3
min

Dernier éveil

Image de Killian

Killian

53 lectures

24

C’est en sueur que je me suis réveillé, peu avant l’aube. Cela n’était pas la première fois qu’un cauchemar me tirait précipitamment de mon sommeil. Malheureusement ou peut-être heureusement, mes songes s’évaporaient lors ce que je passe la frontière de la conscience. C’est à croire que ce qui se passe durant mes rêves est condamné à y rester. Je suis là, terrorisé et moite de transpiration. C’est un cycle qui se répète depuis un certain nombre de nuits maintenant. Mais cela à évolué cette fois. Oui, pour la première fois un élément est venu se rajouter. Non, ce n’est pas un souvenir persistant. Ce que j’aurais probablement fort apprécié et qui m’aurait peut-être extirpé de mon ignorance. Cette fois, en plus de baigner dans ma terreur, je baignais dans une odeur particulière. Cet effluve familier connu de tous. Un parfum de mort. Oui, autour de moi il y avait comme une odeur de sang.
Pour la première fois ma peur persista. Elle persista et s’intensifia. Je sentais cette odeur désagréable. Elle et rien d’autre. Le sang s’accumulait ne laissant filtrer rien d’autre. Dans un premier temps je restai figé par l’horreur. J’étais incapable de contrôler mon corps. Je subissais sans aucune réaction possible.
L’odorat pouvait s’avérer magique. On a tous déjà revécu des moments intenses qui ont été déclenchés par un simple parfum. Que ce soit l’odeur du chocolat, de l’averse d’été ou le parfum torride de l’être aimé. Le parfum est puissant et envoûtant. Cependant, celui-ci me pétrifiait.
De plus son origine m’était inconnue. Était-ce le mien ? Je ne percevais pas de douleur. Après avoir allumé une lampe, je pu rapidement vérifier si tout était en état et pas troué. Suite à cet examen des plus minutieux, je ne perçu absolu pas le moindre résidu sanguin. D’où venait cette odeur dans ce cas-là ? Etant le seul être vivant de mon appartement, je sentis à nouveau la tension monter d’un cran.
Une fois debout à côté de mon lit, je parti explorer l’appartement. C’est le cœur battant et mon pouls hors de contrôle, que j’ouvris la porte pour découvrir l’origine de ces émanations. Je ne trouvai finalement ni trace, ni âme qui vive. Néanmoins mon nez était toujours saturé d’hémoglobine. Rien d’autre ne me parvenait. Pas même l’effluve de ma propre sueur qui continuait de perler. Je la sentais tiède et moite sur ma peau.
Toujours autant perplexe, et ne voyant plus rien à faire, je décidai de me recoucher dans l’espoir de dormir.

"Il est temps. Tu t’es crû plus malin ? C’est pour cela que tu as voulu fuir ? Pour cela que tu as tenté de te cacher ? Néanmoins tu as vite vu que c’était impossible. On ne m’échappe pas. Personne n’y parvient. Je les aie tous rattrapé. Tôt ou tard. Tu ne feras pas exception et tu en es conscient !
Tu t’en es rendu compte. Nous formons un vieux couple tout les deux. Tu as voulu me faire taire. Me tuer. Mais en me blessant, tu fais couler ton propre sang. Je crois que tu l’as compris maintenant, toi et moi, c’est maintenant que tout s’achève."

À nouveau je me réveil en pleine angoisse. Le corps trempé de sueur et l’esprit terrorisé. Les rayons du soleil éclairent ma chambre. Ils ne font que renforcer cette puanteur macabre. Mais toujours pas la moindre trace de sang.

"De l’eau. Le lavabo. Il me faut à boire. De l’air frais aussi. Et de l’eau fraiche sur mon corps. Faut que je me ressaisisse."

Je titubais dans un état de folie, de frénésie jusqu’à la salle de bain. Je pu enfin sentir l’eau fraîche contre ma peau. D’abord mes mains. Suivi presque immédiatement de mon visage. Puis ma langue fût rafraichie et je senti couler l’eau le long de ma gorge.
Seulement elle avait un aspect tiède et pâteux. Un goût de fer. Sous le choc, je la recrachai. Mais il n’y avait pas de sang. Juste un liquide transparent. Simplement de l’eau. Pourquoi cela en aurait été autrement ?
Il me semblait que je commençais à perdre pied avec la réalité. Je me redressai et face au miroir je vis un autre homme. Le teint livide. Les traits tirés. Des cheveux collés par la sueur. Le regard apeuré et injecté de sang.
Un mince filet de sang s’écoulait de mes narines. J’étais faible. Je ne comprenais pas ce qui se passait. Puis je ressenti à nouveau ce goût métallique sur ma langue. Juste avant qu’il ne s’échappe et ruisselle entre mes lèvres. Coulant harmonieusement jusque sur le carrelage avant que je ne le rejoint sans la moindre grâce.

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
24

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
Une histoire intrigante, angoissante, et sujette à de nombreuses interprétations ! J'aime bien !
Merci pour ton TTC, Killian :)
Si tu le souhaites, n'hésite pas à lire "Gu'Air de Sang", également en compétition !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/gu-air-de-sang

·
Image de Killian
Killian · il y a
Merci beaucoup Aurélien. J'irai y jeter un œil alors !
·
Image de Célestina Orn
Célestina Orn · il y a
Un suspense haletant dans une ambiance pesante... A faire froid dans le dos !
·
Image de Killian
Killian · il y a
Merci beaucoup Alouette! C'est cette atmosphère que je recherche et savoir que c'est ressenti par mes lectrices et lecteurs est le plus beau des compliments
·
Image de Célestina Orn
Célestina Orn · il y a
Pour ma part, mon récit noir se passe dans une ambiance moins pesante mais j'espère qu'il est à la hauteur du thème malgré tout ! Si cela vous dit je vous attends, avec "Rosalie et Clément" : je suis preneuse de toute critique !
·
Image de Killian
Killian · il y a
Dans ce cas je ne manquerai pas d'aller la lire
·
Image de Célestina Orn
Célestina Orn · il y a
Je vous y attends avec plaisir alors !
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Un réveil macabre !
·
Image de Fabienne Pigionanti
Fabienne Pigionanti · il y a
a voté, mes voix je vous propose: violent parfum acide
·
Image de Killian
Killian · il y a
Merci beaucoup Fabienne. Je ne manquerai pas d'aller découvrir votre nouvelle
·