Départ

il y a
3 min
39
lectures
8

Depuis tout petit j'adore lire des bouquins. J'ai été influencé par la magie de Rowling mais également par S.King et le genre horrifique. Je m'en inspire mais produis mon propre style. L écriture  [+]

Cela faisait des mois que ça durait. Chaque soir, quand il rentrait du travail. Le cliquetis du verrou de la porte, ce bruit amenait au plus profond de ses tripes une peur viscérale. Qu'ils furent heureux, un commencement parfait pour ces deux amoureux. Quelques années passèrent avant que celle-ci ne se dégrade petit à petit. La jalousie n'était en rien le motif de ces changements. L'odeur aussi, cette odeur omniprésente qui était si attirante au tout début de leur relation. Même elle ne comprenait pas, ne le comprenait plus. Il avait changé, pas seulement envers elle, mais également envers sa famille. Il l'avait obligé à s'éloigner de ses proches prétextant une mauvaise influence de leur part. Ils ne laissaient pas leur couple libre selon lui.

Mais l'odeur, cette odeur abjecte qu'il lui imposait tous les soirs. Son souffle chaud et amère qui effleurait son cou, qui s'insérait en elle tel un ver. Et ses murmures, elle s'en souvient parfaitement, chaque bribe, chaque son, chaque syllabe prononcées par sa langue fourchue. Ces chuchotements incessants imprégnaient sa mémoire. Il avait réussi son coup, il la possédait, il s'était insinué en elle, dans son esprit.

Pourtant elle ne l'avait jamais trompé, elle n'avait jamais abordé d'autres hommes que lui. Alors pourquoi agir de cette manière ? Elle cherchait, scrutait dans sa mémoire tous les détails possibles afin de comprendre ses agissements. Elle avait toujours entretenu cette relation afin que son homme soit le plus heureux. Des soirées au restaurant en amoureux, des balades au bord de la mer. Comment avait-il pu devenir ainsi ? Cette chose ? Il semblait heureux. Peut-être l’argent ? Il est vrai que parfois ils devaient faire attention mais ils s'en étaient toujours sortis. Non, ce n'était pas cela. Elle devait absolument comprendre, trouver une solution et résoudre ces questions insoutenables.

Une pensée effleura son esprit, cette simple idée l'effrayait, l'a tétanisait. Elle en avait la nausée, une envie de vomir la saisit d'un coup comme un puissant coup de poing dans l'estomac. Et si cette domination, ces ignobles pulsions avaient commencées bien avant qu'elle ne s'en soit rendue compte ? S'il avait déjà souillé son corps alors qu'elle s'était donnée corps et âme à lui. Même cela elle ne pouvait le savoir. Il avait profité d'elle, de l'amour qu'elle lui portait pour agir en toute impunité. Ainsi elle ne pouvait rien lui reprocher et il assouvissait ses besoins, cette aberration humaine avait déjà agi, dans l'ombre de cette illusion. Pour tenir le coup, de temps en temps elle se servait un verre avant qu'il rentre, avant que cette chose ne répète inlassablement ses gestes, ne se délecte de ce penchant morbide.

Ses caresses, ses effleurements sur sa peau, ces doigts rugueux, elle devait supporter cela tous les soirs en plus de cette odeur. C'en était trop pour elle, elle ne pourrait supporter plus longtemps ce calvaire. Mais elle ne voulait pas lui donner satisfaction alors elle tenait le coup. Un jour elle oserait le faire, partir loin d'ici. En attendant ce moment, cette délivrance, elle devait supporter le glissement de ses doigts serpentant le long de ses formes. Il s'en amusait. Il exaltait de cette domination, de sa possession.

Malgré ses coups de rein violents qu'il lui assénait, elle restait silencieuse comme si pendant ce laps de temps, son esprit était parti ailleurs, loin de cette scène écœurante de ce monstre,exaltant. Sur son visage on pouvait voir une larme se frayer un chemin vers ses joues pour finir par passer sur ses lèvres finissant sa course sur le matelas comme si toute tentative de fuite fut veine, sans espoir. Après cela, le monstre s'endormit enfin. Même pas besoin de s'approcher, il empestait. Elle devait se lever, elle avait attendu qu'il trouve le sommeil dont elle n'osait même pas imaginer une seconde les rêves, aussi abject qu'il était. Il était temps pour elle de se préparer mais elle était tétanisée à l'idée qu'il se réveille, il la punirait c'était certain. Peut-être en finirait-il avec elle, elle avait le choix.

Elle se leva et mis ses affaires en ordre. Elle devait tourner la page, sans cela elle ne trouverait jamais la paix. Ainsi elle effacerait ce passage de sa vie. Elle ferait table rase du passé.

Subitement, elle entendit un bruit sourd, des pas. Son mari s'était réveillé. Elle commença à paniquer et saisi la première chose qui lui passait par la main.

Elle était pétrifiée, ce serait lui ou elle.

Mais là, à cet instant précis, couteau à la main, elle était enfin détendue. Elle avait enfin trouvé la solution à tous ses problèmes, cela s'était avéré plus facile à faire qu'elle ne l'avait redouté. Très rapide. Ses yeux avaient quitté ce monde aussi vite que le couteau s'était planté en elle. Quelques secondes.

Enfin, elle pourrait laisser s'en aller ces murmures, cette odeur et ce monstre qui hanteraient à jamais les murs et les fondations de cette maison.
8
8

Un petit mot pour l'auteur ? 6 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Douloureusement réaliste.
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Thème très délicat.En ressort la souffrance qui débouche sur cette fin tragique. bien écrit.
Image de Soseki
Soseki · il y a
Dur ...quel tête à tête d 'abord amoureux et ensuite mortifère !
Image de Mickael Gasnier
Mickael Gasnier · il y a
Chute cruelle !
Mon vote
A bientôt

Image de Scribouille
Scribouille · il y a
Texte très dur mais qui convient bien au sujet traité.
Image de Mary Ménoire Buttigieg
Mary Ménoire Buttigieg · il y a
Etouffant mais très bien écrit. La chute est réussie.