Contre nature

il y a
3 min
587
lectures
39
En compétition

Critique bienvenue ! Tant qu’il existera, par le fait des lois et des mœurs, une damnation sociale créant artificiellement, en pleine civilisation, des enfers [...] ; tant que les trois  [+]

Image de Automne 2020

Tu sais où je me trouvais au moment des événements. Après-coup, tout le monde l’a su, c’était écrit dans les journaux. Seulement toi, déjà à ce moment-là, tu savais que j’étais en Afrique du Sud pour les affaires. Et c’est parce que tu le savais, que…

Ce que tu ne sais pas, c’est que cette soirée-là, mon guide et moi avons eu une panne en pleine brousse. Obligés de passer la nuit sur cette piste que nous suivions depuis des heures. C’était une nuit sans lune. Je ne voyais pas ma main devant mon visage. Tu ne connais pas la nuit dans la brousse, toi qui la passes dans les bars. Je ne voyais rien, mais j’entendais. J’entendais des choses que tes oreilles assourdies par la musique des clubs privés n’entendent jamais.

Nous avons dû faire un feu à côté de notre Jeep, parce que la tôle et le verre, ça ne suffit pas à déjouer les griffes d’un fauve. Et quand tu entends un félin feuler pas loin de toi dans l’obscurité, tu te demandes si le feu le tiendra à distance. Tu te dis que le lion qui fait des cercles autour de ton camp depuis des heures, peut-être qu’il est plus perspicace que les autres, qu’il comprend que ces flammes ne sont qu’un artifice, que la chair fraîche est à portée de ses crocs, qu’il lui suffit d’un bond sur ces hommes pour les lacérer et les éventrer et se repaître de leurs entrailles.

Dans la brousse, la nuit, c’est la loi du plus fort. Et le plus fort, ce n’est pas l’homme. Quand l’homme réalise ça, il ne trouve pas le sommeil facilement. Il se met à parler, il couvre de sa voix les bruissements angoissants pour venir à bout de la peur qui l’étreint. Voici le récit que m’a fait cette nuit-là mon guide.

Un jour de chasse en solitaire, après avoir suivi les traces d’un impala, il avait découvert la bête allongée entre les herbes hautes ; c’était une femelle mettant bas. Toi, tu penses : c’est un chasseur, c’était une aubaine. Mais les chasseurs, là-bas, ils ne sont pas comme toi. Ils sont d’une race noble. Celui-ci s’est installé derrière des rochers pour observer la mère et le faon, et il s’est vite avéré qu’il n’était pas le seul chasseur dans le coin.

Dans une attaque fulgurante surgit un léopard, et la mère ne doit le salut qu’à son petit qu’elle abandonne à la mort. Le prédateur, ce maigre butin immobilisé entre ses griffes, se tapit, en alerte ; il a dû flairer l’odeur troublante de l’homme et ne s’est pas aperçu que le danger vient d’un autre côté.

D’entre les herbes émerge une lionne majestueuse et féroce. Le combat est rapide. Le léopard détale, renonçant à sa prise. La lionne a posé la proie à terre et la lèche. Elle termine la toilette du nouveau-né que la mère a dû interrompre, aide le petit à se mettre sur ses pattes et disparaît avec lui dans la brousse.

C’est pendant que mon guide partageait avec moi ce souvenir, pendant que les lions faisaient des cercles concentriques autour de notre véhicule, que tu es entré par effraction chez moi.

Tu vois, cette anecdote m’a fait pas mal réfléchir à elle, à toi, à moi. Elle, la lionne dont je viens de te parler, elle a agi contre nature. Toi, tu as agi conformément à ta nature dépravée. Et moi, ma nature, c’est la nature d’un père à qui tu as arraché l’enfant. Je t’ai traqué depuis, et ce soir, tu es à genoux devant moi, tes pupilles sont dilatées par cette poudre qui te perd, tu sues l’alcool et la peur par chacun de tes pores et tu sais que l’heure est lourde.

Tu as kidnappé ma fille, parce que tu voulais me soutirer l’argent dont tu as besoin pour financer tes débauches. Et moi, je t’aurais donné trois fois le prix que tu demandais pour elle. J’aurais payé de ma vie s’il fallait. Mais une voiture de police est passée au moment de la remise de rançon. C’était une coïncidence, une malheureuse coïncidence. Je ne les avais pas alertés et ils ne savaient pas ce qui se jouait à quelques mètres d’eux. Alors tu as paniqué. Tu as commis l’irréparable. Tu t’es débarrassé de ma fille comme tu l’aurais fait d’un mégot. Tu m’as arraché le cœur, tu m’as arraché l’âme, tu ne sais pas ce que c’est qu’être père, tu ne connais pas cette douleur insondable. Tu t’es débarrassé d’elle, pensant avec ce crime régler tous tes problèmes. Et pour ce crime, conformément à ma nature de père, je vais te brûler la cervelle avec une balle de ce Colt.
Tu ne sais pas ce que c’est qu’être père. Quel père as-tu été pour ton fils ? Tu l’as utilisé pour te seconder. Il a exécuté tes ordres. Chacun de tes ordres. Vois où tu l’as mené : les mains liées derrière le dos, il a vomi sur sa chemise, il sanglote comme un enfant dans le noir, il tremble comme l’impala sur ses jambes de nouveau-né. Envers lui, j’agirai contre nature, comme la lionne, je le laisserai partir.

39
39

Un petit mot pour l'auteur ? 52 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Safia Salam
Safia Salam  Commentaire de l'auteur · il y a
Grand merci à Capitaine Loodmer pour sa relecture et ses conseils.

Comme pour chacun de mes textes, les lecteurs sont invités à critiquer et à donner librement leur avis.

Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Superbe texte qui mérite d'être soutenu. Une histoire originale, un suspense maintenu jusqu'à la fin. J'apprécie beaucoup la construction du récit : un petit paragraphe au début pour allécher le lecteur et lui laisser supposer qu'il va découvrir un "événement", un passage par la brousse et le comportement d'animaux - la curiosité du lecteur est encore décuplée puisqu'on se demande évidemment pourquoi ce détour africain - et le dénouement terrible. Bravo !
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Sombre histoire. Malgré son besoin de vengeance, ce père a conservé un brin d'humanité.
Image de Arletyna
Arletyna · il y a
Un texte puissant et surtout une construction qui tient en haleine jusqu'au bout.
Image de Isa. C
Isa. C · il y a
L'homme , parfois, ne mérite même pas d'être traité de bête, il est très beau ce texte❤
Image de Safia Salam
Safia Salam · il y a
Merci bien Isa ! Bonne journée !
Image de De margotin
De margotin · il y a
Bravo
J'ai aimé ce texte
Mon soutien

Image de Yannick Pagnoux
Yannick Pagnoux · il y a
c'est vraiment bien Safia !
Image de Safia Salam
Safia Salam · il y a
Tenez, pour vous remercier de votre passage, je vous propose ce lien. Je pense que vous aimeriez.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/traverser-la-rue

Image de Gina Bernier
Gina Bernier · il y a
Contre nature... Ce titre à lui seul exprime la différence entre le fait de réagir normalement suite à des faits, ou son contraire l'âme magnanime d'accepter, car absolument rien ne changera le dénouement...Elle est belle et triste cette histoire, le sentiment du père qui aurait donné sa vie comme rançon pour son enfant enlevé et tué....Une lionne qui adopte un bébé impala qu'il a sauvé des griffes d'un léopard....
Image de Safia Salam
Safia Salam · il y a
Merci Gina, j'aime toujours vos passages sur ma page. La nature est une grande source d'inspiration, mais vous le savez mieux que moi. Bonne soirée !
Image de SEKOUBA DOUKOURE
SEKOUBA DOUKOURE · il y a
Bravo pour ce beau texte ! Vous avez mes voix. ET merci de passer faire un tour chez moi et soutenir mon texte si vous avez le temps. 🙏🙏
*Le lien du vote*
👇👇👇👇.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-village-doukourela

Image de Safia Salam
Safia Salam · il y a
J'aurais bien aimé lire votre texte, mais je ne trouve pas le lien.
Par contre, je vous préviens pour ne pas que vous soyez déçu, je soutiens, moi, pas de problème, mais je fais le soutien moral, pas électoral. Enfin, possible que les votes ne vous intéressent pas trop vous non plus.

Image de Tnomreg Germont
Tnomreg Germont · il y a
Oui les épreuves révèlent notre véritable nature, chacun réagit à sa manière en fonction de ses expériences passées ou de ses peurs - mais l'instinct de survie domine bien souvent.....est-ce possible de pardonner ? Beau récit comme à votre habitude, il est écrit un peu comme un poème.....MAGNIFIQUE
Image de Safia Salam
Safia Salam · il y a
Merci bien, je n'ai encore jamais écrit de poèmes. Une remarque, je pense qu'on peut agir ou réagir aussi selon ses convictions, il suffit juste qu'elles soient plus fortes que les peurs...
Image de Tnomreg Germont
Tnomreg Germont · il y a
oui surtout que les peurs, la plupart du temps ne sont que imagination - mais cela demande un "travail" sur soi !
Une réaction est justement une action non réfléchie et liée à des peurs ou autres mémoires négatives, alors qu'une action est réfléchie, censée (en principe) et effectuée en toute conscience, et je vous l'accorde en fonction de ses convictions ou croyances.....bon je suis épuisé😂je retourne me coucher. Bonne journée à vous

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Sous la Prade

JHC

Nous allions souvent jouer au bord de la voie ferrée. A une vingtaine de minutes du village, le grand champ de la Prade se terminait par un coteau abrupt couvert de broussailles qui descendait... [+]


Très très courts

La Nef du fou

Sylvie Neveu

Ici, l’herbe est parfaitement tondue mais sa couleur est inhabituelle.
Ici, l’herbe n’est pas verte. Elle est rouge. Ici, toutes les fleurs dans les massifs sont rouges. Les marguerites, les... [+]