Derrière la fenêtre

il y a
1 min
415
lectures
61
Recommandé

J'aime les livres, les peintres et les sculpteurs. J'adore inventer des histoires, créer des vies à mes personnages, partager pendant le temps de l'écriture leur destin, puis leur lâcher la main  [+]

Chaque jour en passant dans la rue qui me conduisait à Pôle Emploi, je la voyais derrière sa fenêtre au rideau tiré. Assise dans un fauteuil, elle regardait les passants d’un air grave et lointain. Quand je levais la tête, nos yeux se croisaient et un tendre sourire illuminait son regard. La vie avait laissé des traces sur son visage, le temps avait blanchi ses cheveux et fragilisé son corps, mais une sérénité rassurante l’habitait. Je lui souriais à mon tour et nous échangions un signe de la main. J’aimais ce doux moment partagé et me plaisais à penser qu’elle l’attendait autant que moi. Personne ne semblait jamais lui rendre visite et à cette époque, je vivais dans une grande solitude. Je rêvais souvent de sonner à sa porte ; je lui aurais dit que son sourire ensoleillait mes journées monotones, je l’aurais écoutée me raconter sa vie. Elle ne m’a jamais invitée à entrer et moi, je n’ai jamais osé aller jusqu’à elle.

Un matin d’automne, un matin particulièrement important pour moi – je me rendais à un entretien d’embauche – j’ai comme d’habitude levé les yeux vers sa fenêtre. Le fauteuil était vide et j’ai entrevu son corps allongé sur le sol. Je me suis précipitée dans l’épicerie dont je connaissais le patron pour qu’il appelle les secours. Après une attente insupportable, les pompiers sont arrivés. Je n’ai pu retenir mes larmes quand je l’ai vue allongée sur une civière, les cheveux en désordre et les yeux fermés. « Simple malaise », a murmuré l’épicier en me tapotant l’épaule.

Pendant plusieurs semaines, j’ai scruté le fauteuil. Un jour, les volets se sont clos et l’épicier m’apprit que des hommes étaient venus vider l’appartement. Six mois passèrent ; j’évitais désormais le quartier et le souvenir de son sourire s’effaçait peu à peu. Le matin de sa chute avait signé pour nous deux un nouveau départ ; moi, vers un emploi passionnant qui embellissait ma vie, elle, vers un ailleurs que j’imaginais triste et sans retour.

Puis un matin, l’épicier m’a téléphoné ; elle l’avait appelé de la maison de retraite où elle vivait désormais. Elle en avait laissé l’adresse et espérait un jour recevoir ma visite.

Le lendemain, j’ai acheté un bouquet de fleurs et ai sauté dans le bus qui m’emmenait vers elle. En traversant le parc de la maison de retraite, de loin je l’ai vue, au premier étage d’un haut bâtiment, derrière une fenêtre au rideau ouvert. Elle a tourné la tête vers moi, nos regards se sont croisés et un doux sourire a illuminé son visage.

Recommandé
61
61

Un petit mot pour l'auteur ? 56 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Safia Salam
Safia Salam · il y a
Ca fait du bien au milieu de vos textes un peu (très) durs !
Image de Madoe EL
Madoe EL · il y a
Quelle belle rencontre!
Image de Gina Bernier
Gina Bernier · il y a
Ouf elle était vivante!, il n'est jamais trop tard pour faire connaissance véritablement, avec des fleurs
Image de Gigi
Gigi · il y a
Ca rechauffe le coeur
Image de Michèle Thibaudin
Michèle Thibaudin · il y a
Un grand merci.
Image de JFG Sanshiro
JFG Sanshiro · il y a
Je vous ai découvert par hasard, ne fait-il pas bien les choses.
Très beau et émouvant texte qu me touche.
Puissance sourire et du regard pour ceux qu savent le voir et recevoir
Venez, si le cœur vous en dit découvrir 'Ton sourire' sur ma modeste page..

Image de Mamy-writing
Mamy-writing · il y a
Très beau texte. J aime beaucoup. Un grand bravo et toutes mes voix Michèle.
Image de Michèle Thibaudin
Michèle Thibaudin · il y a
Merci.
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
Très doux, ça fait du bien
Image de Michèle Thibaudin
Michèle Thibaudin · il y a
Un grand merci.
Image de Yoann Bruyères
Yoann Bruyères · il y a
Joli texte qui réveille un peu le coeur :)
Image de Raflay
Raflay · il y a
Au hasard d'une borne, je pressais le bouton comme j'aime le faire avant une pause café du midi. La machine a tiré sa langue blanche alignée de mots, comme un pied de nez "derrière la fenêtre" m'a tiré les larmes. Merci pour ce jolie clin d'œil et cette fenêtre qui s'est ouverte. Raflay
Image de Michèle Thibaudin
Michèle Thibaudin · il y a
Touchée de votre commentaire. Un grand MERCI!
Image de Didier Poussin
Didier Poussin · il y a
Pour un sourire
Image de Michèle Thibaudin
Michèle Thibaudin · il y a
Un grand merci à vous d'être passé me lire.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Secrets amers

Michèle Thibaudin

Ah, ils sont en émoi ! Ils causent, ils causent ! Enfin un événement inattendu pour les sortir de leur monotonie, un peu de piment dans leurs vies de minables ! Un cadavre dans l’étang du... [+]