée. Voilà qu’après son dentier, c’étaient ses fusibles qui la lâchaient.
Un rire d’enfant résonna dans la pénombre. C’en était trop ! Ces malandrins avaient dépassé les bornes. Elle allait en étrangler un. Il servirait d’exemple pour les autres. Et tant pis si elle devait aller en prison cette fois-ci.
Les jambes de Micheline chancelèrent. Elle s’affaissa au sol avec sa canne. Deux yeux rouges démoniaques avaient troublé la noirceur de l’obscurité. Micheline commença à trembler. Elle rampa vers la porte d’entrée. La lumière des lampadaires extérieurs lui permettrait d’appréhender la menace qui la guettait. Elle avait presque envie qu’un enfant sonne à la porte. Elle ne voulait pas faire face seule à ces yeux rouges inquiétants qui se rapprochaient de plus en plus de leur proie. Micheline se mit à psalmodier des prières en latin jusqu’à ce qu’elle arrive à la porte. C’est à ce moment-là que la sonnerie retentit. Les yeux rouges avaient disparu. Soulagée, Micheline ouvrit la porte. Une raie de lumière pénétra dans la maison.
Cinq enfants se trouvaient sur le pas de la porte. Ils souriaient à la vieille femme les mains tendus.
-Un sort ou un sort ?
Micheline fut happée par les ténèbres en hurlant. Les enfants entrèrent un à un dans la maison avant que la porte ne se referme toute seule. L’obscurité régnait de nouveau. Les deux yeux rouges réapparurent. Suivis d’une deuxième paire. Puis d’une troisième paire. Bientôt, six paires d’yeux carmin entourèrent Micheline. Une lumière couleur sang, venue des tréfonds de la terre, envahit la maison de Micheline. La vieille de Cerf-Valois découvrit les visages de six enfants. Elle tenta de se relever pour leur botter les fesses, mais sa canne, mue par une force surnaturelle, se tordit pour lui enserrer le cou. Micheline comprit rapidement qu’il ne s’agissait pas d’enfants ordinaires. Leurs dents étaient semblables à celles d’un requin. De véritables petits poignards. Du sang suintait de chaque pore de leurs peaux décharnées, qui tombaient en lambeaux.
Micheline avait l’impression de connaître la fille qui semblait être le leader du groupe. Après avoir analysé chaque contour de son visage, elle la reconnut enfin. Il s’agissait d’elle-même avec soixante-dix ans de moins.
-Salut Micheline, dit Micheline. Tu as essayé de me tuer plusieurs fois. Malheureusement tu as échoué. Il est temps pour toi de faire pénitence.
Les enfants-démons commencèrent leur festin. Leurs dents tranchantes pénétrèrent la peau de Micheline pour la réduire en charpie. Son dentier quitta sa cachette pour participer à la fête. Le parquet de la maison de Micheline fut recouvert d’une fine pellicule de sang et son corps décomposé en plusieurs petits morceaux.
Leur forfait accompli, les enfants-démons quittèrent l’antre de celle qu’on appelait la vieille de Cerf-Valois. Sur leur chemin, ils croisèrent la petite fille déguisée en Maléfique. Ils la saluèrent d’une révérence et retournèrent de là d’où ils venaient.
La petite Maléfique cracha sur les restes de Micheline et les transforma en friandises d’un claquement de doigt.
-Venez tous ! La vieille Micheline nous a laissé une tonne de bonbons !

PRIX

Image de 2019

Thème

Image de Très très court
247

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Petit conte grinçant comme je les aime :-)
Image de Anaïs Emery
Anaïs Emery · il y a
Digne d'un scénario de film, bravo !
Image de RAC
RAC · il y a
A envoyer à Tim Burton sans hésitation !
Image de Daniel Grygiel Swistak
Daniel Grygiel Swistak · il y a
Revanche superbe j'ai aimé
Image de Eric Chomienne
Eric Chomienne · il y a
Un conte moderne avec tous les codes. Bravo!
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
des bonbons à la crème de crime arrosé de sang, du gore bien giquelant!
Image de Catherine Choupin
Catherine Choupin · il y a
Une revanche et même une auto-vengeance troublantes !
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Bravo !!!
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Félicitations pour cette mention spéciale du jury !
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Félicitations pour le macaron et la mention spéciale bien mérités Alan !

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

La maison me déplut d’emblée. Pas seulement à cause de son aspect lugubre, mais parce qu’il s’en dégageait quelque chose de malsain, comme si un venin l’imbibait jusqu’aux poutres. ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Note de l'éditeur : certaines descriptions peuvent choquer les lecteurs.La nuit noire était tombée sur la ville et les milliers de crapauds au loin se répondaient, indifférents aux coups de...