3
min

Derniers regrets d'un garçon dans le noir

Image de Lucas Desmaris

Lucas Desmaris

53 lectures

28 voix

En compétition

« Suis-je dans le noir ou ai-je les yeux fermés ? Peut-être les deux. ». Peut-être était-ce ainsi que l’incessante traque du temps devait se finir. Piégé dans le torpeur, enfermé dans les ténèbres, je ne pouvais désormais plus me cacher. Il était trop tard. Je me remémorais les paroles de la sorcière, raisonnant comme une prophétie du diable: « Voici ta malédiction. Tu seras rattrapé et dévoré par tes propres démons ! ». C’était élégamment cruel. Pourquoi étais-je allé la voir ? Pourquoi tenter de pactiser avec le mal ? Ma mémoire se brouillait à mesure que les ténèbres s’épaississaient, comme si le cerveau s'engourdit de la funeste atmosphère charbon. Et je le sens: dans les ombres, des formes se meuvent. J’ai peur pendant quelques secondes. Soudain, tout devint plus clair. Une jeune fille contant ses affres de la vie. Un jeune homme empli d’assurance buvant ses paroles. Un regard recherchant désespérément de l’amour d’un côté, des yeux trahissant la naïveté de l’autre côté. Le garçon n’avait compris le malheur que lorsqu’il le vit de ses propres yeux. Il était devenu comme elle. Longtemps traqué par les monstres de la nuit, il n’avait jamais réellement su les dompter ; souvent martelé par les créatures du passé, il n’a jamais réellement pu les affronter. J’étais ce garçon. Je suis ce garçon. Elle m’avait supplié, m’avait quémandé de la sauver. Je n’étais pourtant pas l’un de ces héros de cape et d’épée, pas un de ces fiers guerriers prêts à mettre leur vie en jeu pour les autres. Qu’aurais-je du réellement faire ? À défaut de la rattraper, je l’avais poussée. Parce que c’est ce qu’elle voulait, du moins était ce que je croyais. Car en toute honnêteté, elle n’avait souhaité qu’une chose de tout coeur. Elle pensait qu’au dernier moment, alors que son corps allait basculer, je la regarde tendrement, la serre dans mes bras et lui souffle délicatement à l’oreille que tout ira bien. Se sentir aimé et rasséréné. Un rêve qui aurait pu devenir réalité.

Suis-je dans le noir ou ai-je les yeux fermés ? Ces yeux, je les ai fermés il y a bien longtemps, titubant en cherchant désespérément la lumière. Arqués sur le passé, ils ne cessaient de darder un regard de remords et de regrets, balayant le chemin parcouru d’une rafale d’infamie. Dans les ténèbres, je sens les silhouettes qui s’avancent. Émissaires de la mort ou cavaliers de l’apocalypse, elles venaient venger la bonté. Voilà un de ces présents dont on reconnaît l’importance que lorsqu’on nous les offre. J’allais enfin quitter le noir, quitter le vide. Tout lâcher et m’envoler. Je n’irai certainement pas la rejoindre. Il aurait fallu pour cela répondre à sa détresse, saisir sa main inexorablement tendue en ma direction. Mais je n’avais rien vu, détournant le regard. J’étais face à la fin, dont on ne distingue rien si ce n’est ces dédales obscurs infranchissables. Elle était aussi fade que ma vie. Car lorsque je compris ce qu’il s’était passé, j’étais allé voir la sorcière. Je lui avais tout expliqué, lui demandant de la ramener à la vie. Mais personne ne le peut. Plutôt que de m’aider, c’est un fardeau qu’elle m’adressa. Plutôt que de me soulager, elle s’arrangea pour que je n’oublie rien. Pourtant, j’ai fermé les yeux et j’ai obscurci mes pensées. Pour ne plus y penser. Là était mon erreur. Ce n’est que face au vide de l’éternelle agonie qu’on comprend là où on a échoué. J’aurais dû accepter. Accepter que je n’étais pas coupable. Mais tel l’implacable Rhadamanthe, j’avais choisi d’être vitupéré. Choisi de croire la sorcière. Et j’ai fini par être rattrapé. N’importe quel poids, même le plus léger, finit toujours par détruire celui qui choisit de le porter à tout jamais, qu’il eût possédé la force du titan Atlas lui-même. C’était en cela que résidait les troubles les plus saisissants de la malédiction. La mort n’était finalement qu’une bénédiction venue mettre faim à la lente agonie qu’était ma vie. Ce n’était pas le monde que j’avais porté tout ce temps ; c’était mon monde, infiniment plus insipide et plus dévastateur.

Mon sixième sens m’indique que les silhouettes sont presque arrivées à mon niveau. Je sens une pression sur mes bras et mes jambes. Las, je me laisse aller. Le voyage est terminé. Ce qui compte c’est le chemin parcouru dit-on. Le mien aura été une succession de flancs escarpés et de vallons jalonnées de gouffres. Toujours proche de tomber, mais trop lâche pour ne pas me rattraper. Cette fois-ci, j’acceptais. J’ai choisi d’ouvrir les yeux pour contempler mes bourreaux. Mais il n’y avait que du noir. Il était sans doute trop tard pour tenter de faire la lumière sur son coeur. Le livre des espérances était trop poussiéreux pour y asseoir mon regard. Je crus sentir mon sang couler le long de mes membres, et des larmes jaillirent de mes yeux. Les monstres me dévoraient jusqu’à la moelle et pourtant, je n’avais pas mal ; la douleur s’était évaporée depuis longtemps, relégué au plan de simple ecchymose. J’étais atteint d’un mal bien plus profond qui m’avait fait souffrir pendant tant d’années: la culpabilité. Mais à mesure que je comprenais, elle aussi disparaissait. Pourquoi s’en vouloir ? Pourquoi avoir choisi les ténèbres ? J’aurais pu accepter son choix et mon impuissance. Mieux vaut tard que jamais pour s’en rendre compte, et même aux portes des enfers j’avais enfin décidé d’ouvrir les yeux. J’avais élevé une râle d’agonie durant ma vie au lieu de combattre. Mais enfin, je me dopais au courage et dissipais le brouillard.

J’étais dans le noir. Mon âme écorchée, mon coeur infecté, je me jetais en avant, tombant. Mes yeux étaient enfin ouverts. Bientôt, on ne vit que des lambeaux. Bientôt, on n’entendit que le chant des corbeaux. J’avais quitté le noir, rejoignant les étoiles.

PRIX

Image de 2020

Thème

Image de Très très court

En compétition

28 VOIX

CLASSEMENT Très très court

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Célia Cr
Célia Cr · il y a
Très beau texte! Je vote! Je t'invite à jeter un coup d'oeil à mon texte "Solide" https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/solide Merci!!
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Quelques maladresses (orthographe/syntaxe) mais l'ensemble est plutôt réussi. Une plume prometteuse et originale. :-)
Image de Ralf Dieudonné Jn Mary
Ralf Dieudonné Jn Mary · il y a
Bravo Lucas, mes voix! Prière de jeter un oeil aussi sur mon oeuvre en lice pour le prix des jeunes écritures:https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/j-ai-sauve-l-humanite
Image de Boubacar Diallo
Boubacar Diallo · il y a
Un beau texte. Lucas vous avez une belle plume et j'aime bien votre style.
Mes voix***
Je vous invite aussi à lire mon histoire https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/de-l-amour-au-trepas-une-mere-morte-1
Et à voter pour me soutenir!!

Image de El Hadji Yero Gano
El Hadji Yero Gano · il y a
bravo j'ai aimé n'hesitez pas de visiter le mien en cliquant sur le lien vous avez mes voix https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/linquiet-isole-1
Image de Kwatsy Yira-Jama
Kwatsy Yira-Jama · il y a
Quelle imagination ? J'ai vraiment aimé. Vous avez mes 3 voix.
Image de Marie Juliane DAVID
Marie Juliane DAVID · il y a
👌🏽👌🏽👌🏽👌🏽👌🏽👌🏽
👍🏻👍🏻👍🏻👍🏻👍🏻👍🏻
👏🏽👏🏽👏🏽👏🏽👏🏽👏🏽Félicitations pour votre texte et bonne chance dans la compétition. Vous avez mes votes.
Je vous invite à passer me lire:https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/mesaventures-nocturnes, à voter pour moi si vous aimez mon texte et à me laisser votre avis. J'en serai très ravie. Merci d'avance pour la visite.

Image de Naby Laye Camara
Naby Laye Camara · il y a
Bonjour Lucas
Félicitations pour ce beau texte. Vous avez mes 3 voix. Ça me feras plaisir que vous votiez pour mon texte sur le lien ci-dessous. 👇👇👇

https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/une-ame-damnee

Image de Ozias Eleke
Ozias Eleke · il y a
Beau texte Lucas. Vous avez mes voix. Votez aussi pour mon texte https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/homme-tas-le-bonjour-dalfred
Image de Ziane HASSANI
Ziane HASSANI · il y a
Félicitations et bonne chance pour la suite
Vous avez mes voix
J'espère que vous aimerez mon oeuvre et que j'aurai vos voix également via ce lien
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/adje