3
min

Crainte quotidienne

Image de Erika Cllx

Erika Cllx

3 lectures

0

Tu l'as connais cette angoisse d'aller en cours?

Non suis-je bête quelle question. Tu n'as aucun problème là-bas ça se voit. Petit polo Lacoste, jean Lévi's, et avec la petite mèche qui va bien. Tu parles a tous le monde dans la cour, "tes amis" hein, n'est-ce pas? T'en as beaucoup, tu connais tous le lycée, même les surveillants. Toujours le petit mot bien placé et ce sourire hypocrite comme tatoué sur ton visage. Le délégué de la classe en somme. De ma classe.

Mais que fais-tu à lire ceci? N'en dit pas plus, tu t'es perdu sur la page d'une pauvre fille qui se lamente et tu comptes en partir vite.

Mais tu te questionnes, qui écrit ces mots? Ce style d'écriture tu ne le connais pas hein. Tu vois la fille que tous le monde trouve bizarre. Mais si, celle qui reste seule, qui t'agresse dès que tu l'appelles. Oui, voilà, la tarée comme l'appelle le lycée tout entier, he ben c'est bien elle qui écrit tout ça derrière son écran et qui va bientôt le poster sur le net.

Pars pas, ça peut devenir intéressant, tu pourrais comprendre pas mal de chose, et puis t'aurais enfin une réponse à ta question "Pourquoi t'es absente?". Dans la vie de tous les jours la réponse est "Mais qu'est-ce que ça peut te foutre..." mais si tu cherches et que tu creuses un peu plus tu pourrais tomber sur quelque chose.

Mais a quoi bon, ce que je vais expliquer tu ne le connais pas. Tu ne peux même pas le comprendre. Ce sentiment, cette sensation qui me ruine la santé.

"Juste pour un lycée" allez arrête de mentir je sais que tu penses ça, tout le monde pense ça.

C'est pas nouveau, je suis la seule intrus, l'alien qui gêne, surtout en sport n'est-ce pas? Le boulet de service. Je sais que tu l'as maudit le prof de sport d'avoir mit un parasite comme ça, comme moi, dans ton équipe. La victoire allait t'échapper à coup sûr à présent.
Crois-moi que si ce jour-là le prof tu l'as détesté parce que c'est toi qui cette semaine à récupérer le "déchet" moi c'est toutes les semaines que je le maudit.
Je sais que tu penses aussi que je n'ai pas d'amies et c'est pas faux, pour ça que je me retrouve à chaque fois seule. Ou bien même si j'ai des amies, en sport elles ne veulent pas de moi dans leur équipe. Ce dernier exemple n'est pas vraiment un exemple, puisque c'est bien arriver, en 5ème, mais bon tu t'en fout.

Passons à l'étape suivante... Mais par quoi continuer, y a tellement de chose à dire. Et puis c'est dur de savoir par où commencer. Mais bon je me donne du mal pour rien encore une fois, cela ne te touche pas.

Allons dans le simple, le direct. C'est facile de traiter quelqu'un d'aveugle quand il porte des lunettes, encore plus quand ses problèmes de vues sont si élevés qu'ils obligent cette personne à se mettre au premier rang dee la classe le plus centré par rapport au tableau. C'est pas pour m'amuser, c'est facile de me prendre pour l'associale de la classe qui snobe les gens en se mettant au premier rang. Parlez aux cons très peu pour moi, et puis il faudrait aussi comprendre que ce que j'ai sur le nez depuis petite n'est pas une décoration, utilisez votre cerveau, je suis peut être sur la défensive mais quand on me demande depuis que je suis née pourquoi j'ai des lunettes je sature, surtout quand je suis entourée de personnes qui ont bientôt vingt ans et qui sont censé être en âge de comprendre.

Tu veux en venir à mon caractère? Pas de soucis, bouge pas, ça arrive. La trahison ça te dit quelque chose? Non bien sur je m'en doutais, t'as trop d'amis pour te rendre compte si quelqu'un te laisse. Rien ne t'atteint. C'est pour ça que tu te permets de te moquer des autres à tout bout de champ.

Forcément dans cette position la phobie scolaire n'a pas lieu d'exister pour toi.

Et si on échangeait les rôles?
Non?
Pourquoi ça?
Ah ! J'y suis ! Tu as peur n'est-ce pas?

Tu ne veux pas être la victime, tu n'aimerais pas subir ce que tu infliges aux autres.

Tu te rend enfin compte?
Non, forcément ce n'est pas encore assez pour toi.

Alors imagine-toi.
Seul.
En rentrant des cours.
Te souvenir de ce que les autres te disent.
Ce que tu as subit.
Ressasser tout ça.

C'est douloureux n'est-ce pas d'être dans une position de faiblesse?
Attend ce n'est que le début.
J'ai pas fini.

Tu vois ces gens te tourner autour toute la journée.
Leur réflexion te brise alors que tu viens à peine de sortir de ta chrysalide. Tu n'es même pas encore formé.
Un coup de couteau par ici, une trahison par là, un mensonge pour finir le tout, et enfin cerise sur le gâteau quelques menaces alors que tu viens juste à l'école pour travailler et avoir un avenir. Enfin essayer.

Au final tu finis seul.
Tu ne peux pas en parler, on ne te croirait pas.
Tu pleures.. ?
Mais oui tu pleures.
T'as mal tu ne sais pas quoi faire.
Le lendemain on t'oblige à y retourner.
Tu aperçois à peine ton lycée que ton souffle se coupe.
Les larmes te montent aux yeux.
3 ans.
C'est le temps qu'il te reste à tenir là-bas, au minimum, sans qu'on te comprenne.
Tu as vite fait de trouver des ruses pour ne pas aller en cours.
Tu n'as plus envie de rien.
Tu ne ressens plus rien. À ce moment tu viens de flancher.

Arrête donc de te morfondre.
C'est déjà trop tard.
Oui.
Trop tard.
Les mots ont été dit.
Et tes actes accomplis.
Tu lui as briser son existence.
Et tu te remet en question seulement maintenant?
10 ans plus tard.

Et tu espère revenir?
Ahah petit blagueur.
Le retour du bâton fait mal on dirait.
On récolte ce que l'on sème.
Parce que tu vois, même encore blessée par son passé elle t'as oublié.
Et puis ne revient pas la voir.
C'est toi qui pourrait avoir mal cette fois.

Au moins tu l'as rendu forte, soit fier.
Quoi..?
Tu l'aimais?
Abrutis.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,