Dans la baignoire flotte un champ de myosotis

il y a
2 min
1947
lectures
973
Finaliste
Sélection Public

Dans le doux d'un murmure  [+]

Image de Été 2018
Elle a dit :

« Puisque tu es loin et parce que tu as envie de savoir, rêve-moi.
Imagine-moi.
Écoute-moi.
Touche-moi.
Prends mon visage dans tes mains et ma voix dans ta bouche.
Troque-les contre tes silences.
Scotche-les sur moi, tes silences et prends. Prends tout.
C’est pour toi.
Approche tes mains et promène-les sur ma peau. Ma peau est arrondie et douce.
Tu la sens, là, la douceur ? Dis-moi, est ce que tu la sens, la douceur ?
Installe-toi dans l’instant et pas seulement dans l’instant.
Installe-moi dans le confort moelleux de tes bras qui m’empaquètent déjà.
Confisque-moi.
Rapte-moi.
Joue. Flâne. Lambine. Paresse et viens.
Viens.
Sur mes tempes, le tracé bleuté d’une toute petite veine est bilatéral. On dirait un ruisseau, fin et limpide, là, à droite et à gauche, entre mes joues et mon front.
Mon front se plisse, indocile, imbécile, au rythme des peurs et du temps qui passe. Tu le sens, là, le temps qui passe ? Dis-moi et les peurs, est ce que tu les sens, les peurs ?
Tes doigts, dans mes cheveux, ébouriffent la friche, presque maîtrisée mais libre, qui fait ce qu’elle peut pour ne pas ressembler à un petit pelage animal de la couleur d’un champ de pâquerettes et de coquelicots orphelins de pétales et de vert.
Plus bas, mes sourcils sont doux. Tu as raison de les imaginer clairs. Ils sont clairs et mes yeux sont des réverbères.
Les iris, ceux des réverbères, sont des bébés baignoires.
On dirait des flaques. Les flaques sont bleues et maquillées de roselières en cils de la couleur du ciel la nuit et mes larmes, bien à l’abri dans leurs petits sachets lyophilisés et un peu lourds, sont des salines.
Mon nez renifle ton odeur et c’est bon. Si bon.
Deux petits chemins – arqués comme de drôles de rigoles – sont à peine creusés. Symétriques, ils mènent vers ma bouche qui est, comme tu le dis si bien, un trait. Juste un trait, tout fin, qui sourit tout le temps et qui chuchote tes mots préférés.
Mon menton est une sorte de socle, solide et rond, qui veille sur mon cou et là, une cicatrice lisse est rose. Elle penche. Elle trace une frayeur ancienne et presque effacée. Presque.
Plus bas, deux secrets, ronds, lourds et blancs, sont engouffrés dans ta bouche emplie et tes mains sont molles, incarcérées dans une dentelle superflue.
Mon ventre est ému et derrière, mon dos bascule.
Sans résille, les bas de soie ne quadrillent rien. Ils sont noirs et lisses. Ils glissent.
Maintenant, tu es là et tu sais plus que mon visage et ton impatience, qui tremble un peu, trempe dans un bain de fleurs parfumées. »

Il a dit « merci ».
Il a tout pris.
Il a tout donné.
Elle a dit « merci ».
Il a pleuré.
Elle aussi.
Cette nuit, les réverbères sont allumés et les myosotis nagent dans un jus semi-liquide, tiède et sucré et les baignoires sont en opaline.

973
973

Un petit mot pour l'auteur ? 375 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de CAPTAIN-RICOCHET
CAPTAIN-RICOCHET · il y a
Un nectar...

"Merci" n'est qu'une infime partie de ce que je souhaite vous exprimer.

Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
... ( ça veut dire le silence de vous lire et aussi : Merci )
Image de RAC
RAC · il y a
Désiré, donné, retenu, abandonné....Un joli programme tout bleu... A bientôt chez vous ou chez moi...
Image de Lucille B
Lucille B · il y a
Poétique et envoûtant! Belle découverte pour moi qui déserte le site ...
Image de Chateaubriante
Chateaubriante · il y a
"Déshabillez-moi
Oui, mais pas tout de suite
Pas trop vite
Sachez me convoiter
Me désirer
Me captiver
...
Déshabillez-moi
Déshabillez-moi
Et vous...
Déshabillez-vous !"
merci Sylvie de ce lent érotique effeuillage

Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
Merci à vous de suivre mes méandres doux et lents
Image de Dulac
Dulac · il y a
A relire, passionnément.
Image de Lilytop Harent
Lilytop Harent · il y a
J'aimerais me mouiller dans votre baignoire même si je n'ose vous le dire !...
J'adore votre spleen.

Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
Dire n'est pas si grave, je crois. Se taire, c'est une larme qui tombe dans l'opaline. Oser, c'est un courage.
Merci d'être là dans la pénombre de mes réverbères.

Image de Tubal Amiot
Tubal Amiot · il y a
Forget me not. Très beau aussi. Je sens un fond de mélancolie… peut-être plus. Mais non! Je dois me tromper.
Image de A Terreville
A Terreville · il y a
Vos mots font danser tous nos sens !
Image de Blin
Blin · il y a
C'est juste superbe et tellement doux, mon Dieu, tellement doux. Et puis, ce soupçon d'écriture surréaliste qui nous ramène, avec bonheur, au temps béni des Paul Eluard, Ernst, Crevel, Daumal, Breton, Dali et, bien sûr, le maître : Aragon. "Mes yeux sont des réverbères" est une phrase sublime. Bien à vous.
Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
Merci Pierrick. La douceur est cette part de la vie qui autorise tout et surtout le rêve, ce minuscule chuchotement si faible qu'on pourrait ne pas le percevoir les soirs de grands tourments
. Le murmure se perd parfois par delà les océans et les cordelettes andines mais nous savons bien qu'il existe et le bleu est une rescousse. Un regard. Le mien

Image de Trez
Trez · il y a
On se laisse bercer par les mots et on reste sous le charme.
Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
Chuut… le charme, vous voulez dire l'arbre ?
Image de Trez
Trez · il y a
Peut-être... En ces jours d’automne, il fait bon rêver sous les charmes.
Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
nous sommes en été… enfin, je crois
Image de Trez
Trez · il y a
C'est vrai, c'est encore l'été, mais bientôt la Toussaint... :-)
Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
Donc, disons que nous sommes début novembre, vous êtes sous le charme tout rouillé de ses feuilles qui refusent de tomber. Moi j'aime l'automne et l'hiver aussi. Pour le gris, le grésil et le vent et la pluie et la brume. Alors sous le charme, oui, c'est joli

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La femme de ma vie

Chantal Sourire

J’en étais sûr, c’était elle, la femme de ma vie.
Dans ce bistro de la banlieue nord, j’attendais l’heure de mon prochain rendez-vous en buvant un café. Le patron me jetait un œil... [+]