Décalage onirique

il y a
1 min
19
lectures
2

Journaliste, poète, nouvelliste et essayiste, l'écriture accompagne ma vie depuis l'âge de vingt ans. Mais n'est-ce pas là un geste essentiel, constitutif de notre humanité? En tant qu'auteu  [+]

Nuit de fête dans un grand appartement aux boiseries lambrissées et au parquet craquant. Des jeunes – robes sombres et chemises blanches – refluaient dans cette vaste pièce calme, fatigués sans doute d’avoir trop dansé et trop bu.
Comment m’étais-je retrouvé, quinquagénaire blasé, parmi eux ? Peut-être par un sursaut de curiosité désirante pour les usages du monde ?
Nous formions à présent un rang serré, chacun ayant disposé à ses pieds un matelas ou une couverture pour s’allonger et récupérer de ses frasques. La sono s’était tue, mais les ondes des portables (toujours ouverts) étaient à leur maximum de concentration.
J’étais couché entre deux jeunes filles et la proximité de leurs corps à peine habillés me rendait nerveux, m’empêchait de trouver le sommeil. Lorsque je me tournais sur le côté, le peu d’espace entre nous faisait que mon visage effleurait leurs joues. Je m’en excusai. A quoi l’une d’elles, avec un zeste de malice bienveillante, me répondit : « C’est naturel. ».
Elle avait des traits florentins et de longs cheveux bruns coulaient sur ses épaules. Encouragé par son indulgence, je rapprochai mon corps du sien jusqu’à sentir ses jeunes courbes contre moi. C’est comme ça que je finis par m’endormir, apaisé par tant de douceur partagée.
J’avais l’un de ses seins dans ma main quand soudain, toute la chambrée s’ébroua, entrainant ma jolie voisine dans son mouvement. Que se passait-il ? On aurait cru qu’ils allaient tous ensemble à un même rendez-vous. C’était pourtant dimanche et aucun réveil n’avait sonné :
« Excuse-moi. Me murmura celle qui avait été l’infirmière de mon tourment. La fête va bientôt reprendre. On ne faisait que se reposer un moment. C’est comme ça avec les jeunes. Toi tu ne peux pas comprendre. »
Elle sortit, avec les autres, de la pièce, me laissant seul et hébété, incapable de la rejoindre même en rêve.

Jacques Lucchesi
2
2

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Black Jack
Black Jack · il y a
Le rêve n'est souvent que le reflet émotionnel de la vie diurne.
Image de Marguerite A
Marguerite A · il y a
Ah, ces jeunes !