De l'audace

il y a
2 min
269
lectures
240
Finaliste
Public

Une bio? Mais qu'est-ce que je vais bien pouvoir y raconter? Non, depuis dix-sept années que mon imaginaire arpente le chemin du rêve nuit et jour en éparpillant idées farfelues, livres dévorés  [+]

Image de 2018
A contre-courant ? Quel drôle de thème. Bah oui, je pourrais écrire n’importe quoi en me targuant de ne pas suivre les consignes, d’être à contre-courant, et donc dans le thème. Mais c’est un peu paradoxal quand même... Pas sûre que ça corresponde à ce que l’on attende de moi. Qu’est-ce qu’on attend de moi au juste ? Un joli petit poème sur la rébellion ? Un mignon petit très très court sur la révolte ? Bon, la poésie c’est pas tellement ma tasse de thé. Sinon j’avais bien une ou deux idées de contes philosophiques avec plein de métaphores universelles et de propos métaphysiques mais j’ai pas vraiment envie de me lancer là-dedans. Vraiment, c’est fatiguant d’écrire des trucs de ce genre. Il faut faire attention aux répétitions, aux rythmes, au style... et à ce que ça soit cohérent ET intéressant par-dessus le marché ! Pour être honnête, j’ai déjà travaillé deux heures sur une histoire. Comme je suis sympa (enfin je crois), et surtout que ça me fait mal au cœur de me dire que j’ai gâché deux heures ma vie à écrire un truc qui va finir à la poubelle, je vais rapidement vous présenter l’idée. C’est l’histoire d’un cactus qui veut quitter sa vie pourrie dans le désert mais qui ne peut pas parce que (je vous le donne en mille) c’est un cactus (et qu’il ne peut par conséquent pas se déplacer). Il essaie donc de devenir un oiseau pour trouver la liberté... Ok, quand je dis ça comme ça le concept a l’air un peu fumeux mais ça me semblait vraiment être une bonne idée au début ! Enfin seulement au début parce qu’après je me suis rendu compte que la manière dont l’histoire tournait me plaisait pas du tout. J’étais juste partie de l’idée d’un cactus à plumes parce que l’image était chouette mais ça a rapidement dérapé. Me voilà donc à une demi-heure de la fin de la Matinale et je n’ai rien à rendre... De toute façon, être à contre-courant, je suis pas d’accord avec cette idée. Ça veut littéralement dire partir dans la direction diamétralement opposée à celle que suivent la plupart des gens. Alors déjà, je suis désolée, mais personne ne va dans le même sens ! T’as qu’à descendre dans la rue pour voir que les gens que tu croises n’ont pas le même caractère, la même apparence, la même religion, les mêmes idées politiques, les mêmes ambitions... Je pourrai continuer cette liste encore longtemps mais je vais la stopper ici (parce qu’il y a quand même un nombre de caractères limité à un très très court). Et même si tout le monde allait dans le même sens, ça serait pas forcément une bonne chose d’aller dans le sens inverse. Ben oui : si tout le monde fuit une horde de zombie, c’est pas une super idée de courir à contre-courant parce qu’entre être un mouton en vie et un rebelle bouffé, on fait rapidement son choix ! Certes, mon exemple n’était pas... génial, mais je pense que vous êtes assez malin pour comprendre que si la masse va dans une certaine direction c’est qu’il y a une raison (généralement bonne, mais tout dépend des cas). Moi je trouve que c’est plus intelligent de se rebeller en sortant des sentiers battus et en créant sa propre voie. Comme ça tu laisses une empreinte que d’autres pourront suivre, au lieu de te débattre frénétiquement et vainement dans le flot de la masse. Donc se rebeller, c’est bien, mais se rebeller intelligemment, c’est mieux. Après, tout le monde a ses raisons de se rebeller. Vous pouvez ne pas être d’accord avec les diktats de la société, auquel cas ta révolte est certainement fondée sur des raison solides et facilement démontrables. Mais vous pouvez aussi vouloir vous rebeller juste par esprit de contradiction, simplement pour affirmer votre propre existence et vous démarquer. Dans ce cas, je pense qu’il va quand même falloir réfléchir un peu et trouver une vraie raison pour critiquer tout et n’importe quoi. Sinon vous deviendrez simplement le mouton d’un autre mouvement de masse, et là c’est assez ironique. Bon, il commence à se faire tard et il est presque l’heure d’envoyer mon texte. J’aurai bien aimé encore développer ma pensée et me relire mais tant pis, on va dire que je refuse les conventions de la dissertation et que je suis donc bien dans le thème. Rebellez-vous intelligemment, avec une motivation et des convictions réfléchies et objectives, et surtout, ayez de l’audace !
240

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,