3
min

De l'autre côté du tableau

Image de Viviane

Viviane

113 lectures

43

Les dimanches matin, j’aime déambuler aux bords des quais des antiquaires. Alors que je passe devant la boutique de chez Vittorio, un portrait de femme en vitrine me fait stopper net. Ma grand-mère ! Ma grand-mère en vitrine..... Elle pose en pied dans un tableau. Cette grande femme blond vénitien avec les yeux d’un bleu délavé et ce sourire en coin qu’elle arborait quand elle savait que j’avais fait des bêtises. Elle porte une grande robe blanche à fleurs bleues qui la met en valeur. Elle a la cinquantaine mais je la reconnais bien malgré toutes ces années. Mais que fais-tu là Mamie ? Depuis combien de temps je ne t’ai plus vue? Je sens l’émotion monter en moi alors que je regarde ce portrait. Est-ce bien elle ? Une sœur jumelle que je ne lui ai jamais connue ? Un sosie ?
Je rentre chez Vittorio « Bonjour Marie, me dit-il » sans prendre le temps de lui répondre je lui demande :
- Où as-tu dégoté ce tableau ? »
- Il te pait ?
- Ce n’est pas la raison de ma venue, peux-tu répondre à ma question ?
- Un homme est venu me le proposer cette semaine. Il l’a trouvé dans le salon de son nouvel appartement près de l’avenue Foch. L’appartement était entièrement vide et son ancien propriétaire l’a laissé en évidence en plein milieu de la pièce. Comme il est de belle facture et signé, il me l’a apporté.
Je ne comprends pas bien dans quelles circonstances ma grand-mère, d’un milieu modeste, a pu être peinte avec talent et se retrouver dans les quartiers chics. Aurait-elle eu un amant fortuné qui en souvenir aurait fait son portrait ?
- Tu te rends compte Vittorio, il s’agit de ma grand-mère !
- Ce n’est pas possible
- Si je t’assure !
- Il ne peut pas s’agir de ta grand-mère ce portrait est daté de 1889 ! Regarde là, dans le coin.
-Combien le vends-tu ? Il me rappelle mon enfance et cette grand-mère que j’aimais tant.
- Je t’en fais cadeau ma belle
- Merci Vittorio, tu es un véritable ami. Je reviendrai t’acheter des lampes à huile dès que tu en auras.
Je prends le tableau sous mon bras et le ramène chez moi. Il est lourd, encombrant et je ne sais pas vraiment ce que je vais en faire. De toute évidence, il ne s’agit pas de ma grand-mère mais quelque chose me dit de le prendre. Une force qui transcende toute logique.
Arrivée dans mon petit appartement de la rue Surcouf, ce tableau est hors de proportion. Quelle idée m’a donc pris de m’accaparer sur un coup de tête ce portait ? Où vais-je l’installer ?
En l’examinant, je comprends pourquoi je suis attirée par ce tableau, c’est comme si les yeux de cette inconnue me suivaient et qu’elle essayait de me parler. Que veut elle me dire ?
Je prends un chiffon pour nettoyer la poussière qui recouvre le tableau. Je m’aperçois que les clous au dos ne tiennent plus. Je les retire et de l’autre côté de la toile, un petit mot écrit à la plume «A ma petite fille Marie, en souvenir de sa grand-mère Louise». Les larmes me montent aux yeux...
Cette dame avait aussi une petite fille portant le même prénom que moi... Il faut que je sache qui est cette femme.
La fébrilité me gagne. Une recherche sur internet m’apprend que le signataire du tableau, Edouard Pichon est un peintre du 19ème siècle spécialisé dans les portraits de la bourgeoisie parisienne et notamment dans le milieu des modistes. C’est un début. Ma grand-mère, bien que née un siècle plus tard, n’a jamais travaillé. Douée de ses mains et créative, elle faisait, après- guerre, des chapeaux pour elle et ses amies. Tant que coïncidences m’ébranlent. Ce pourrait-il que ma grand-mère soit la réincarnation de cette femme ? Et moi, serais-je la réincarnation de sa petite fille ?
Je dois en savoir davantage, cette femme devait être modiste et se prénomme Louise. Si quelqu’un peut m’aider c’est ma cousine Sophie. Passionnée de généalogie, elle connait par cœur les différentes branches de la famille.
- Sophie, il m’arrive une histoire incroyable faite de coïncidences qui me chamboulent. C’est comme si Mamie voulait me parler à travers un tableau.
- Comment cela à travers un tableau ? Mais Mamie est morte il y a plus de vingt ans !
- Oui je sais... mais c’est comme si elle m’avait laissé un message avec son portrait d’un côté et une phrase de l’autre côté du tableau. Je t’expliquerai plus tard. Sais-tu si dans notre famille nous avons eu une aïeule du prénom de Louise qui aurait été modiste ?
-Dans notre famille, non, pas de modiste au nom de Louise. Mais la meilleure amie de Mamie s’appelait Louise et elles se considéraient comme des sœurs. Elles étaient nées le même jour et leurs mères avaient fait connaissance au Jardin des Plantes alors qu’elles étaient encore nourrissons. Elles ne sont jamais quittées toute leur vie durant et sont décédées l’une après l’autre à quelques mois d’intervalle.
- C’est vrai, je ne me souvenais plus de cette histoire... je te remercie Sophie... Je t’embrasse.
Anéantie par tant de coïncidences, je ne cherche plus comprendre et j’accepte ce tableau comme étant un signe d’affection que m’adresse ma grand-mère de l’endroit où elle se trouve.
Merci Mamie lui dis-je en embrassant le tableau, je t’aimerai toujours moi aussi.

PRIX

Image de 5ème édition

Thèmes

Image de Très très courts
43

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une très bonne œuvre bien conçue, bien écrite, tendre, émouvante et pleine de sensibilité ! Mon vote ! Vous vous êtes embarquée une première fois pour mon voyage. Une invitation à refaire cette “Croisière” fantastique si cela vous plaît toujours ! Merci d’avance et bon voyage !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/croisiere-2

·
Image de Laure Félibre
Laure Félibre · il y a
Très joli texte, touchant, bien écrit et chargé en émotions ! Merci Viviane !
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Un très beau texte, qui ne cache pas ses sentiments. Mes voix. Aimerez vous "l'invitation" et "reflets" ? Ou Tropique dans un tout autre genre.
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Une histoire touchante que celle d'une grand-mère qui réapparaît de l'autre côté de son monde.
Mon pantoum (Rêve d'ailleurs) est aussi en cavale dans la Matinale. Je vous invite à aller le découvrir.
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/reve-dailleurs-pantoum

·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Sympathique récit : le gage d'une affection léguée depuis "l'autre côté", ce n'est pas banal !
·
Image de Viviane
Viviane · il y a
Merci pour votre vote et ravie que le texte vous ait plu
·
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Votre texte est très joli . Vous avez parfaitement réussi à en faire dégager votre tendresse , votre affection pour votre grand-mère . .
·
Image de Viviane
Viviane · il y a
Merci Nadine
·
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Mon TTC Être à coté de ses pompes ! est en finale . Viendriez- vous le soutenir si vous l’appréciez ? Merci à vous
·
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
J'aime beaucoup votre récit. Un petit signe du passé bien mystérieux...
·
Image de Viviane
Viviane · il y a
Ravie que cela vous ait plu
·
Image de Arlo
Arlo · il y a
Excellent TTC très travaillé dans le thème demandé. Vous avez les votes d'Arlo qui vous invite à découvrir ses deux poèmes * sur un air de guitare* retenu pour le prix hiver poésie et * j'avais l'soleil au fond des yeux* de la matinale en cavale. Bonne chance à vous. http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/sur-un-air-de-guitare-1
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Ma tête me fait mal, mon corps est lourd. Je perçois dans le lointain le bruit de la mer, le ressac des vagues, les cris stridents d’oiseaux marins. L’humidité a pénétré tout mon corps. La ...