Dedans comme dehors

il y a
1 min
375
lectures
45
Finaliste
Jury

J'ai 24 ans et je suis en master d'écriture. Je pense donc que ce site est fait pour moi. J'écris depuis aussi loin que je m'en souvienne. Bienvenue dans mon monde  [+]

Image de 2016
Tu l’entends n’est-ce pas ?

Tu rentres du boulot, éclaboussant parfois tes chaussures en marchant dans l’eau, au milieu d’une ville bondée. Il y a du bruit partout. Il y a le chien de la voisine, qui gueule à chaque fois que tu passes, il y a les chauffards énervés, qui klaxonnent à la gueule des taxis qui vraiment se croient tout permis. Ouais, il y a du bruit partout, mais tu l’entends quand même.

Là, dans la rue qui vient, celle où personne ne va jamais car tout le monde sait ce qui s’y passe. Tu entends tout avec une précision effroyable. Du coup, t’accélères le pas, t’espère que le chien gueulera plus fort et qu’il y ait un accident bien bruyant sur la route.

Tu marches plus fort aussi. Tu fais claquer tes talonnettes sur les pavés et fait cliquer ton stylo dans ta poche. Mais tu t’approches doucement, et tous les bruits semblent diminuer petit à petit, comme si le monde se préparait à l’entendre aussi.

Celle que tu entends déjà. Dedans comme dehors.

Quand tu passes enfin devant cette rue, tout s’arrête. Il n’y a plus de voitures, plus de chien, plus de stylo, plus de talonnettes, plus de pavés. Il y a ses cris, son malheur agonisant. Il y a les râles d’un gros porc qui prend son pied. Et toi, tu fais quoi ? Tu restes planté là, comme un con. Et tu regardes. Tu regardes longtemps et incapable de regarder en même temps.

Tu ne vois même pas vraiment, tu entends juste absolument tout. Tu entends ses ongles s’enfoncer dans sa chair, son sanglot étouffé par sa main. Son cerveau enregistre tout, comme un magnétophone qu’elle rejouera jour après jour le reste de sa vie.

Tes oreilles perçoivent presque leurs pensées. Lui, si fier et si heureux, ses grognements répugnants n’éclipsent que difficilement ses pensées victorieuses et son chant fanfaron. Il fait sonner les trompettes. Il a gagné. Il est puissant.

T’entends ta mère hurler à son tour dans ta tête, t’entends les insultes de ton père aussi. Tout se mélange : ce qu’il y a devant tes yeux et ce qu’il y a dans ton esprit. Dedans et dehors. T’as presque l’impression de voir ta mère dans cette rue où personne ne va, et comme le petit garçon que tu étais, tu ne fais rien. Tu subis, tu te ratatines, tu les entends de plus en plus fort, de plus en plus précis, de plus en plus douloureux. Dedans comme dehors.

Puis enfin,tu te mets en marche.

Demain, tu chercheras un autre chemin pour rentrer. T’essaieras de devenir sourd aussi

Et comme tous les jours, tu échoueras.
45

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,