1
min

Dalva

Image de Lupa

Lupa

16 lectures

1

Enfant, je les mordais. Lorsque, l’heure venue, ma mère me proposait d’aller choisir un livre, je rejoignais ma chambre et, mes mains papillonnant devant moi, je me plantais devant le savoureux désordre, reniflant tel un petit animal, avant d’en saisir un que j’effleurais du bout des doigts, reconnaissant ainsi – indices minuscules qui m’en donnaient le titre – le volume et la forme. Ici, une éraflure. Là, une blessure plus sérieuse, une page écornée, la trace enfin de mes morsures. Lorsqu’elle me rejoignait, ma mère me trouvait couchée, un livre entre les dents, comme si déjà j’eus deviné la sauvagerie des mots et leur promesse de bouleversement. Puis, elle s’asseyait très près, devenant alors ma grotte et, se penchant vers moi, me contait cette histoire tandis que, d’une main, je dessinais le contour de son regard, descendant en caresse sur la courbe de sa voix, et que, de l’autre, je pianotais sur la page, comme pour en suivre les signes, en deviner la partition secrète... à l’aveugle.

(En hommage à Jim Harrison)
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de André Page
André Page · il y a
Une lecture sauvage qui siérait bien à Jim Harrison dont j'ai moi aussi dévoré les livres :)
·
Image de Lupa
Lupa · il y a
Merci pour ces mots !
·