Corps et décor

il y a
2 min
81085
lectures
66
Qualifié
Image de Eté 2016
Il émergeait vers quatre heure de l’après-midi.
À peine éveillé, il roulait son premier joint, buvait sa première bière puis invariablement, il lui fallait mon cul. Il m’attirait, me pressait contre lui, me pétrissait guettant mon envie, une lueur de désir éveillé, une pointe de sein dressée. Ses regards obliques, effleuraient furtivement le miroir reflétant son triomphe, de face, de profil, dur et tendu.
Très fier de ce gros ver cramoisi qu’il exhibait comme un trophée, comme s'il était le seul mâle du quartier à en posséder un.
Désapée, collée, plaquée, ses doigts partout à m’explorer, me fouiller, m’évider, mêlant sa salive à mes humeurs intimes, avant de me pénétrer sans ménagement et de se répandre toujours trop vite. Insatiable, il voulait ressusciter aussitôt. Je devais le revigorer des mains, de la langue et des lèvres, il entrait dans ma bouche explorait ma gorge à en vomir au propre comme au figuré.
Depuis peu, je gardais la tête froide quand il me baisait. Je ne ressentais plus ces tremblements, cette fièvre, cet embrasement à en perdre le souffle.
Collée au plafond, désincarnée, je nous observais, je regardais son corps lourd et pesant s'activer sur moi, sa peau mate entre la paleur de mes cuisses. Je pouvais faire le tri, je savais exactement ce que j’aimais ou détestais dans ce corps à corps énervé, brutal, qui me livrait comme une poule déplumée à son bon vouloir.
Une lente et inéxorable dérive, un sentiment tout neuf, subreptice, s’était glissé entre nous, une distanciation, une neutralité jamais éprouvée, que s’est-il passé ! Pourquoi on se réveille un matin et tout est moche ?
Toutes ces impressions, toutes ces question refoulées qu'on a empêché d'affleurer, ces mots qu'on n'a pas osé traduire en son par peur de s'entendre les dire. Voilà que tout ce qu'on a donné sans contre-partie reflue, s'impose comme la limite largement atteinte d'un parcours. Cet homme n'a consenti à partager que son égoïsme. il ne sait rien de ma réalité, de la consistance de ma vie, de mon corps de ma chair, hors du périmètre de sa prédation, hors de cet espace où il tire de moi son plaisir sans plus se soucier du mien.
Me prendre par tous les bouts lui a suffi, me fourrer, me planter.
Oui, me planter comme un décor.
La mer s'est retirée, l'amour, la passion, le désir ont fui, disparus, emportés dans le ressac de ma tourmente.
Échouée sur le sable ne subsiste plus qu'une vague répugnance.
Il faut que je m'en aille sans même chercher à expliquer, que je m'arrache le plus vite possible, comme un sparadrap sur une couenne poilue, d'un seul coup vif et sec !!
C'est à mon tour de le planter ! De le planter là... pour toujours.

66
66

Un petit mot pour l'auteur ? 33 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Daniel Grygiel Swistak
Daniel Grygiel Swistak · il y a
Bien analysé, j'ai aimé, je vs invite sur mon site pour "J'AI OSE"
Image de Akénoby
Akénoby · il y a
Texte "dégoutant" comme il faut. On le ressent. Bravo. J'aurai aimé une chute plus à la "hauteur" du vécu.
Image de Graziella
Graziella · il y a
très beau texte bravo
Image de IBEX
IBEX · il y a
...ou la nature de l’homme !
Image de Guilhaine Chambon
Guilhaine Chambon · il y a
J'ai beaucoup aimé votre texte que je découvre à l'instant. Bravo . Peut être avez vous déjà découvert Au fait qui est en finale . Je vous invite à venir vous promener sur ma page si bien sûr vois en avez envie. Belle journée
Image de Arnaud Gérard
Arnaud Gérard · il y a
Un point de vue féminin très crédible...
Image de Charles.B
Charles.B · il y a
c'est quoi ça MGU une pub ? Une pub sur Shortédition ? Et un accès sur ma messagerie ? Ou c'est une blague, ou il y a GROS DANGER !!!!
Image de Subtropiko
Subtropiko · il y a
"La chair est triste" ! Mais comme on la comprend... Excellente, l'image "Collée au plafond, désincarnée, je nous observais"... Nous voici scotchés, nous aussi. Je clique.
Image de Chouchoune
Chouchoune · il y a
Bravo c'est juste un texte mais il me touche car je le vis aujourd'hui après 10ans de vie commune
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Juste un mot : chapeau!
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Bon soir, Charles B! Mon “Bal populaire” est en compétition pour le
Grand Prix Été 2016, mais il ne nous
reste que 11 jours pour voter. Je vous invite
à venir le lire et le soutenir si le cœur vous en dit!
Je vous remercie d’avance!
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/bal-populaire

Image de Brigitte Prados
Brigitte Prados · il y a
On est loin du début de leur relation supposée heureuse. Le désamour s'est installé avec toute la souffrance associée. Scène crue, brutale, bestiale, douloureuse, et déterminante pour Elle, avec sa sage décision finale : le planter là, pour toujours...
Très bien écrit, Charles. Les émotions sont au rendez-vous chez le lecteur.

Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
D 'amour vache au désamour. La vie se lit dans vos mots crus, abrupts, et concis. Bravo + 1 de Tilee auteur de "transparence" catégorie poésie.
Image de Chris Artenzik
Chris Artenzik · il y a
Beau récit, mon vote vous pouvez aussi me découvrir http://short-edition.com/auteur/chris-artenzik
Image de Alain Maréchal
Alain Maréchal · il y a
Brutal, le mot juste. Constat violent, d'une non-relation...mais avec issue de secours, enfin...
Un texte reçu comme un uppercut, qui vous laisse groggy...
Dur!

Image de Cajocle
Cajocle · il y a
Bon tableau des relations homme femme.
Image de Erdbeermund
Erdbeermund · il y a
Brutalité des mots, brutalité de la vie. En quelques lignes le texte saisi avec exactitude toutes les rancoeurs, toute l'amertume d'une existence futile. Je vote!
Image de Pascal Pascal
Pascal Pascal · il y a
Brutal et sans dentelle ; mon vote.
Si le cœur vous en dit je vous invite à découvrir ma page et éventuellement à soutenir les poèmes en coucours ou hors concours qui vous plaisent : http://short-edition.com/auteur/pascal-29

Image de PourquoiPasMaintenant
PourquoiPasMaintenant · il y a
Bravo... Pour les mots choisis que j'adore. Pour le ton brusque et réel. Pour cette réalité crue que l'on prend en pleine figure. Alors oui, je vote. Merci à vous pour ce texte sorti des sentiers battus, comme je les aime!
Poour moi c'est par ici : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/la-vraie-vie-des-filles

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Je vote ! Si vous avez trente secondes, passez lire mon poème (court!), "humeur noire" écrit dans un état d'esprit très proche de "corps et décor".
Ce poème est en lice jusqu'au 21 seulement. Merci !

Image de Korete
Korete · il y a
Texte cru et dépouillé qui laisse un goût amer. Je vote.
Image de GA COLDFISH
GA COLDFISH · il y a
du talent
( You make my day , comme on dit en anglais )

je vous invite par amour à venir lire et soutenir ( Monsieur Noir ) et merci
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/monsieur-noir

Image de Charles.B
Charles.B · il y a
Ceci n'est que virtuel, mais la réalité des rapports homme-femme passe aussi, et plus souvent qu'on ne le pense, par cette incompréhension, cet égoïsme et cette brutalité masculine.
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Saine résolution pour un triste bilan qui donne autant la gerbe à la narratrice qu'à ses lecteurs !
Image de Charles.B
Charles.B · il y a
Vomir est désagréable mais pas tout à fait inutile, pour y parvenir, certains s'enfoncent deux doigts tout au fond de la gorge..
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
J'espère que vous n'avez pas pris mon commentaire pour une critique négative de votre texte ! (j'ai d'ailleurs voté pour lui !) Il est très réussi :-) et c'est d'ailleurs la raison pour laquelle on a la gerbe !
Image de Charles.B
Charles.B · il y a
Pas du tout, et pour avoir lu " C'était pas pour du beurre " je sens que ce n'est pas en lectrice dégoutée que vous avez jugé mon texte, votre nouvelle dénote un état d'esprit mutin fantaisiste imaginatif et légèrement iconoclaste...
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Charles, je vous adore ! :-)
Image de Donald Ghautier
Donald Ghautier · il y a
Un vrai ton, sans concessions. +1
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une véritable peinture d'un amour brutal et animal! Mon vote!
Mes deux œuvres, ÉTÉ EN FLAMMES et BAL POPULAIRE, sont en lice
pour le Grand Prix Été 2016. Je vous invite à venir les soutenir si le cœur
vous en dit, merci! http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ete-en-flammes
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/bal-populaire

Image de Mone Dompnier
Mone Dompnier · il y a
Certaines qualifications de Short me laissent perplexe... Désolée, mais là, je flingue.
Image de Charles.B
Charles.B · il y a
Flinguer ? C'est violent !! Mais tout me paraît préférable à l'indifférence... Flinguer suppose un investissement avec prise de risque ! Merci pour cet engagement en creux !!
Image de Mone Dompnier
Mone Dompnier · il y a
Bon, j'avoue que les mots ont dépassé ma pensée. Rassurez-vous, je ne suis pas d'un tempérament violent. Bonne chance à vous.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Dans de beaux draps

Danydark

Et un jour qu’elles désiraient s’enlacer dans ses bras,
Qu’elles pensaient ne jamais se lasser dans ses draps,
Alors que les corps caressaient du bout des doigts,
Que les peaux et les... [+]


Très très courts

Le bâton du baryton

Benoit Gautier

Hey Joe, te souviens-tu du film de Woody Allen La Rose pourpre du Caire ?... Les personnages traversent la toile et le cinéma envahit la vie. Telle ta voix chaude de baryton qui imbibait le... [+]