2
min

Convoler en justes noces

Image de Sylvie Loy

Sylvie Loy

305 lectures

63

Qualifié

Cela devait arriver un jour. C'est normal, c'est dans l'ordre des choses, il est encore jeune et patati et patata... Mais sincèrement, j'étais persuadée que je serais la première.
Il se remarie. Voilà. Tout simplement. Mon ex-mari refait sa vie avec une autre que moi. Et le pire, c'est qu'il n'a même pas eu le courage, la décence, la bienséance, la politesse, enfin tout ça quoi, de me l'annoncer en face. Ce sont nos enfants qui me l'ont appris. Finalement, avec le recul, ce manque d'égard ne m'étonne pas. C'est bien son genre : la lâcheté.
Donc un dimanche soir, nos deux garçons sont rentrés de chez leur père tout excités. Enfin plus excités que d'habitude. Ils chahutaient bruyamment en sautant dans tout l'appartement. Ils détenaient un secret. De leur père et sa copine. Apparemment me le taire décuplait leur énergie. Cependant, à leur insu, parce que les enfants peuvent garder un secret mais innocemment énoncer des indices, ils m'ont révélée que je saurais tout, mais absolument tout, au même moment que les autres invités.
Leur père préparait donc ses secondes noces. Mais j'ai feint de ne pas comprendre ce qui se tramait.
Jusqu'au jour où ils ont ramené la carte d'invitation. D'abord j'ai compris que mon ex-mari ne changerait pas : toujours le même constat de son absence de bravoure, de courage, de témérité, de respect, de patati et patata... de ne pas me l'avoir délivrée lui-même. Ensuite j'ai compris, en constatant le bon goût du carton d'invitation, à quel point ce mariage était entre de bonnes mains, les siennes à elle : l'enveloppe gaufrée rose pâle, le papier imitant la dentelle sur lequel deux cœurs enlacés couleur or semblaient avoir été choisis dans le seul but de me narguer...
Dans une rage contenue, j'ai saisi mon smartphone et j'ai écrit un message dans lequel je le remerciais de me convier à célébrer sa nouvelle vie de couple mais que j'étais contrainte de décliner. J'ajoutai que, naturellement, nos enfants seraient présents. En lisant entre les lignes, il pouvait comprendre que je ne pouvais sciemment pas assister à ses noces. Avec cette garce dans les bras de laquelle il ne m'avait trompée « seulement qu'une fois et par accident ».
Le jour du mariage, consciencieuse, j'ai habillé nos garçons élégamment, j'ai laqué leurs cheveux indisciplinés, et j'ai déposé deux baisers sur leurs joues. Ils m'ont enlacée tendrement. Instinctivement, les enfants devinent le chagrin du parent qui souffre le plus. Au creux de leurs bras, ils caressaient mes cheveux et me chuchotaient des mots doux. Doucement, je les ai éloignés de moi. J'étais sur le point de fondre en larmes... C'est à ce moment-là qu'ils me l'ont dit. Ils devaient penser que cette nouvelle m'enthousiasmerait autant qu'eux.
— Papa dit que nous avons une chance folle. Parce que bientôt, nous aurons deux mamans !
J'ai dû oublier de respirer un moment parce que je me suis mise à suffoquer. Ma colère m'étranglait. Interrogatifs, mes enfants posaient sur moi un regard apeuré. Alors je me suis ressaisie, j'ai réussi à leur sourire et même à faire ma tête de clown qui les fait tant rire. Je ne tenais pas à les effrayer.
C'est dans cette ambiance joyeuse teintée de ma tristesse enfouie que j'ai continué à les préparer pour le mariage de leur père.
Nous avons glissé une bonne grosse poignée de riz dans leur poche.
Et tout en réajustant l'emplacement de leur sarbacane, je leur ai confié, sur le ton du secret, qu'après la cérémonie, la coutume voulait que les invités lancent du riz sur la mariée. En précisant qu'au plus les grains de riz atteignaient son visage à grande vitesse, au plus elle serait heureuse avec son mari, leur père donc.

PRIX

Image de Eté 2016
63

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Anna Hoser
Anna Hoser · il y a
une dose d'humour dans une situation difficile, le seul moyen de s'en sortir ;-)
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Exactement, merci Anna !
·
Image de Galette
Galette · il y a
On ne tombe pas dans le pathos. C'est bien écrit. Bravo !
Il y a un Papi et une mamie qui vous attendent chez moi, des fois que vous auriez deux minutes à leur consacre :p

·
Image de Galette
Galette · il y a
consacrer bien sûr !
·
Image de Philshycat
Philshycat · il y a
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
et voilà, bien fait, il va se prendre des grains de riz .... la fin est toujours drôle après la colère de cette femme, j'adore !
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Je voulais une fin décalée et dédramatisante. Merci Claudine !
·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Colère digne d'une femme blessée, bafouée et peut-être amoureuse. Mais une colère joliment écrite.
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
La colère alimente sa vengeance ici !
Merci Ancre !

·
Image de Cajocle
Cajocle · il y a
Bonne idée ! Bien fait ! Lui véroler le visage.
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Avec élan en plus !
Ha ha ha ha (rire de méchante) !

·
Image de Bruno Teyrac
Bruno Teyrac · il y a
Bien dosé, entre la tristesse et l'humour, avec un petit grain de folie (et des poignées de grain de riz ;-). Mon vote.
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
C'est mon côté délurée dans l'écriture !
Merci Bruno pour tes lectures !

·
Image de Christian Pluche
Christian Pluche · il y a
Petite vengeance mesquine ! Mon vote !
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci Christian pour ta lecture !
·
Image de Ghost Buster
Ghost Buster · il y a
Plus on hait, moins ya de riz
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
C'est un constat amer mais bien réel !
C'est quoi ce commentaire ?! Merci d'être passé !

·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
J'adore ! C'est bien écrit et surtout on s'y croirait. En clair, le ton est juste, les émotions bien retransmises.
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci Isabelle pour ton appréciation !
·