Dépoésie contemporaine #3

il y a
1 min
22
lectures
1

Passionnée d'art / je travaille dans l'édition de livres pour enfants / Mon premier roman 'Éclipse à Tokyo'  [+]

Je ferme les yeux pour ne pas le voir. Je ferme les yeux pour ne pas y croire.
Société, où vas-tu ?
On ne m'avait pas dit qu'on en était là. En même temps, je ne l'aurais pas cru. Je ferme les yeux. Nous fermons les yeux collectivement. Nous devenons inertes, proies aux rails du quotidien.
Mais quelque part, nous sommes conscients. Notre âme hurle, notre corps brûle.
La goutte d'eau n'est pas loin, celle qui va embraser nos consciences, nos émotions, notre libre arbitre. Je ne sais pas encore ce qui est mieux, de les fermer ou bien de les ouvrir.
J'écris pour être entendue, j'écris car je ne peux crier. Le monde est-il conscient ? Que se passe-t-il ?
Une potion aveuglante s'est-elle distillée sur la ville ? Pourquoi sommes-nous collectivement éteints ?
Où est la passion, la folie, l'art, la réflexion ? Que la vie est pauvre sans flamme.

1

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Laurent Martin
Laurent Martin · il y a
Tout est sous terre
La vie bouillonnante de l'underground 😎

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Noirceur invisible

Mona Ressac

J’arrive. Tout est comme je le redoutais. Sale et sinistre. J’aperçois déjà leurs ombres dansantes. Des visages fades se collent à la vitre. Quelques joues déjà bien garnies avant Noël... [+]

Très très courts

La Femme Tronc

Surlephil

Je suis tombé amoureux d'elle dans la vitrine d'une boutique de mode.
De ses cheveux de poupée, de ses yeux peints, de son masque de cire avec deux rondelles rouges sur le haut des joues.
De ses... [+]