2
min

Croquez la vie !

Image de John Lecid

John Lecid

460 lectures

49

Qualifié

Elle avait passé son enfance sur le littoral Atlantique.
Ses parents et ses grands-parents partageaient depuis des lunes, le milieu de la mer.
Elle grandit avec ses frères et ses sœurs à travers une vie, rythmée par les marées et les courants.
Une vie où la routine était synonyme d'existence.
Le malheur arriva un après-midi.
Le ronronnement d'un bateau à moteur qu'elle connaissait bien, s'était immobilisé près de chez eux.
Des hommes happèrent des familles entières, déracinant de leurs territoires ses cousins, ses cousines, sa famille, ses amis. Sans bruit, que le déchirement des corps.
Tels des objets inertes ils se retrouvèrent dans des prisons où le goût de l'eau était différent. Le voyage avait duré une éternité pour ces nouveaux nomades.
Les hommes les cantonnèrent dans une colonie où les marées étaient à nouveaux présentes mais la force des courants, bien plus forte.
Tout était différent, elle s'enferma dans sa coquille.
Le malheur revint à nouveau 2 ans plus tard.
Elle fut à nouveau arrachée de son habitat et bringuebalée durant un long moment. Quelques jours plus tard, elle fut secouée une dernière fois lorsqu’un objet contondant entra dans son corps. Elle ressenti une lumière chaude intense et se demanda si c'était ça, la mort.

Le couple venait de s'installer, le serveur fit un tour de la table, s'effaça et revint avec deux menus. Il choisit un plateau de fruits de mer, elle opta pour une daurade.
Une grande assiette ovale en porcelaine blanche trouva une place au milieu de la table. Elle était garnie de crevettes, tourteaux, langoustines, bigorneaux, bulots, palourdes, coques et une douzaine d'huîtres.
En observant les huîtres, une phrase de son père lui revint en tête : pour l'huître, tu dois la croquer, sinon elle peut libérer des toxines et se révéler indigeste.
Elle entamait sa daurade lorsqu'il lui proposa de partager ses fruits de mer.
– Tu aimes les huîtres ?
– Je n'en ai jamais mangé et je dois avouer que l'aspect me repousse un peu.
Malgré cela, il avait su trouver les mots et elle, avait su réprouver son aversion.
– Bon, une huître est vivante, alors tu dois la croquer avant de l'ingurgiter et l'avaler d'un coup, d'accord ?
Elle s'était exécutée. Le lendemain matin, il la trouva sans vie.

Elle, qui avait grandi dans la mer sur le littoral Atlantique, s'était retrouvée dans une masse liquide chaude. Elle s’était mue le long d’un canal, d'où provenait de l'air frais, mais s'était coincée dans la paroi.
Il ne sut jamais que sa fiancée n'avait pas croqué l'huître comme il lui avait conseillé et que celle-ci était remontée encore vivante jusqu'à l'oesophage, étouffant l'infortunée.
Combien d'autres personnes ont-elles connues une fin similaire ?
Pour éviter cela,
Croquez la vie !

PRIX

Image de Printemps 2013
49

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Dommage que je n'aie pas lu ce joli conte plus tôt. Un conte fantastique où j'ai failli me laisser prendre (à moins que cela ne soit vrai, qui sait ?) Bien joué!
·
Image de Un lecteur de Short Edition
Un lecteur de Short Edition · il y a
Bonne nouvelle encore bravo Valérie et Ben.
·