Comptine

il y a
1 min
519
lectures
31
Qualifié
Image de Automne 2012
Je suis les 8% des 99%. Jʼai un travail, je nettoie vos saloperies. Jʼai déconné un peu, plus jeune, rien de grave, rien dʼimportant. Vous le savez, vous le devinez. Vous me regardez de haut, à peine. Vous le savez. Je vole vos choux gelés abandonnés aux matins de glace. Ils ne vous manqueront pas ; jʼaurai un peu moins faim. Ma voiture est mon toit. La douche est au fond du couloir...
Je vends du bonheur en poudre à vos petits pour me payer ma tranche dʼoubli. Ne mʼen veuillez pas si je vous emmerde : vous êtes au chaud, je crève de froid.

Je suis les 10% des 99% ; je vis sur mon un mètre carré, le dos à la poubelle, le nez au vent du caniveau. Le cul dans lʼurine de vos chiens, je vous regarde passer dʼen-bas. Je remonte vos jambes, je ne saurai rien de vous. Ne me regardez pas : la misère sʼattrape par les yeux.
Je vous observe et vous écris au chant dʼune radio déglinguée. Je suis chez moi ; qui êtes-vous pour entrer sans frapper ? Parfois, jʼinvestis, je place, je boursicote, et je mʼachète de lʼargent à gratter. Vous voyez, je ne bois pas tout ; je joue, aussi. La chance sourit aux audacieux. Je ne manque pas dʼaudace. Juste de dents.

Je suis les 3% des 10% des 99%. Je mʼenroule cet hiver dans mon t-shirt en coton et je me faufile dans vos halls dʼimmeuble. Je frappe parfois à vos portes à la recherche dʼune soupe au lard. Vous aurez peur, je ne prends pas mon traitement. Mon père est mort trois fois, là-bas, en Afrique. Et je pleure ses trois morts qui mʼabandonnent à nouveau.
Je finirai ma nuit en boule dans un placard désaffecté de vos montées dʼescalier, assis sur un bidet. Je pisserai au matin contre vos poubelles, et vous me haïrez. Je suis organique, pardonnez-moi. Et je pleure : mon père vient de mourir, là-bas, en Afrique.
Vous sortirez vos chiens, appellerez les flics ; ils ne me toucheront pas : je pue.

Quand vous aurez fini vos comptes, je serai mort. De froid, de faim, dʼindifférence, de silence, dʼun coup de tesson, dʼun coup de lingue. Et vous nʼen saurez rien.

31

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !