Demain est un autre jour

il y a
2 min
39
lectures
14

J'adore la poésie, j'en écris un peu et j'en lis beaucoup. J'ai déjà publié un recueil et je publie régulièrement dans la revue "L'Albatros" de "l'Académie de la Poésie Française". Et puis  [+]

Lorsqu’elle s’aperçut de sa maladresse, il était déjà trop tard. La main droite de l’homme se referma sur son poignet comme un étau et l’empêcha de saisir le verre qu’elle venait de lui servir. Il la fixa d’un regard froid, inexpressif. Elle resta figée, accrochée à ce regard pendant un court instant. Elle sentit que l’homme ne lui ferait aucun cadeau. D’ailleurs aucun des hommes qu’elle a connu ne lui en avait fait. C’était plutôt le contraire. Il était silencieux lui laissant l’initiative de proposer une solution à cette situation. Elle se secoua enfin, arbora un large sourire et attaqua : « oui mon chéri ? » prête à défendre ses acquis avec tous les moyens dont elle disposait. Elle n’allait pas laisser le premier venu lui prendre ce qu’elle avait acquis péniblement à force d’ingéniosité, de dextérité, de concessions et de retenues. « Un double whisky ma belle... dans un autre verre !» ordonna-t-il froidement. Il prit le verre de la main gauche et relâcha doucement le poignet de Salma tout en lui caressant le dos de la main, un geste dévoilant ses intentions. Salma ne se fit pas trop. Elle sentit que ce type allait lui pourrir la vie si elle n’y mettait pas le holà d’une manière ou d’une autre et rapidement. Elle le servit !
Elle était en même temps caissière et barmaid, un job qui lui permettait de payer le loyer et la nurse pour son bébé de neuf mois. L’affreux nabot, propriétaire du bar, lui faisait confiance pour l’instant. Il a des vues sur elle, la mettre dans son lit. Elle en était consciente. Il ne fallait pas qu’il découvrît son manège sinon s’en était fait de son boulot et de ses fins de journées rondelettes. Ainsi, pour arrondir ses fins de semaines, elle avait trouvé une combine simple et efficace : servir aux clients du whisky allongé d’eau, ou carrément de l’eau plate et leur compter le prix fort. Attention ! Pas à n’importe quels clients, ceux qui planaient déjà dans les nuages. Mais ce type l’avait sans doute observée et avait découvert son manège, le fils de pute ! Elle avait déjà eu la naïveté de succomber aux charmes d’un autre salaud qui l’avait engrossé avant de disparaître dans la nature. Avorter aurait été la solution, mais elle n’en avait pas les moyens. L’avortement étant interdit par la loi, coûtait cher. Les médecins qui le pratiquent clandestinement demandent les yeux de la tête. Les mois de grossesse furent un calvaire pour elle. Elle avait été obligée de quitter son précédent boulot et de changer de ville. Etre une fille mère au Maroc est un vrai parcours de combattant, interdit par la loi et honni par la société. Elle l’avait vécu. Mais ça c’est une autre histoire ! Elle y pensa avec colère et vomit les hommes en général et ceux qui avaient croisé sa chienne de vie en particulier...
Elle allait lui régler son compte à cette ordure. Elle farfouilla dans son sac et prit une poignée de comprimés du somnifère qu’elle utilisait pour réguler son sommeil. Elle les mit dans un quart de bouteille de whisky et laissa macérer pendant un bon moment avant de lui en verser un double. Elle trinqua avec lui : « A notre rencontre, mon gars ! Aujourd’hui je vais te bichonner mon grand ! » Elle resta avec lui jusqu’à ce qu’il commença à dodeliner de la tête puis s’en s’éloigna. L’homme ne tarda pas à piquer du nez sur le comptoir puis à s’affaler par terre dans un grand fracas de chaises renversées.
« Celui-là a son compte, dit la demi-portion, maître des lieux, au videur, évacuez-le ! »
Un problème de résolu pour aujourd’hui...
Demain est un autre jour !
14
14

Un petit mot pour l'auteur ? 17 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fredo la douleur
Fredo la douleur · il y a
Ne dit-on pas que les jours se suivent mais ne se ressemblent pas ? Espérons effectivement que pour Salma, demain soit un autre jour ! Le jour de la fin de ses nombreux problèmes... Qui sait ?! ^^
Image de Sgann
Sgann · il y a
Espérons !
Merci Fredo la douleur.

Image de De margotin
De margotin · il y a
Demain est souvent différent. On le prendra comme il vient. Ma ville de naissance est sur la liste des finalistes si vous voudriez le soutenir à nouveau. https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ma-ville-de-naissance
Image de Sgann
Sgann · il y a
J'y suis déjà revenu et voté,
Bonne chance !

Image de Dranem
Dranem · il y a
On aimerait trouver une issus de secours pour Salma... comme dans un film de Tarantino !
Image de Sgann
Sgann · il y a
Oui une issue pour elle sans trop de dégâts...!
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Demain est peut-être un autre jour, en effet, mais à mon avis, il sera pire, et je la plains !... De mauvais choix en mauvaises décisions elle a mis la main dans un terrible engrenage :(
Image de Sgann
Sgann · il y a
Eh oui vous avez tout à fait raison... mais on peut toujours lui trouver une échappatoire si jamais je décide d'écrire une suite !
Image de Corinei
Corinei · il y a
c'est une bonne idée le somnifère...UN PETIT COEUR
Image de Sgann
Sgann · il y a
Merci Corinei !
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Oui, un problème après l'autre ! Je suis d'accord avec Laurence, ce texte appelle une suite.
Condition féminine extrêmement dure mais on a affaire ici à une sacrée bonne femme !
Bravo !

Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Quelquefois les piliers de bar s'effondrent ....
Image de Laurence Delsaux
Laurence Delsaux · il y a
Formidable début d'histoire, les premières phrases donnent tout de suite le ton. Oui, revenez avec une suite !
Image de Sgann
Sgann · il y a
Je n'y ai pas pensé mais c'est une bonne idée ! Merci Laurence Delsaux.
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Ce client risque d'être de mauvaise humeur le lendemain ...
Image de JARON
JARON · il y a
Bonjour Sgann, j'ai beaucoup aimé cet texte bien écrit. L'histoire est rondement menée, cela pourrait même être le début d'un bon polar, en tous cas on en redemande, bravo! et belle journée à vous.
Image de Sgann
Sgann · il y a
Merci JARON !