1
min

De la naissance des farfadets et autres lutins

Image de Pascal

Pascal

109 lectures

1

La randonnée pédestre est un de mes passe-temps favori. Il y a quelques années déjà, je partis découvrir à pieds, l'Écosse et plus précisément les Highlands. Cela faisait déjà une dizaine de jours, que je parcourais ce merveilleux pays, allant de villages en villages, toujours bien accueilli, quand j'ai fait la rencontre de ma vie. Une charmante écossaise ? Un hypothétique monstre ? Non mais un authentique farfadet !

Après trois heures de marche, je m'étais assis contre un vieux mur pour me restaurer un peu ; quand j'entendis une voix qui m'appelait. D'abord je ne vis rien, puis appuyé sur mon sac à dos, un petit bonhomme ! J'en tombais à la renverse, ce qui fit bien rire mon interlocuteur. Malgré cela, je trouvais ce petit être malicieux, fort sympathique. Nous engageâmes la conversation.

Il se prénommait Harris. Il m'expliqua tous les lointains combats sanglants entre Pictes, Romains, Angles, Bretons, Saxons. Enfin, pour mettre fin à toutes ces tueries, les habitants de plusieurs villages avaient demandé l'aide de leurs druides.

Les druides étaient des prêtres, ils rendaient la justice et avaient des fonctions d'enseignement, car ils possédaient la science. Ainsi une poignée de druides se retira du monde pour trouver une magie qui pourrait arrêter ces massacres. Après plusieurs années, oubliés de tous, un druide réapparut, et dit qu'il pouvait sauver les habitants en réduisant leur taille. Ce druide là était un ancêtre lointain de Harris.

Le druide avait préparé une sorte de pâte, qui en se consumant, dégageait une odeur âcre et forte selon Harris. Il suffisait de respirer ces effluves, bien rythmé par un enchantement, et comme par magie la taille des gens se réduisait à un pouce. Ainsi naquirent les farfadets et autres lutins. La transformation était irréversible et pas tout à fait au point. Car c'était un savant dosage d'odeurs, à respirer ni trop vite ni trop lentement, au rythme de l'enchantement. Enfin bref, le processus était alambiqué, il y eut des ratés. Tout le monde a bien été réduit, mais les défauts de chacun furent amplifiés exponentiellement. Ils sont tous devenus extrêmement malicieux toujours prêts à jouer des mauvais tours aux hommes. Les humains avaient leurs nations, ces petites gens aussi : farfadets, lutins, trolls, gremlins, gnomes, minimoys, etc.

Harris avait corrigé le processus, devenu neutre et réversible, il voulait m'inviter à découvrir ce monde inconnu avant qu'il ne disparaisse...

PRIX

Image de 2014

Thème

Image de Les savants fous
1

Vous aimerez aussi !

Du même auteur