Cybelle la coccinelle

il y a
3 min
5 583
lectures
28
Qualifié
Image de Automne 2020
Cybelle est une jolie coccinelle avec une petite fantaisie. À la place d'une de ses tâches se dessine un cœur.

Aujourd'hui, elle est invitée au mariage de sa cousine Clémentine. Elle a rendez-vous chez son amie Sophie la sauterelle, qui est esthéticienne, pour se faire une beauté.

La voilà toute joyeuse qui prend la route des champs, sur laquelle elle trouvera sans doute ses amis les insectes et pourra faire une pause sur quelques fleurs.

La première rencontre qu'elle fait est Aglaé l'araignée occupée à tisser une belle toile brillante.
— Te voilà bien occupée mon amie.
— Oui, l'orage arrive ce soir et les mouches sont très excitées dans ces moments-là, donc je me prépare à capturer un excellent repas. 
— Bon courage et bon appétit.

Ensuite, elle se trouve nez à nez avec Adèle, l'abeille.
— Bonjour, bonjour Cybelle ! Où vas-tu ma mignonne ?
— Chez Sophie l'esthéticienne. 
— La chance ! Petite coquette. Moi j'ai du travail par dessus la tête. Toutes ces demoiselles ont fleuri en même temps, je ne dois pas perdre de temps. 

Fatiguée, Cybelle s'arrête un instant au cœur d'un beau coquelicot.
— Que tu es confortable et nous sommes bien assortis, avec nos couleurs !
Mais voilà que Pacco le papillon vient lui glisser à l'oreille :
— Tu devrais te presser petite coccinelle, l'orage gronde. 
— Merci Pacco, je me dépêche.

Cybelle reprend sa route quand tout à coup, elle est bousculée par deux gros doryphores qui la font tourbillonner dans les airs. Elle est miraculeusement récupérée par Lili la libellule.
— Merci, mais que j'ai eu peur, heureusement que tu étais là.
La blanche marguerite verse délicatement une goutte de rosée sur les ailes de Cybelle pour la rafraîchir.
— Veux-tu que je t'emmène quelque part ? demande Lili la libellule à Cybelle.
— Oui je voudrais aller chez Sophie...
— Ah oui, je la connais. Monte sur mon dos, nous y serons dans cinq minutes.

Arrivée à bon port Cybelle remercie Lili et conte sa mésaventure à Sophie.
— Mais il faut les arrêter ces vilains !
— Oh non ce n'est pas grave. Juste une petite bousculade.
Sophie examine de plus près son amie et pousse un cri.
— Que se passe-t-il ?
— Il manque ton cœur.
— Oh non... mais pourquoi m'aurait-on volé mon cœur ?
— Je vais appeler mon ami le commissaire Barthon, le bourdon.

— Alors petite demoiselle, vous dites que deux doryphores vous ont bousculée et volé un cœur ? Étrange affaire ! Pourquoi voler un cœur ? Un doryphore, ça n'est pas très romantique n'est-ce pas ? 
— Je ne sais pas Monsieur le commissaire. 
— Ne vous inquiétez pas, je vais faire le nécessaire pour retrouver ces voleurs !
— Faites vite, je dois aller à la noce.
— Pas de problème, avec Barthon le bourdon tous les gredins vont au violon.

Barthon lisse son bel habit de velours et le voilà prêt pour son enquête.

— Bonjour Monsieur le ver de terre, avez-vous vu passer deux énergumènes avec un cœur ?
— Ne m'en parlez pas ! Je sortais de terre pour prendre un peu l'air et voilà que deux fous me rasent le crâne. Ils sont partis par là. 
— Merci beaucoup. Ah ! voilà Filiz la fourmi.
— Hello Commissaire, vous courez après qui today ?
— Après deux doryphores...
— Avec un cœur ?
— C'est cela et...
— Oh yes ! Je les ai vus flying tellement vite que j'ai failli tomber with my meal. Ils sont partis par ici.

Barthon prend la direction indiquée et arrive devant l'entrée d'un champ de pommes de terre.
Il aperçoit les deux complices qui discutent. Il s'approche et tend l'oreille.
— Je crois que ça va lui plaire. 
— Oui, mais ce qui va moins lui plaire, c'est que tu l'as volé et que j'ai été assez bête pour t'aider.
— Si tu ne lui dis pas, elle n'en saura rien.
— Pas sûr, elle est maligne ta Dorine.
— Attention, va-t’en la voilà.
— Bonjour, ma douce, comment vas-tu ?
— Bien, mais toi tu m'as l'air bien essoufflé.
— Nous avons fait la course avec Dino.
— Que tiens-tu dans ta patte ?
— Et bien c'est un cadeau pour toi, mais je n'ai pas eu le temps de faire un paquet. 
— Pas grave, j'ai hâte de le voir. Oh ! Le joli cœur. 
Dorine essaie de le coller sur sa carapace.
— Mais pourquoi je n'y arrive pas ?
— Attends, je vais t'aider. Zut, je n'y arrive pas non plus. 
— On dirait qu'il a déjà servi. D'où sort-il ? 
— Euh...
— Allez dis-moi la vérité.
Doni lui raconte son expédition avec son jumeau Dino.
Après avoir entendu ces aveux, Barthon sort de sa cachette et dit :
— J'en sais assez comme ça, je vous embarque.
— Oh non pas ça ! Je suis prêt à faire des excuses à Mademoiselle Cybelle. 
— Et moi à t'accompagner, dit Dino qui était revenu. 
— Bon, bon, mais dépêchons nous, la petite coccinelle attend qu'on lui rende son cœur.
— Je viens avec vous dit Dorine. Je veux voir ces deux idiots à genoux devant leur victime.

Et les voilà partis tous les quatre voir Sophie.

Arrivés chez l'esthéticienne, ils sont accueillis par Cybelle soulagée d'avoir retrouvé son cœur.
— Merci beaucoup Monsieur le Commissaire.
— Allez, les deux voleurs, faites vos excuses. 
— Pardon, Mademoiselle Cybelle, de vous avoir fait de la peine, je le trouvais si joli ce cœur que j'avais envie de le voir porter par ma Dorine.
— Je vous pardonne et je comprends que vous ayez envie de faire plaisir à votre fiancée.
Sophie l'esthéticienne qui regardait la scène s'avance et dit :
— Venez avec moi Dorine, j'ai plein de belles étoiles qui vous iront très bien et je suis sûre que Monsieur Doni sera ravi de vous les offrir. 
— Il a intérêt ! 
— Tout ce que tu veux ma princesse. 

Soudain Cybelle s'écrie :
— Houlala, je vais être en retard.

Dino, en galant doryphore se propose de l'emmener et tous les deux s'envolent à travers la campagne jusqu'à la clairière où le mariage doit avoir lieu.

Dino dépose délicatement Cybelle et lui dit au revoir.
— Et pourquoi ne resteriez-vous pas ? Je n'ai pas de cavalier.

Dino tout ému accepte et danse toute la nuit avec la charmante coccinelle.

Un futur mariage dans l'air ?
28

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !