Derrière la fenêtre

il y a
1 min
1
lecture
0

La vie est un paquet d'invendus. G.L  [+]

Je regarde par la fenêtre, je suis arrivé par derrière, tu n'as pas pu me voir. Personne n'a pu me voir. Tu es belle. Comme chaque soir où je viens depuis un an. Je vais rentrer un jour, faire ce dont je rêve depuis tout ce temps. Je laisse monter la pression, que rien ne puisse m'en empêcher ce soir là.
Je suis arrivé par derrière ,par le petit chemin dans la forêt. Des fois je passe par la rue mais le chemin que je préfère c'est par la forêt. j'arrive dans le petit jardin, celui dans lequel l'été tu étends ton linge. J'aime quand tu étends ton linge, c'est très érotique. Tu sais, je connais bien les lieux.
Alors je te regarde par la fenêtre, je te regarde le soir, dès que j'ai du temps je viens ici. A ta fenêtre. Tu ne t'en doutes pas et c'est ce qui me rend le spectacle d'autant plus délicieux.
Je n'ai aucune obsession si forte que celle-ci, je ne pense qu'à ça. A ce soir où je franchirai le pas, le pas de ta porte et que je ne pourrai plus revenir en arrière. Je n'y peux rien, c'est comme ça, je t'aime. Je t'aime et pourtant j'ai quelque part envie de te faire du mal.
Je te regarde le soir jouer avec lui, lui raconter des histoires et je voudrais être là avec vous, avec vous vraiment. Il me ressemble, tu ne peux pas le nier.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,