2
min

Coronis et Kaipo

0 lecture

0

Aegla, surnommée Coronis en raison de sa beauté, est la mère d’Asclépios et la maîtresse d’Apollon. Cette fille de roi fut enceinte d’Apollon, un dieu nourri au nectar et à l’ambroisie, ce qui lui octroie la jeunesse éternelle. Coronis ne supportait plus l’idée de vieillir. Alors, elle prit un amant du nom d’Ischys. Les dons de divination d’Apollon lui permirent de découvrir cette aventure.

Il envoya sa sœur, Artémis, tuer Coronis et lui s’occupa d’Ischys. Apollon récupéra l’enfant à naître : Asclépios. Celui fut confié à Chiron, le Centaure réputé pour sa grande sagesse et ses nombreuses connaissances.

Dans Mythologie Reloaded, Zeus voulait se rapprocher des hommes et Asclépios représentait pour lui le comportement idéal dont les autres dieux devaient s’inspirer. Dans sa grande mansuétude, Zeus alla chercher Coronis dans le Tartare. Elle ne fut pas transformée en déesse immortelle, mais en une mortelle ayant un siècle devant elle.

Coronis n’est pas gérascophobe, elle n’a pas réellement peur de vieillir dans sa vie d’humaine, mais elle trouve insupportable que le regard d’Apollon puisse changer au cours du temps. Elle imagine même qu’il pourrait être dégoûté, un jour, par une peau tachetée, blanchie, ridée qui ne pourrait retenir des chairs tombantes. Même si certains gagnent à la sénescence, il est difficile à une femme extrêmement belle de se maintenir au plus haut niveau, même si elle gagne en classe.

Coronis travaille au Canada pour la protection de l’enfance. Elle guide les familles dans le processus d’adoption. Elle est chargée de dépeindre aux futurs parents les risques de l’adoption. Elle n’est pas là pour dissuader, mais pour révéler ce qu’un professionnel peut conseiller à des apprentis parents. Certains parents adoptent pour des raisons humanitaires, avec une perspective de réparation et qui ne met pas en avant la constitution de la famille. Ces bonnes raisons peuvent devenir de mauvaises raisons.

La plupart des candidats à l’adoption désirent un enfant en bonne santé. Si ce choix en amont paraît logique, il n’y a pas de délai de rétractation. Il en va de même pour les retards mentaux en raison d’une transmission héréditaire. Ici, le risque d’entendre un jour un jeune garçon dire à ses parents adoptifs : « t’es pas mon père, t’es pas ma mère » pourrait se transformer en : « jamais notre enfant, un vrai, n’aurait pu avoir ce genre de tare ». Un enfant adopté risque d’être chargé de trop d’espoir et ne saura réparer le passé douloureux des parents adoptifs. En général, Coronis finit l’entretien par ces mots : « le vrai risque, c’est l’enfant qui le court ».

Coronis pense avoir adopté Kaipo pour de bonnes raisons, sachant qu’elle n’aura que 10 ans de présence. Coronis n’a pu oublier qu’elle a été assassinée par Artémis et que son amant fut tué par Apollon. Coronis n’a pas de pouvoir, pourtant Hadès a des projets pour elle. Combattre Zeus à travers Apollon ne va pas être facilité par les dons de divination de celui-ci. Heureusement pour Hadès, les dons de divination doivent être pratiqués dans des lieux précis et sur des sujets déterminés dans le respect de rites rigoureusement respectés.

Coronis pense avoir choisi Kaipo, cet enfant en détresse qu’elle a connu lors d’un voyage en Thaïlande. Mais qui sont ses véritables parents ? Peut-être que Kaipo a été volontairement placé sur la route de Coronis. Le père génétique est-il vraiment celui qu’on croit...

à suivre sur http://www.pierretomyleboucher.fr

Thèmes

Image de Très très courts
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,