Dare-dare

il y a
3 min
59
lectures
35
Qualifié
Image de 2018
Image de Très très courts

Tôt levée ce lundi matin, Martine n’avait qu’une hâte : retrouver au plus vite son bureau pour le ranger et pour imprimer le document ultra sensible qu’elle devait présenter le matin même aux nouveaux clients chinois qui se déplaçaient à Orléans. Elle se maudissait d’avoir laissé ses affaires n’importe comment, cela lui arrivait parfois mais vendredi dernier, elle était si pressée de partir en week-end qu’elle avait tout lâché à 16 heures. Ce n’était que le lendemain qu’elle avait réalisé l’importance de la réunion de lundi, ça lui avait d’ailleurs gâché son week-end. A 58 ans, elle venait d’être promue secrétaire adjointe du sous-directeur de la boîte, mais sans l’appui de Monsieur Gilbert, fils du fondateur, jamais elle n’aurait pu l’avoir ni même rester dans son poste précédent. Elle ignorait qu’ils étaient demi-frère et sœur, car sa maman, secrétaire de Monsieur Ernest, et accessoirement maîtresse de ce dernier, avait tout fait pour qu’elle ne reste pas sur le carreau.
Martine n’était pas experte dans tout ce qui était paperasserie, loin de là, mais elle était un mécano hors pair. Or il s’avérait que Monsieur Gilbert avait accumulé au fil des années et des bénéfices de la boîte (« JOUETS PLATINGER, EN TOUTE SECURITE ») une collection de vieilles voitures dans un état plus ou moins correct. Son garagiste lui avait trouvé un carrossier pas loin de chez lui. Ce dernier faisait appel à des mécanos et Martine venait travailler de temps en temps chez lui. Monsieur Gilbert l’ayant appris, il lui avait demandé de superviser sa collection et de le conseiller lors de ventes aux enchères. Non seulement ils ne se ressemblaient pas, mais ils avaient deux tempéraments carrément opposés. L’un était austère et rude en affaires, l’autre extravagante et brouillonne. L’un en était à son troisième mariage, l’autre était restée célibataire à la suite d’un amour déçu. De plus, Monsieur Gilbert était au courant des frasques de son père qui lui avait avoué sur son lit de mort que Martine faisait plus ou moins partie de la famille. Sur le testament elle apparaissait comme une employée modèle et indispensable à la bonne marche de la boîte......Cela s’était soldé par un emploi à vie et un appartement dit de fonction pour Martine. Personne ne s’en était offusqué, Monsieur Gilbert étant seul héritier.
La réunion devant avoir lieu à 10 heures et comme il était 7h30 elle aurait tout le temps de chercher le document, et de le photocopier en 8 exemplaires et de souffler un peu. C’était ce qu’elle se disait en garant sa voiture sur le parking. C’était sans compter sur les aléas du quotidien. L’ascenseur était en panne, la machine à café aussi, Bertrand, le directeur adjoint était tombé d’un cerisier la veille et devait être opéré ce jour même. Et pour couronner le tout, elle ne retrouvait pas le document en question sans lequel la réunion ne pouvait pas se tenir.
Où l’avait-elle laissé ? Peut-être dans le bureau de Monsieur Gilbert, car tous deux avaient évoqué cette rencontre avec les clients chinois. Sans eux, ils devraient peut-être mettre la clef sous la porte......Elle entra dans le bureau de ce dernier et à sa grande stupéfaction trouva un dossier contenant les 8 exemplaires déjà photocopiés ainsi que l’original. Soulagée mais aussi perplexe, elle sortit avec les papiers pour les disposer sur la table dans la salle de réunion. Solange, la secrétaire de Monsieur Gilbert était déjà à la tâche. Elle venait de téléphoner à l’ascensoriste qui lui avait promis de le réparer avant 10 heures. Quant à la machine à café, elle en avait commandé une chez le droguiste du coin qui était en train de l’installer. Martine se demandait pourquoi elle n’y avait pas pensé plus tôt mais bientôt elle fut emportée dans un maelstrom Solangien d’où elle ne put s’extraire qu’à 10 heures moins cinq lorsque la délégation chinoise arriva. La réunion et le repas se déroulèrent parfaitement bien, grâce à Solange. Elle s’était habituée à l’immobilisme et au manque d’organisation de Martine. On lui avait dit que c’était ainsi et qu’il fallait s’y faire.
La délégation chinoise prit congé vers 16 heures. Mais la voiture de location refusa de démarrer. Catastrophe ! Ils étaient attendus à l’aéroport Charles De Gaulle pour repartir le soir même vers Pékin. Personne n’eut le temps de se retourner, Martine avait fait ouvrir le capot et s’affairait au dessus du moteur. Il ne lui fallut qu’un quart d’heure pour réparer ce qui devait l’être au grand soulagement des chinois, médusés. Ils repartirent dare-dare vers l’aéroport, et l’entreprise PLATINGER enregistra des commandes mirifiques pour l’année qui suivit. Martine prit sa retraite 2 ans plus tard au grand soulagement de Solange. Ah, si vous voulez rencontrer Martine, demandez à Monsieur Gilbert car elle travaille à présent à plein temps sur sa collection. Les jouets mènent à tout !

35

Un petit mot pour l'auteur ? 12 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
C'est souvent derrière une faille que l'on trouve des trésors ...
Image de Amc68
Amc68 · il y a
C'est vrai! Merci!
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Étonnante histoire avec une moralité à la clé : derrière nos défauts , il y a des qualités qui ne demandent qu'à démarrer !
je concours aussi avec mon texte : "de roues en roues"

Image de Amc68
Amc68 · il y a
Merci de votre commentaire. Je vais lire votre texte!
Image de Polotol
Polotol · il y a
Image de Amc68
Amc68 · il y a
Merci!
Image de Joséphine Deleu
Joséphine Deleu · il y a
Je ne suis douée ni pour l'un ni pour l'autre... Je n'ai jamais eu de patron. Mais j'ai tout de même accroché ! 1 minute à accorder à ma participation ?
Image de Amc68
Amc68 · il y a
Merci et bien sûr je vais vous lire!
Image de Guillaume Coquery
Guillaume Coquery · il y a
je suis moi ausdi plus doué en mécanique qu en organisation...
je vote.
je vous invite a decouvrir ma version avec Ponctualité

Image de Amc68
Amc68 · il y a
Merci!
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
A chacun ses qualités, la plus grande étant de connaître ses limites et d'en tirer parti ! ;-)
Image de Amc68
Amc68 · il y a
C'est vrai! Merci !