Confinement!

il y a
1 min
1
lecture
0
Je me rappelle déjà des rues,de l'enthousiasme des gens, de cette fille de la deuxième année que je saluais tout les matins sur la cour de l'université, de cet homme qui m'invitait dans sa camionnette en criant  : "DÈLMA PA NAZON, DE MOUN SÈLMAN", c'est ma façon de vous dire que l'extérieur me manque déjà. Confiné, depuis déjà quinze jours et quatorze heures, mes seuls contacts avec l'extérieur sont les audios transmis par mon récepteur radio, dès l'aube jusqu’au crépuscule les infos tournaient en boucle, des infos comme le nombre de décès journalier d'un pays, les nouvelles mesures préventives prises par l'Etat Haïtien ou par miracle l'une de nos scientifiques spirituels a trouvé dans un songe l'antidote du puissant Covid-19 qui est justement à nos portes, qui gagne silencieusement jour après jour en territoire ; il suffit de retrouver la mèche de cheveux qui se trouve dans toutes les Bibles et de la faire bouillir, en buvant ce breuvage tu seras immunisé. Durant le confinement, j'ai appris que dans mon salon il y avait 25 carreaux de céramique, que la télévision mesurait 55 cm de long et 25 cm de large. J’ai aussi appris que quand on avait vraiment faim la soupe avait bon goût. Aujourd'hui on est peut être lundi, mercredi ou vendredi... Peu importe, je sais seulement qu'il fait nuit et que je dois me coucher pour attendre le lendemain, un lendemain qui sera le même qu'aujourd'hui, le même qu'hier, j'ai l'impression de revivre la même journée en boucle, un perpétuel recommencement. Là dans mon lit, emprisonné pour survivre, pour sauver les miens, je me rends compte qu'une chose aussi petite qu'un virus pouvait basculer toute une vie ; les choses les plus petites sont celles qui peuvent en un clin d'oeil changer le monde, alors je me suis dit que le mieux à faire c'est de lutter, lutter pour un lendemain meilleur. À cet instant precis, il y a un père qui se fait contaminer, une mère infectée qui voit la mort la dévorer à petit feu, un enfant qui a peur, traumatisé, beaucoup trop jeune pour mourir, mais dans le coeur de chacun d'entre nous se trouve de l'espoir, car nous savons que nous valons beaucoup plus que ça et notre histoire ne s'arrêtera pas là. Nous avons connu pire et nos destins vont bien au delà d'une pandémie. Alors restons chez nous ! Lavons nous les mains ! Sauvons le monde et affrontons l'avenir ensemble !

@Chalimeau Thony Bradley
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Le mauvais ouvrier

Malik Nahassia

— Hier, en faisant ma ratatouille, rien à faire, ça accrochait. Il va falloir que je change la cocotte.
— Le mauvais ouvrier a toujours de mauvais instruments.
— Comment ça ?
— Eh... [+]