2
min

Derrière les barreaux

Image de Sylvie Loy

Sylvie Loy

537 lectures

82

Qualifié

Le soleil a brillé toute la journée. Désormais, la cour est entièrement à l'ombre. La grille du portail, contre laquelle il appuie son visage, dégage une douce chaleur à laquelle se mêle une odeur âcre de rouille.
Il attend.
Les autres élèves ont quitté l'école depuis longtemps maintenant.
Souvent, il attend comme ça, le visage contre les barreaux du grand portail. Il fait le guet. Il surveille la rue. Pour être le premier à voir. Souvent, il en récolte une légère meurtrissure sur la chair rosée de ses joues.
Il attend.
En général, il mange son goûter lentement pour gagner du temps sur l'ennui. La cour se vide. Les dernières mamans arrivent en courant et repartent de la même façon, un enfant trottinant à leur suite.
Il attend.
La joue contre la grille, il ferme les yeux, tend le bras entre deux barreaux et ouvre sa main vers l'extérieur. Il s'imagine alors marcher dans la rue à ses côtés. Une main dans la sienne, l'autre autour d'un cornet de glace. Elle l'a déjà fait.
Il attend.
La directrice de l'école ferme le portail derrière lui. Lui sourit tristement et s'en retourne vers son bureau d'un pas pesant. Il s'installe à l'arrière de la voiture et écoute l'agent de police lui parler des bandits et des méchants qu'il arrête. Il les menotte et les fait monter là, à la même place que lui. C'est pour ça qu'il y a un grillage solide entre eux.
Il attend.
L'ombre cède la place à un crépuscule plus épais. Il regarde les barreaux de la cellule, à côté de lui. Ils se ressemblent tous les barreaux finalement. Pour le moment, la cellule est vide. C'est la nuit qu'elle se remplit. C'est l'agent de police qui le lui a dit. Pas le même. Un autre agent qui fait parti de l'équipe de nuit.
Il attend.
L'obscurité est tombée. Derrière les barreaux de la cellule chante un ivrogne, les pieds dans son vomi. L'agent de police lui a offert un menu enfant du fast-food. Il grignote le pain et garde le jouet.
Il attend.
Qu'elle vienne. Comme les autres mamans. Qu'elle vienne le chercher à la sortie de l'école, son goûter enveloppé dans une feuille d'aluminium. Qu'elle lui raconte sa journée, qu'elle constate sa fatigue d'enfant et qu'elle le porte un peu, mais pas trop parce qu'il est devenu un grand garçon maintenant. Il se collerait à elle, son nez dans ses cheveux qui sentiraient la fraise des bois et il lui dirait à quel point elle lui a manqué toute cette journée d'école, même pendant la récré.
Il attend.
Malgré la lutte contre le sommeil, il s'est endormi sur un banc. Il se réveille au son d'une voix douce. Une dame lui caresse les cheveux. Elle lui dit qu'il est temps d'y aller. Elle le rassure, lui dit que sa maman va bien. Mieux maintenant. Qu'elle est malade, mais que les docteurs vont la soigner à présent. Et sans piqûre. Lorsqu'elle viendra le chercher, toutes les marques sur ses bras auront disparu. Elle lui demande de rassembler ses affaires pendant qu'elle signe sa fiche de sortie.
Il attend.
Le petit garçon voit la clarté du jour envahir le bureau à travers les stores légèrement baissés. Il baille sans mettre la main devant sa bouche. Lorsque la dame revient vers lui, elle lui sourit avec chaleur, saisit son cartable, place sa main dans la sienne et lui dit que tout est fini.
Car désormais une famille d'accueil l'attend.

PRIX

Image de Automne 2016
82

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sharad Niraj
Sharad Niraj · il y a
" Le mot progrès n'aura aucun sens tant qu'il y aura des enfants malheureux. " Albert Einstein

Un récit poignant qui me touche énormément par son sujet.
Et ton écriture est telle que je ressentais les émotions de cet Enfant...
Un Enfant ne devrait pas avoir à vivre de telles choses !
Sans parler des guerres, famines, viols et autres prostitutions...

·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Cette citation d'Einstein va tellement à l'essentiel.
Merci pour ce partage.
L'enfance est un monde à part. Un univers à préserver un maximum. Les grands le salissent souvent.
Par méchanceté, par ignorance, par méconnaissance.
Nous devrions tous nous inspirer des enfants: ils savent la justesse et l'amour.
Merci Sharad pour ta belle sensibilité.

·
Image de Sharad Niraj
Sharad Niraj · il y a
Pourtant ces Grand ont été des Petits au cours de leur vie...
L'ont-ils oublié ou préfèrent ils l'oublier.. ?
Certains questions resteront à jamais sans réponse...

Pour l'instant, je ne fais que donner à l'UNICEF. Un jour, j'espère pouvoir faire plus...

·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Le temps s'étire pour celui qui ignore la fin ! Cet enfant va mûrir avant l'âge mais gardera quelques cicatrices. Un récit bien écrit et plein d'empathie. Mon vote.
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci pour ton appréciation Fred. L'enfant se construit et porte déjà en lui l'empreinte de blessures.
A très bientôt !

·
Image de Frederique Patezour
Frederique Patezour · il y a
on passe du soleil à l'ombre et on finit par la lumière, merci Sylvie c'est très bien écrit.
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci à toi pour ce commentaire très gratifiant.
A bientôt !

·
Image de Valéry Hardiquest
Valéry Hardiquest · il y a
Poignant. On vit avec lui cette attente lancinante, avec cette petite boule au ventre face aux doutes et aux craintes qui y sont liés. Oui, quoi que l'on fasse, tous les enfants ne seront jamais égaux face à la vie et ce qui se dressera ou non sur leur route. Pas un thème facile mais joliment abordé.
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
C'est vrai que le malheur des enfants n'est pas un thème facile à aborder. L'attente est une notion qui me semblait propice pour l'aborder. L'attente, les barreaux. Jeune, j'ai fait un stage dans un foyer d'accueil. J'ai rencontré des petits héros. Ils m'ont bouleversée. Parfois je me demande quels adultes ils sont devenus. Ils attendaient leur famille, une mère, un père, une grand-mère pour un week-end, une nuit. Ils vivaient des jours entiers dans cette attente. Parfois, ils revenaient au foyer, et il fallait les reconstruire encore. Parfois, ils en revenaient plus " complet", comme en possession d'une identité familiale. Je suis sur l'écriture de deux textes au sujet délicat. Je vais les proposer au Comité. J'aimerais qu'ils soient lus. Pour une meilleure approche des émotions de l'enfant. Pardon, je te raconte ma vie du coup ! Je tiens à te remercier pour tes lectures Valéry. Elles m'éclairent beaucoup sur mon écriture.
·
Image de Valéry Hardiquest
Valéry Hardiquest · il y a
Merci. Et c'est toujours un plaisir de te lire, dans tes textes comme dans les commentaires. ;)
·
Image de Granydu57
Granydu57 · il y a
Désolée, mais mon vote ne passe pas.
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
C'est pas grave. Je préfère les commentaires aux votes !
·
Image de Granydu57
Granydu57 · il y a
Etre derrière les barreaux c'est dur, alors cet univers carcéral, pour un enfant c'est marquant. Le leitmotiv de l'attente c'est encore plus dur. Pour moi, lectrice
c'est un texte douloureux mais si beau à lire.

·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
On est toujours dans l'attente de franchir des barrières imaginaires je trouve. L'attente est vraiment au coeur de nos vies si tu regardes bien. Merci Grany pour ta lecture ici.
·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Une belle histoire entre douceur et drame. L'écriture, toujours, comme un souffle de vie.
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
J'écris pour vivre toutes les autres vies. Pour me rapprocher au plus près de mes récits.
Merci pour ta lecture Ancre !

·
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Un récit poignant, hélas! tristement réaliste .
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Hélas, oui, comme tu dis. Les enfants en souffrance sont nombreux.
Merci Eva pour ta lecture.

·
Image de Daddy99
Daddy99 · il y a
Enfant innocent qui demande de l'amour ;enfant qui manque de sa en souffrira demain.
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
C'est pas faux. On ne guérit pas des absences du passé.
Merci Daddy !

·
Image de Daddy99
Daddy99 · il y a
on peux se faire moins souffrir en se pardonnant a soi et au autres mais un pardon vrais et sincère.
·
Image de IBEX
IBEX · il y a
la corde "abandon" a vibré fort, et je peine à retenir mes larmes. Je reconnais cette histoire.
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci d'avoir partagé ton émotion ici: ça me touche beaucoup.
Merci d'être passée me lire également aujourd'hui.

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème