2
min

Crevé

Image de Clément Paquis

Clément Paquis

181 lectures

41 voix

Je me lève à cinq heures, comme tous les jours. Et comme à chaque fois, à peine les yeux ouverts, je sais que je vais passer une horrible journée.
C'est terrible de se dire qu'on ne retrouvera pas son lit avant la tombée de la nuit. Qu'on devra traîner sa carcasse léthargique jusqu'au soir et qu'il nous faudra lutter contre le sommeil, essayer tant bien que mal de garder les yeux ouverts. Même si je sais qu'une fois au lit, je ne dormirai pas.

Je la revois parfois dans ce que je crois être des rêves, même si je sais que ça n'en est pas puisque je ne dors jamais. Je revois son visage terrifié, et je me souviens qu'à l'époque, je m'étais demandé si c'était mon couteau qui lui faisait peur, ou bien juste mon visage plein du sang de son mari. On se pose de ces questions, au moment de tuer.

Dehors, il fait gris. Pas le moindre rayon de soleil en vue. L'air est inondé d'une épaisse couche de brume. On n'y voit pas à dix mètres. Ça ressemble à un jour du mois de novembre, l'une de ces journées où je partais travailler à l'usine Renault quand j'avais vingt ans. Je détestais ce boulot, mais c'était le seul que j'avais pu obtenir. J'exécrais devoir me lever chaque matin, boire cet infâme café soluble, regarder le premier journal de la matinée sur ma télé trente-six centimètres qui ne captait que deux chaînes, et puis partir et faire semblant d'être heureux d'avoir un emploi, toute la journée et jusqu'au soir.

Est-ce que j'ai pris les clefs de chez moi ? Je n'en suis pas sûr. La fatigue a ce pouvoir de vous plonger dans un état de somnolence où les rêves et la réalité semblent s'entrecroiser à l'infini. Je marche en espérant ne pas être sorti du chemin qui mène au travail. Avec ce brouillard, je serais fichu de me perdre.

Aujourd'hui, j'ai du mal à comprendre pourquoi j'étais à ce point attiré par le sang. Je me rappelle pourtant absolument de tout et dans les moindres détails. Comment je l'ai suivie jusque chez elle, et puis la manière dont je me suis faufilé dans l'entrée de son immeuble pour finalement la surprendre sur son palier et la forcer à entrer chez elle en ma compagnie. La mienne, et celle de mon couteau.

Ça doit bien faire une heure que je marche. C'est pas normal. Je vais me faire engueuler par mon patron. Hier déjà je suis arrivé en retard, je ne me souviens plus pourquoi. D'ailleurs, je ne me souviens plus de grand chose. Aucun souvenir de ma dernière journée de travail, ni même des précédentes. Comme c'est étrange, alors que j'ai toujours en mémoire les moindres détails concernant la manière dont j'ai tué cette femme.

Je l'avais tué lui parce qu'il tentait d'appeler les flics, je l'avais tuée elle pour le plaisir. Pour le frisson. J'avais lardé son corps d'une trentaine de coups de couteau, et m'étais délecté de la moindre seconde de son agonie, jusqu'à son dernier souffle.

La nuit est tombée et j'ai marché tout le jour. Je suis écrasé de fatigue, mais j'aperçois au loin une lueur familière. Celle des fenêtres de mon appartement. Aurais-je passé la journée à tourner en rond autour de mon point de départ ? Il semblerait. J'ignore comment j'ai trouvé la force de marcher toute une journée. Ce matin, faire cent pas me semblait insurmontable. Je regarde ma montre, il est deux heures du matin. Je n'ai plus que quelques heures devant moi avant de devoir me lever pour partir au travail. Et je sais que je ne dormirai pas.

Étendu sur mon lit, mes yeux fixent le plafond et je revois ce flic me mettre en joue avec son flingue. Et moi, entouré des corps sans vie de cette femme et de son mari, lui sourire, lever mon bras en vue de lui planter ma lame en pleine poitrine... et plus plus rien. Tout devient blanc.

Ce matin, Je me lève à cinq heures, comme tous les jours. Et comme à chaque fois, à peine les yeux ouverts, je sais que je vais passer une horrible journée.

41 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
une variante infernale du supplice de Tantale (deux en fait pour ses deux forfaitures!) comme les deux cadavérisés de votre nouvelle! ma voix, dommage qu'elle ne soit pas en compét comme plusieurs de vois bd, elles aussi d'humour noir mais moins saignantes. si vous voulez aller voir, j'ai deux nouvelles en compét en ttcourts et d'autres,
·
Image de Olivia Venner
Olivia Venner · il y a
Une version modernisée du supplice... super concept !!
·
Image de AB
AB · il y a
Une histoire glaçante.
·
Image de Chironimo
Chironimo · il y a
C'est sympa de lire les textes des copains, mais la réciproque est vraie aussi... la preuve: https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ca-senfonce-dans-le-mou :-))
·
Image de Michel Allowin
Michel Allowin · il y a
Cauchemar cyclique
·
Image de Florane
Florane · il y a
Vous pouvez la poster pour le concours du noir
·
Image de Clément Paquis
Clément Paquis · il y a
J'aime mieux pas, si elle est pas aussi compréhensible que je le pensais c'est que je l'ai un peu ratée.
·
Image de PierreYves
PierreYves · il y a
Pour moi c'est une histoire de fantôme, pour d'autres peut-être autre chose (un fou ? un rêve ?) mais qu'importe, il est bon ce texte, avec justement la part de mystère qui permet qu'on se l'approprie. Et il aurait largement mérité sa sélection concours, où l'on trouve bien pire !
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Ton texte est "ouvert" sur un tas de "possibles" et il est donc intéressant... Florane a raison : tente ta chance ! De toute façon, qu'est-ce que tu risques ?
·
Image de Chironimo
Chironimo · il y a
le titre est assez explicite: il est vraiment crevé! Tiens ma Jojo, dans le même genre : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ca-senfonce-dans-le-mou
;-**

·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
J'en reviens !!! :)
Je vais régulièrement sur ta page mais il suffit que je fasse l'impasse qques jours pour que tu en profites pour t'exprimer ! T'es pas cool, mec ! ;-)

·
Image de Chironimo
Chironimo · il y a
Mais si, je suis cool, mais j'avais trop envie d'avoir de tes nouvelles... ;-**
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Oh… Mon Chiroooo ! Comme c'est mignon ! :-)
Smack !

·
Image de Florane
Florane · il y a
J'ai compris que depuis qu'il s'est fait tuer par le policier, il revit ce drame en boucle... J'ai bon ?
·
Image de Clément Paquis
Clément Paquis · il y a
(il est en enfer)
·
Image de Florane
Florane · il y a
En fait c'est plus compliqué....c'est du genre : inception!
Il dort et il rêve qu'il se lève crevé et qu'il erre avec ce souvenir diffus de meurtre, il rêve qu'il erre toute la journée plus une partie de la nuit et se réveille le matin crevé de sa nuit (à moins qu'il ne rêve encore qu'il se réveille crevé après avoir rêvé etc etc
là j'ai bon ?

·
Image de Clément Paquis
Clément Paquis · il y a
Je trouvais que passer l'éternité à être claqué du matin au soir était un châtiment à la hauteur de ce que l'on peut attendre de l'enfer en matière de châtiment.
·
Image de Lolanou
Lolanou · il y a
Noir c'est noir !
·
Image de Brennou
Brennou · il y a
Belle écriture pour un sujet un peu décourageant !
·
Image de Didier Poussin
Didier Poussin · il y a
Histoire d ' un monstre
·
Image de Louisa
Louisa · il y a
Comment oublier cette scène horrible ! La revivre chaque jour est la pire des punitions.
·