Confession d'un Régulateur

il y a
2 min
11
lectures
0
On est tous entassés les uns sur les autres.

Ces couloirs à la Défense sont incroyables. Larges d'une dizaine de mètres, il suffit que deux trains arrivent en même temps et des centaines d'individus emplissent alors les couloirs, et avancent péniblement.

Je vous le recommande. Il faut l'avoir vécu. Prenez un train pour la Défense, arrivez le matin entre 8h et 9h et vivez l'expérience de l'embouteillage d'humains.

Prolongez ensuite votre visite à la surface, pour voir ces cohortes de costards qui tel un réseau de veines, alimentent les entrées des tours.
Bon bien sûr, je vous recommande d'éviter les jours où j'officie.

D'un coup rapide et sûr je pique ma proie. Un petit coup dans l'épaule, la fesse, la cuisse, là ou c'est le plus accessible. Le piqué ne ressent que la surprise et le temps qu'il réagisse, ma main est déjà revenue à l'abri de son regard.

Je regarde par terre comme tout le monde. Je marche au même pas que vous. Lorsque ma proie cherche ce qui a bien pu le piquer, il est pris dans le mouvement... impossible de s'arrêter. Impossible d'accuser qui que ce soit. De toutes façons, personne ne vous prête la moindre attention.

Dans 1 heure, sa température va lentement augmenter. Dans quatre heures, les premiers vomissements. Il n'ira pas manger ce midi. Et s'il tient l'après-midi, il rentrera tôt. Les urgences cette nuit. Et demain, dans la presse, encore une "mystérieuse mort".

Je n'aime pas le terme de Serial Killer, parce qu’à chaque fois je pense au film de Les Nuls. Je suis un élément régulateur. Je crée de l'emploi, je crée des opportunités. Bien sûr cela à un prix.

Mais réfléchissez bien. En éliminant des personnes actives, je créé un emploi à pourvoir. Je n'ai pas d'actions dans les entreprises mortuaires, mais elles peuvent également me remercier de ce surplus d'activité.

En général, ma victime dispose d'une assurance qui indemnisera sa veuve (ou son veuf). Ça finira de payer le pavillon, et permettra de recommencer une vie presque à zéro.

J'essaye de toujours rester neutre. Je ne veux privilégier Hommes ou Femmes. Celui-là parce qu’il est moche ou celui la parce qu’il m'a poussé involontairement. Non, c'est le hasard qui doit choisir. Il parait qu'il fait bien les choses.

Il faut tout de même faire un peu attention. Pas de téléphone portable, ça c'est la base. Si j'en avais un, il y a longtemps que la police aurait pu identifier tous les téléphones présents dans la zone, faire des recoupements en croisant avec mes autres lieux de prédilection : Les Halles, La gare du Nord, Montparnasse, Saint Lazare.

Les emplacements des caméras de surveillance également sont à connaître. Même si mon geste est furtif, il parait que les algorithmes sont maintenant capables d'identifier les comportements suspects. Méfiance donc.

A raison d'une piqûre par jour, faites le compte, dans une année, ce sont environ deux cents emplois qui sont libérés. Oui, bien sûr, je garde mes week-ends tranquilles, et durant les congés, j'évite de me faire remarquer.
Vous aussi vous trouvez que c'est peu ? Que ce n’est pas avec ça qu'on va réduire la courbe du chômage ?

En attendant, moi, j'agis.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La battue

Patrick Ferrer

— Mais enfin, Gaston, on ne tire pas à la chevrotine sur tout ce qui bouge dans les bois ! Cinq fois de suite, en plus !
L’homme me regarda, l’air penaud, en triturant sa casquette. Il... [+]